Icon Sport

Pro D2 - Julien Laïrle (Soyaux-Angoulême) : "Tutoyer le top 10"

Laïrle : "Tutoyer le top 10"

Le 25/07/2018 à 17:24Mis à jour Le 26/07/2018 à 11:25

Treizièmes lors de leurs deux premières années en Pro D2, les Angoumoisins ont des regrets quant à la saison passée. Ils ne veulent pas revivre cela dans les mois prochains et se sont donnés les moyens de viser un peu plus haut, notamment en recrutant des joueurs reconnus comme l'ailier anglais Tom Varndell. Alors que son équipe affronte Agen ce vendredi, l'entraîneur Julien Laïrle fait le point.

Rugbyrama : Où se situe le groupe par rapport à votre programme de reprise ?

Julien Laïrle : Je dirais qu'on est plutôt bien. Nous avons profité de quatre semaines de préparation physique en juin. Notre préparateur Pierre Sagot arrive du basket et il a une philosophie de travail systématiquement avec ballon. C'est intéressant quand on est entraîneur parce que ça nous permet de gagner du temps. A ce jour, nous avons réussi à balayer le projet de jeu de façon complète. Nous sommes donc dans les clous mais c'est la réalité du terrain qui nous montrera ce qu'il faudra réguler en vue de la reprise du championnat.

Pro D2 - Julien Laïrle (Entraineur de Soyaux Angoulême)

Pro D2 - Julien Laïrle (Entraineur de Soyaux Angoulême)Icon Sport

A quoi sert prioritairement un premier match amical ?

J.L. : Avant tout, cela permet aux joueurs de reprendre le rythme de la compétition. C'est quelque chose qu'on travaille très tôt dans l'intersaison. Nos cinq semaines de préparation sont beaucoup axées sur le physique et on sait très bien que rien ne remplace un match. Dans un deuxième temps, il s'agit d'essayer de mettre en place tout ce qu'on travaille à l'entraînement avec une opposition réelle et des adversaires qui ne connaissent pas forcément les systèmes de jeu. Cela nous permettra de faire des ajustements tout doucement jusqu'à la reprise du championnat.

Le groupe a été remanié à l'intersaison avec treize départs et dix arrivées. Est-ce aussi l'occasion de commencer à travailler la cohésion ?

J.L. : C'est vrai qu'il y a eu de nombreux départs mais ils se sont faits sur des joueurs qui étaient plutôt numéros 2 ou 3 à leur poste. Il y avait des Espoirs aussi. Au final, nous avons quand même gardé l'ossature du groupe avec le talonneur et capitaine Kevin Le Guen, Quentin Witt et Aldric Lescure en numéros 8, Lucas Méret et Guillaume Laforgue à la charnière ou encore Jean Ric à l'arrière. Les 2-8-9-10 et 15 forment la colonne vertébrale et nous l'avons conservée. Cela nous permet d'avancer plutôt vite dans notre projet de jeu. L'autre point positif, c'est que nous sommes allés chercher des joueurs de niveau supérieur à ce qu'on pouvait avoir jusque-là, à l'image de Tom Varndell, Dorian Jones ou Dylan Hayes. Ce sont des garçons qui ont l'habitude de ce niveau, de ce genre de projet et ils se sont intégrés rapidement dans l'effectif.

Pro D2 - Adrien Ayestaran (Soyaux-Angoulême)

Pro D2 - Adrien Ayestaran (Soyaux-Angoulême)Icon Sport

Seront-ils là vendredi contre Agen ?

J.L. : Beaucoup seront là. Certains sont encore en phase de reprise, à l'image de Dorian Jones qui était blessé sur les trois premières semaines de préparation et qui fait actuellement de la préparation physique. Mais la plupart des recrues seront alignées. Tom Varndell sera là, de même que Pierre Maurens par exemple.

Vous l'avez déjà dit : le club a des ambitions pour cette troisième saison en Pro D2. Quelles sont-elles ?

J.L. : Il faut avoir de l'humilité parce que ce championnat est très homogène mais on ne veut pas revivre ce qu'il s'est passé l'an dernier. Nous aurions pu viser plus haut mais l'objectif du club était le maintien et inconsciemment, on s'en est contenté. L'équipe a terminé treizième du championnat lors des deux saisons précédentes. Ça ne paraît pas très positif comme ça mais sans la défaite contre Massy et avec la victoire à Narbonne, nous aurions peut-être pu entrer dans le Top 8 et pourquoi pas aller chercher quelque chose lors des derniers matchs... Angoulême n'a pas un gros budget et n'est pas une grosse écurie du Pro D2 mais nous avons envie de continuer à grandir. Il faut que ces ambitions aillent dans ce sens. Les objectifs précis découleront de notre capacité à réussir notre entame de la saison mais nous pouvons faire mieux. Le haut du tableau pour nous, c'est tutoyer le top 10.

Contenus sponsorisés
0
0