Icon Sport

Pro D2 - Grenoble rejoint Montauban en demie

Grenoble rejoint Montauban en demie

Le 21/04/2018 à 20:51Mis à jour Le 21/04/2018 à 23:59

Accroché et bousculé comme rarement à domicile cette saison, Grenoble a résisté jusqu’au bout à un bouillant Biarritz Olympique pour valider son billet pour le dernier carré. Vainqueur 33-26, le FCG ira jouer sa demi-finale à Sapiac le week-end prochain, contre Montauban.

Quel match sur la pelouse du Stade des Alpes ! Ce second barrage des phases finales de PRO D2 a tenu toutes ses promesses et aurait même pu basculer dans une autre dimension si le BO avait converti sa dernière possession en essai transformé, après la sirène. Mais une dernière touche perdue dans le camp isérois a mis fin à un suspense plus qu’haletant, notamment dans une seconde période qui a accouché d’un scénario à couper le souffle. L’indiscipline biarrote aura fait la différence, après l’heure de jeu. Grenoble, en tête tout au long de la partie, s’est montré plus appliqué dans les moments clés pour composter son billet pour les demi-finales.

Daniel Kilioni (Grenoble) marquant un essai contre Biarritz

Daniel Kilioni (Grenoble) marquant un essai contre BiarritzIcon Sport

Un duel décoiffant

Gonzalo Quesada et ses hommes rumineront sans doute longtemps la gestion des 20 dernières minutes. Alors qu’ils semblaient avoir pris le dessus, physiquement et psychologiquement après moult rebondissements, les Biarrots se sont tiré une balle dans le pied, à l’approche du money time. A l’image, entre autres, de ses deux plongeons au sol de Manu (64e) et Guiry (67e), ou encore ce carton jaune de Levi (68e) pour plaquage à retardement. Une indiscipline lourde de conséquences qui a permis à Grenoble de faire définitivement le break à 15 contre 14, sur son troisième essai. Essai signé Kilioni (72e).

David Mele (Grenoble) contre Biarritz

David Mele (Grenoble) contre BiarritzIcon Sport

Même si le BO s’est à nouveau offert le droit d’y croire après un essai de Loustaunau à trois minutes du terme, le mal était fait. La perte d’un dernier ballon en touche, après la sirène, a annihilé les rêves d’exploit du club basque, donné battu par quasiment tous les observateurs avant le coup d’envoi de ce second barrage. Avec seulement deux victoires loin d’Aguiléra lors de la phase régulière du championnat, avant de débarquer au Stade des Alpes, Biarritz a bien failli déjouer tous les pronostics. Grâce notamment à une grande capacité de réaction.

5 sur 5 pour Grenoble avant la demie

Alors que Grenoble pensait, à chaque fois, avoir fait le plus dur après les essais de Nkinsi (32e), Hunt (42e) et Kilioni (72e), le FCG a joué à se faire peur. En se faisant surprendre, dans la foulée, à trois reprises. La faute à des absences défensives. Notamment sur le doublé du surpuissant Tawalo (38e, 47e). Mais l’ancien pensionnaire de TOP 14, relégué en PRO D2 à l’intersaison, a pu compter, en particulier, sur sa charnière pour rester à flot et garder l’avantage au score. David Mélé, auteur d’un 7 sur 8 face aux perches, et Franck Pourteau, déchireur de rideau décisif sur le second essai de son équipe, ont grandement mené les leurs vers le dernier carré.

David Mele (Grenoble) contre Biarritz

David Mele (Grenoble) contre BiarritzIcon Sport

Avant d’aller défier Montauban, dans une semaine, pour une place en finale de PRO D2, le groupe de Stéphane Glas est en pleine bourre. Cette victoire, certes étriquée, face au BO est la cinquième consécutive des isérois qui n’ont d’ailleurs perdu que deux matches sur leurs onze dernières sorties. Même si le déplacement dans la cuvette de Sapiac s’annonce comme une autre paire de manche, le FCG a passé un très bon test ce soir face à Biarritz. C’était tout simplement l’un des matches les plus séduisants de la saison. Le niveau monte d’un cran, voire de plusieurs, en ces premières chaleurs printanières.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0