Icon Sport

Champions Cup - Stuart Lancaster (Leinster), retour gagnant ?

Lancaster, retour gagnant ?
Par Rugbyrama

Le 11/05/2018 à 16:46Mis à jour Le 11/05/2018 à 16:49

Après avoir connu l’opprobre et l'exil avec l'Angleterre, Stuart Lancaster a su rebondir comme entraîneur adjoint du Leinster. La province irlandaise est toujours invaincue en Coupe d'Europe et sûre de ses forces avant d'affronter le Racing 92 ce week-end en finale de la coupe européenne.

Devenu en 2012 sélectionneur en chef de l'équipe d'Angleterre, il échoue par quatre fois sur la seconde marche du podium des 6 Nations. Par la suite, l'objectif principal du mandat de Stuart Lancaster était de remporter la Coupe du Monde 2015, disputée sur ses terres et qui devait sonner le retour des Anglais sur le toit du monde.

Mais les inquiétudes suscitées par l'annonce des adversaires du XV de la Rose en phase de poule se sont confirmées dès les premiers matches de la compétition. Après une première défaite contre l'ennemi Gallois 25 à 28, la déroute contre les Australiens 13 à 33 a sonné le glas de l'équipe d'Angleterre et de son sélectionneur malheureux.

Face au tollé provoqué par l'élimination en phase de poules de son équipe, Stuart Lancaster a pris ses responsabilités en annonçant sa démission le 11 novembre 2015. Pour le plus grand bonheur des supporters anglais qui se sentaient trahis par un sélectionneur pas à la hauteur.

Un exil bénéfique

Dès lors, le futur de Stuart Lancaster semblait bien sombre. Personne n’aurait parié à ce moment-là sur un éventuel retour au plus haut niveau du premier sélectionneur à ne pas qualifier pour les phases finales la nation organisatrice de la coupe du monde.

De toutes les options qui s'offraient à lui, Stuart Lancaster a choisi peut-être la plus audacieuse, certainement la moins aisée. Après une année entière passée à écumer le monde du rugby, à s’imprégner des différentes influences qui le composent, il a décidé de relever la tête et de tenter de se relancer en s’exilant chez le rival irlandais. Plus précisément au Leinster, qui fut un grand d'Europe, mais qui n'a plus aucun titre à se mettre sous la dent depuis 2014 et leur victoire en Pro 12.

La bonne pioche du Leinster

Leo Cullen Coach - Leinster

Leo Cullen Coach - LeinsterIcon Sport

Dès lors, sa collaboration avec Leo Cullen, l'entraîneur en chef de la province de Dublin, s'est avérée payante puisque peu à peu le Leinster a retrouvé son meilleur niveau sous la houlette de ses deux techniciens. Et face au respect grandissant qui se propage à travers l'Irlande concernant l'influence bénéfique de Stuart Lancaster sur le jeu du Leinster, son pari semble réussi.

C'est comme si le fait d'agir en tant qu'adjoint de Leo Cullen, le dédouanant ainsi d'une certaine pression inévitable à l’entraîneur en chef, avait libéré Stuart Lancaster de toute tergiversation. Ce qui lui a permis de se concentrer pleinement sur le développement de sa vision du jeu, pour le plus grand bien de son équipe.

Alors que ses décisions étaient parfois critiquées en équipe d'Angleterre, il a su se remettre en question afin de faire les bons choix, notamment dans la composition d'équipe. Il a ainsi lancé le jeune flanker Dan Leavy, récemment devenu international irlandais et qui ne tarit pas d'éloges à son sujet : "Stuart a révolutionné l’entraînement grâce aux nouvelles tactiques qu'il a mises en place. Nous avons de la chance de l'avoir comme entraîneur".

Dan Leavy (Leinster)

Dan Leavy (Leinster)Icon Sport

Une victoire samedi en finale de la Coupe d'Europe signifierait pour lui un exceptionnel retour au premier plan de la scène internationale. Et une formidable revanche prise face à tous ceux qui auraient voulu le voir disparaître en 2015.

Par Rafael Sadaca

Contenus sponsorisés
0
0