Icon Sport

Brunel : "C'est un handicap"

Brunel : "C'est un handicap"

Le 04/10/2019 à 10:47Mis à jour Le 04/10/2019 à 10:54

Coupe du monde 2019 - Le sélectionneur, Jacques Brunel, a officialisé ce vendredi la composition de l'équipe qui affrontera les Tonga ce dimance à Kumamoto (9h45). Il a surtout évoqué les forfaits de Thomas Ramos et Peato Mauvaka.

Vous venez d'annoncer le forfait de Thomas Ramos et Peato Mauvaka, pouvez-vous nous en dire plus ?

Je n'avais pas donné les remplaçants car j'avais des inquiétudes après le match contre les États-Unis, il s’avère que l’indisponibilité de certains va dépasser les dix jours et qu’ils vont donc rater les deux matches qui arrivent. Dans cette compétition, on ne peut pas se projeter au-delà des deux prochains matches. On a besoin d’avoir un effectif au complet. Pour ça, on a été obligés de se séparer de ces deux joueurs et d’appeler Christopher-Éric Tolofua et Vincent Rattez.

C’est un handicap pour nous. On espère que sur le prochain match, il ne se passera rien. On va tâcher de les faire venir au plus vite. La compétition nous oblige, du fait des matches rapprochés, à avoir tout notre effectif, on ne sait pas ce qui va arriver. En club, ça passerait facilement. On ne peut pas se le permettre en équipe de France.

Coupe du monde - Thomas Ramos (XV de France) contre l'Argentine

Coupe du monde - Thomas Ramos (XV de France) contre l'ArgentineIcon Sport

Antoine Dupont semble aussi souffrir du dos. Est-ce la raison pour laquelle vous avez titularisé Baptiste Serin, ou alors celui-ci vous a convaincu après son entrée en jeu face aux Etats-Unis ?

L’équipe que l’on présente aujourd’hui était celle que nous avions prévue depuis dix jours. Le fait que Baptiste Serin débute était prévu. On a vu les qualités d’Antoine pendant la préparation et lors des matchs du mois d'août. Effectivement, il a un peu mal au dos. C’est une raison pour laquelle, il ne fera qu’un bout de partie. Mais pas la raison principale : on voulait faire participer Maxime et Baptiste à l’aventure, qu’ils soient pleinement investis.

On veut qu’ils montrent leurs qualités et leurs capacités à être des titulaires potentiels. Concernant Antoine, je ne pense pas que ça remette en cause sa participation pour les prochains matchs. Il a un petit problème au dos qui doit se régler. La preuve, il participera ce week-end.

Les forfaits s'accumulent dans votre équipe, ne craignez-vous pas que la préparation ait été trop dure ?

Pas du tout. Analysez les blessures dont on parle : Peato ne s’est pas blessé dans un match et pour Thomas (Ramos), c’est accidentel. Ça ne m’interroge pas sur la dureté de la préparation. Les blessures arrivent à tout moment, quelle que soit la dureté des exercices. C’est accidentel.

Pourquoi avoir appelé Christopher-Eric Tolofua alors que Pierre Bourgarit a souvent été dans le groupe depuis le début de votre mandat ?

Ce qui justifie sa présence, c’est qu’il était sur la liste lors de ma première convocation : il avait 23 ans et il était un espoir français à ce poste, il avait déjà été international. Sauf qu’un avis médical a empêché que ça se réalise. Il a résolu ce problème en se faisant opérer. Il est apte et peut jouer en France après avoir déjà été autorisé à jouer en Angleterre.

Il revient là où il était au début de cette aventure. Pierre Bourgarit, que je connais bien, que j’ai convoqué à ses débuts est aujourd’hui en difficulté, a perdu du crédit avec son club et c'est plutôt Jean-Charles Orioli qui lui est passé devant. Il a du travail, on en a parlé ensemble : il doit travailler physiquement, reprendre sa place de titulaire pour prétendre à l’équipe de France.

Christopher Tolofua

Christopher TolofuaIcon Sport

Que pensez-vous de l'équipe du Tonga ?

Ils sont peut être un peu moins athlétiques que les États-Unis mais sûrement plus massifs. C’est d’ailleurs le plus gros pack de cette Coupe du Monde. Il fait plus d'une tonne. On a vu qu’ils sont capables d’imposer cette puissance, qu’ils sont difficiles à manœuvrer. L’Argentine a réussi à prendre le large rapidement puis a buté sur cette équipe. Les Tonga ont été capables de revenir et cette équipe aurait même pu faire mieux s’il n’y avait pas eu un essai refusé. De son côté, l’Angleterre a tardé à obtenir le bonus offensif.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0