Icon Sport

Ce que l’on sait de la mise à pied de Claude Atcher

Ce que l’on sait de la mise à pied de Claude Atcher

Le 30/08/2022 à 11:33Mis à jour Le 30/08/2022 à 11:35

MONDIAL 2023 - Claude Atcher a été mis à pied à titre conservatoire, a annoncé le ministère des Sports ce lundi. Le directeur général de la Coupe du monde 2023 en France était sous le coup d'une inspection du travail après plusieurs témoignages sur ses pratiques managériales.

Claude Atcher, directeur général de la Coupe du monde 2023, se savait en danger depuis une enquête publiée par L’équipe le 22 juin dernier sur les méthodes managériales au sein du GIP (Groupement d’intérêt public), laissant apparaître un climat social tendu au sein de la structure. Ce jour-là, la ministre des Sports, Amélie Ouéda-Castéra, avait demandé un rapport du comité d’éthique du GIP tout en saisissant sans délai l’inspection du travail pour faire la lumière sur les conditions de travail des salariés qui préparent actuellement la Coupe du monde en France qui aura lieu du 8 septembre au 28 octobre 2023.

Le rapport du comité d’éthique du GIP est arrivé sur le bureau de la ministre le 18 août dernier. Les conclusions étant accablantes, Amélie Ouéda-Castéra a réuni ce lundi matin Bernard Laporte, le président de la Fédération, le CNOSF et Jacques Rivoal, président du GIP pour annoncer la mise à pied à titre conservatoire avec effet immédiat de Claude Atcher, avant la publication d’un communiqué pour annoncer cette mesure qui sera ratifiée ce vendredi lors d’un conseil d’administration exceptionnel : "A l’issue de la réunion tenue ce matin au ministère des sports en présence des trois membres fondateurs du GIP, la FFR, l’Etat et le CNOSF, ainsi que du président du GIP, les points suivants ont été actés: le président du GIP, responsable en matière de préservation de la santé et de la sécurité de l’ensemble des collaborateurs de cette structure, a notifié à M. Claude Atcher sa mise à pied à titre conservatoire avec effet immédiat, a confirmé l'entité gouvernementale via un communiqué. Pendant le temps nécessaire à la clôture de l’enquête menée actuellement par l’inspection du travail et jusqu’à la décision définitive qui découlera de la procédure disciplinaire. A ce titre, M. Claude Atcher ne sera plus présent ni actif, directement ou indirectement, au sein, au nom et pour le compte du GIP pendant toute la période de mise à pied conservatoire."

Une mise à pied à (presque) un an de l'évènement

Alors que ce 8 septembre une grande fête est prévue pour célébrer les 365 derniers jours avant le coup d’envoi de la Coupe du monde, la Fédération française de rugby a aussi réagi à cette décision par communiqué : "La FFR s’associe pleinement au plan d’actions décidé ce jour en concertation avec le ministère des Sports et le Président du GIP France 2023, Jacques Rivoal. Les valeurs profondes du Rugby appellent à une parfaite vigilance quant à leur respect. La Fédération a fondé son action sur la protection de toutes ses populations, les salariés font évidemment partie de ses priorités. La décision est prise à titre conservatoire dans l’attente de la réception des conclusions de l’Inspection du Travail qui seront prescriptives des suites à donner. Chacun ayant l’opportunité de défendre ses droits. La FFR convoquera un Conseil d’Administration extraordinaire du GIP pour entériner cette décision dans la semaine."

L’affaire n’est pour autant pas terminée. Le ministère des Sports attend en parallèle les conclusions du rapport fait par l'inspection du travail à l'encontre du directeur général de France 2023. Claude Atcher va donc rester sous les feux de l’actualité, d’autant plus qu’il doit comparaître devant la 32e chambre du tribunal correctionnel, aux côtés de Bernard Laporte, à partir du 8 septembre prochain, pour répondre de prétendus délits sur fond de corruption selon une enquête du Parquet national financier.

Contenus sponsorisés