AFP

"Développer notre rugby"

Lièvremont : "Développer notre rugby"
Par Rugbyrama

Le 26/06/2009 à 18:00Mis à jour

Après les multiples rebondissements de l'affaire Bastareaud, Marc Lièvremont, le sélectionneur de l'équipe de France, veut rapidement passer à autre chose à la veille du dernier test de la tournée des Bleus, en Australie. Il craint les Wallabies et sait qu'il faudra faire le match quasi parfait.

Préparez-vous ce troisième et dernier test contre l'Australie dans les meilleures conditions ?

Marc Lièvremont : Oui. Entre hier soir et ce matin, nous avons bien sûr discuté de l'affaire qui concerne Mathieu Bastareaud. Il en a été question à l'intérieur du groupe. Voilà. A part ça, le groupe a retrouvé de la fraîcheur depuis mercredi. Tout le monde est vraiment décidé à bien finir cette tournée demain.

Que pouvez-vous dire envers la Nouvelle-Zélande ?

M. L. : Que j'apprécie la Nouvelle-Zélande et le peuple néo-zélandais. Et que je pense aussi à Mathieu.

Les joueurs auront-ils la permission de faire la fête demain soir ?

M. L. : Oui, bien sûr. La vie ne va pas s'arrêter samedi soir. Une troisième mi-temps fait partie de la vie de groupe. Depuis que nous sommes ici, nous n'avons eu de cesse de prévenir les joueurs, de leur demander d'avoir un comportement exemplaire, surtout lorsque nous sommes à l'étranger.

Une victoire demain serait-il le meilleur moyen de passer à autre chose ?

M. L. : Non. Une victoire nous permettrait simplement de bien finir la tournée.

Comment battre l'Australie ?

M. L. : Nous devrons réaliser un très grand match dans la stratégie. L'Australie maîtrise bien les fondamentaux, elle laisse très peu de points faciles à prendre. Nous allons devoir développer notre rugby, pas seulement défendre et contrer. Il faudra être plus ambitieux. En novembre, nous avions rivalisé en conquête contre les Wallabies. Mais nous avions été trop passifs, trop attentistes. Et ils avaient marqué deux essais magnifiques au Stade de France. Nous avions eu des regrets, j'espère que nous n'en aurons pas demain.

Outre Giteau, quels joueurs craignez-vous chez les Australiens ?

M. L. : Moore est peut-être l'un des meilleurs talonneurs au monde aujourd'hui, Sharpe est très expérimenté et Horwill a réalisé une saison exceptionnelle. George Smith est un super joueur, qui évolue au plus haut niveau depuis plusieurs saisons. Ses qualités de gratteur font qu'il est très fort pour empêcher l'équipe adverse de développer son rugby. En plus, il est capable de s'adapter, de passer au poste de numéro huit comme la semaine dernière contre l'Italie par exemple, où il a encore été le meilleur sur le terrain. Et puis il y a Mortlock, un grand compétiteur, qui a toujours autant de punch et de hargne. Il est le joueur qui fait avancer toute la ligne de trois-quarts.

Attendez-vous un arbitrage différent de celui de Wellington, avec l'Anglais David Pearson ?

M. L. : M. Pearson était l'arbitre du dernier test-match Australie-Italie. J'ai vu le match. Il a été très sévère sur le jeu au sol. Il a pénalisé les Australiens douze fois, dont trois ou quatre fois en mêlée et cinq fois au sol.

Pourquoi attendre le tout dernier moment pour donner la composition de votre banc ?

M. L. : Je la connais depuis le début de la semaine. C'est simplement pour garder l'ensemble du groupe concerné jusqu'au bout.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0