Icon Sport

Iturria : "Content de pouvoir courir normalement"

Iturria : "Content de pouvoir courir normalement"
Par Nicolas Augot via Midi Olympique

Le 06/08/2019 à 13:45Mis à jour Le 06/08/2019 à 14:23

PRÉPARATION COUPE DU MONDE 2019 - Blessé lors de l'échauffement juste avant la finale du Top 14, le troisième ligne de Clermont Arthur Iturria peut participer aux séances collectives depuis le début du stage de l'équipe de France à Oliva Nova, dans la région de Valence en Espagne.

Rugbyrama : Comment avez-vous vécu ce début de préparation ?

Arthur Iturria : C'était calme au début pour moi, car je n'étais pas apte à courir jusqu'à ce stage. Maintenant que j'ai pu vivre mes premières journées complètes, je vois que cette préparation est vraiment très dure. Même si j'ai pu participer à cinq ou six préparations avec les professionnels à Clermont, qui sont déjà réputées un peu dures, c'est quand même autre chose. Je ne sais pas si c'est parce que la dernière saison a été très longue ou en raison de la chaleur mais c'est vrai que c'est dur. Ça fait partie des choses par lesquelles on doit passer pour arriver à produire un joli jeu. Tout le monde fait ça, nous ne sommes pas les seuls à galérer aux entraînements. Toutes les nations font la même chose, donc à nous de nous hisser à ce niveau là.

Cette fin de saison a-t-elle été douloureuse ?

A. I. : La saison a été très, très longue, d'autant plus que c'était la première complète avec mon club mais aussi avec des échéances internationales. Je ne l'ai pas bien vécu et je suis arrivé sur la fin sur les rotules. Ça aurait pu tenir 80 minutes de plus mais ça n'a pas été le cas. Ça m'a mis un petit pet au moral mais voilà je me suis juste déchiré un ischio. Ça aurait pu être pire et aujourd'hui je suis content de pouvoir courir normalement. J'espère que ça va tenir.

C'était le moment le plus dur que j'ai connu en sport. Concrètement je n'ai servi à rien en étant sur le côté. C'était encore plus dur car j'avais fait la saison entière, sans blessure, sans rien, et on m'enlève cette finale juste au moment de rentrer sur le terrain. C'était dur mais il n'y avait rien à faire. Cela fait juste grandir.

Top 14 - Arthur Iturria (Clermont) contre Agen

Top 14 - Arthur Iturria (Clermont) contre AgenIcon Sport

Dans quel sens ?

A. I. : Ça m'a demandé pas mal d'efforts pour jouer troisième ligne. Avec le recul, je gérerais différemment. C'est à moi de le faire pour le futur. Je n'ai que 25 ans et j'apprends toutes les saisons. Là j'ai encore appris que ça ne servait peut-être pas à grand chose d'être au top de sa forme en septembre. C'est quand même la fin de saison qui compte. A moi de gérer autrement mes saisons sans pour autant me freiner sur le terrain. On a un métier qui nous fait apprendre tous les jours. Je m'étais peut-être un peu trop préparé tout seul à la maison. J'avais fait une saison blanche l'année d'avant alors je n'avais pas envie de revivre ça.

J'étais un peu trop prêt. Je suis arrivé en forme à la reprise et ça s'est encore amélioré pendant la préparation. J'ai eu un coup de mou après la tournée de novembre. En décembre c'était dur. J'ai pu rebondir pendant le Tournoi des 6 Nations, même si ça devenait compliqué sur la fin. A la fin de saison, j'ai tiré la langue jusqu'au bout. A voir si ce n'est pas mieux de vraiment couper à l'intersaison, comme j'ai pu le faire cette année. Ma blessure est arrivée au mauvais moment mais elle m'a permis de souffler. J'espère que ça sera bénéfique pour le futur.

Cette pause vous a-t-elle quand même permis de prendre du recul sur le chemin parcouru en un an et votre repositionnement en troisième ligne aile, car vous avez brillé au mois de novembre avec les Bleus ?

A. I. : Je ne suis pas encore grand chose aujourd'hui, mais à l'époque j'étais rien au niveau international en troisième ligne aile. Je ne savais pas à quoi m'attendre. J'étais content d'avoir pu faire les deux premiers matchs à 80 minutes et le dernier à 60 minutes. J'étais content même fier. Toute la saison j'étais content d'évoluer à ce poste là car j'ai appris jusqu'au bout. Maintenant, il me reste encore beaucoup de choses à travailler. A moi de progresser physiquement pour que le pépin qui m'est arrivé lors de la finale ne m'arrive plus. Du moins que ça n'arrive plus à ce moment-là.

Test Match - Arthur Iturria (France) contre l'Argentine

Test Match - Arthur Iturria (France) contre l'ArgentineMichelin compétition

Mais en général, la saison a été géniale avec deux finales avec mon club et de supers moments en équipe de France malgré les résultats. Je me suis régalé sauf sur la fin de saison. Pour être tout à fait honnête, c'était dur physiquement et je ne prenais pas beaucoup de plaisir sur le terrain. Mais jusque là, c'était très bien, avec de bons souvenirs, même si j'ai appris un peu sur le tard.

Deux joueurs qui évoluent à votre place ont été placés sur la liste des réservistes par Jacques Brunel. Comment le vivez-vous ?

A. I. : Tout le monde travaille pareil, tout le monde s’envoie. Il n'y a pas de hiérarchie entre nous. Il va y avoir une liste fin août et on verra qui sera dessus. Mais jusque là rien n'est établi et c'est à nous de faire du mieux que l'on peut. J'avais déjà envie de revenir personnellement donc je ne me suis pas pollué l'esprit avec ça. Ceux qui seront sur la liste seront les meilleurs. Si je ne suis pas dans les meilleurs, ça sera amplement mérité pour les autres. Il n'y aura aucun soucis par rapport à ça.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0