Icon Sport

Lorenzetti : "C'est grotesque"

Lorenzetti : "C'est grotesque"

Le 08/02/2020 à 12:03Mis à jour Le 08/02/2020 à 13:48

CHAMPIONS CUP - Si les Saracens avaient été sanctionnés, le Racing 92 aurait pu imaginer recevoir son quart de finale de coupe d'Europe à Paris-la Défense-Arena. La commission de discipline de l'EPCR ayant choisi une sanction plutôt douce vis à vis du club anglais, le tableau des quarts ne sera pas chamboulé. Pour Jacky Lorenzetti, le patron du club des Hauts de Seine, c'est « injuste et partial »

Jugés pour avoir aligné un joueur non-éligible en janvier dernier face au Racing 92 (le Samoan Titi Lamositele, N.D.L.R.), les Saracens n'ont finalement reçu qu'une simple amende de 50 000 euros par la commission indépendante de l'EPCR, une décision laissant le tableau des quarts de finale de la Coupe d'Europe inchangé. Ce samedi matin, le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti ne cachait pas sa stupeur quant à la nouvelle : « C'est grotesque, nous confiait-il au téléphone. Les Saracens ont avoué avoir triché. Au Racing, on acte donc que dorénavant, en coupe d'Europe, on peut évoluer avec des joueurs non-éligibles et sans s'en sortir avec 25 000 euros d'amende. On constate aussi que l'on peut être banni de son propre championnat et malgré tout, disputer la coupe d'Europe. Mais on réglera ça sur le terrain. Avec l'EPCR et les Anglais, il faut savoir faire preuve de flegme ».

Que les Saracens aient fait une lourde erreur, c'est un fait. Etait-ce néanmoins une raison pour chambouler les quarts de finale du tout au tout ? « Le problème n'est pas là, poursuit Lorenzetti. Y a-t-il une règle, oui ou non ? Y a-t-il une loi ? Oui, que je sache ! Je trouve donc cette décision injuste et partiale. Mais on règlera ça sur le terrain, pas devant les tribunaux... ».

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés