Icon Sport

Mola : "Même sans le KO de Jalibert, il aurait été logique que Ntamack soit titulaire"

Mola : "Même sans le KO de Jalibert, il aurait été logique que Ntamack soit titulaire"
Par Rugbyrama

Le 25/03/2021 à 17:04Mis à jour Le 25/03/2021 à 17:13

Tournoi des 6 Nations 2021 - L'entraîneur du Stade toulousain Ugo Mola s'est exprimé en conférence de presse sur ses internationaux. Il a aussi fait le point avant la reprise du Top 14 ce week-end contre Montpellier, et le déplacement au Munster en Champion's Cup.

Le match contre Montpellier est-il idéal avant d’aborder la Coupe d’Europe et le Munster ?

Je ne suis pas sûr qu’après leur regain de forme, ce soit l’idéal de recevoir Montpellier en cette période de doublons, qui ne se termine que ce samedi. Après, c’est plus le rythme des matchs qui me pose problème parce que malheureusement, le calendrier a fait que la coupure de 15 jours nous amène à jouer un match important pour la course à la qualification avec effectif amoindri. L’enchaînement d’un huitième de finale au Munster fera suite à une semaine très courte. Il y a des moments où on subit un peu plus que d’autres. Le match contre Montpellier a été préparé après une coupure, tant mieux parce que le match contre Brive avait l’air de rien cogné assez fort, à la grande surprise de tout le monde. On y a laissé des plumes.

Quel est l’état actuel de l’effectif ?

On a eu notre lot de mauvaises surprises, de blessures qui sont toujours un peu inquiétantes. On a nos 5 absents internationaux. Sur nos avants, mis à part Jérôme Kaino et Rynhardt Elstadt, on dispose de la quasi-totalité de l’effectif. Pour autant, derrière, Arthur Bonneval s’est cassé la main à la reprise, Pierre Fouyssac a ressenti des douleurs aux tendons et sera arrêté un petit moment. Max Médard a subi ce matin encore un petit souci à un genou, Juan Cruz Mallia suit sa rééducation suite à sa fracture de la main, Lucas Tauzin a pris du retard sur sa rééducation, Thomas Ramos s’est blessé gravement contre Brive. L’effectif de derrière est décimé et comme souvent, on fait appel à nos jeunes espoirs, à nos gosses.

Le fait de récupérer les internationaux juste pour la semaine du Munster, c’est inquiétant ?

Ça inquiète tous les coachs en règle générale. Ce qui nous inquiète, c’est quand on nous parle de dynamique et habitude collective chez le XV de France, il n’y a pas de raison qu’on n’ait pas les mêmes besoins. D’autant plus dans un match à l’extérieur contre le Munster. Malheureusement je crois que depuis le Covid, le rythme est propre à chacun, à tout moment le couperet peut tomber sur des tests malencontreux. Je crois que l’adaptation est permanente et c’est vrai que ce n’est pas la meilleure manière de préparer ce huitième.

Qu’avez-vous pensé de leur performance avec le XV de France ?

Cyril (Baille) effectue un Tournoi de très haut niveau et je pense s’installe comme étant un joueur qui compte dans le paysage rugbystique mondial. Antoine (Dupont), à force de lui dire que c’est le meilleur, il faudrait aussi lui dire qu’il a des matchs à assumer en rentrant avec nous et qu’il a de la concurrence. Julien (Marchand) est un néo-international, il a peu de sélections et il récupère le retard que les blessures lui avaient infligé. Dorian (Aldegheri), même si sa rentrée contre l’Angleterre a été dans un contexte compliqué passe un cap de sortie en sortie. Peato a été peu exposé mais reste un joueur sur lequel l’équipe de France compte.

Romain Ntamack (XV de France) sera titulaire contre l'Écosse vendredi

Romain Ntamack (XV de France) sera titulaire contre l'Écosse vendrediIcon Sport

… Et Romain Ntamack ?

Romain est depuis la Coupe du Monde un des joueurs majeurs de l’équipe de France, avec la particularité de jouer à un poste exposé et parfois délicat à jouer. On en a fait tout un plat sur la comparaison avec Jalibert. Romain est un garçon qui sait où il va, ce qu’il fait, et sur qui on peu compter tout le temps, vous l’avez vu sur sa rentrée contre le Pays de Galles. Après Romain, il a une tête de vieux sur les épaules d’un jeune donc c’est un gamin qui est ambitieux et il évolue bien. Même sans le KO (de Jalibert, ndlr), je pense qu’il aurait été logique qu’il soit titulaire.

" C'est une bonne chose pour le rugby d’avoir quelqu’un comme René Bouscatel"

On voit de plus en plus Baptiste Germain qui fait son trou après une période d’adaptation…

Il est pour l’instant dans un rôle qu’il assume pleinement mais il lui reste encore quelques petites étapes à franchir. C’est un gamin qui est venu pour glaner du temps de jeu ou une reconnaissance qu’il n’avait pas à Bordeaux. Ça lui est donné ici parce que je crois et on croit à ce gamin. J’ai plutôt l’habitude de ne pas donner grand-chose et quand je lâche des minutes, c’est qu'elles sont méritées. En l’occurrence, il mérite de grignoter de plus en plus de temps de jeu. On ne lui en donnera pas beaucoup mais il continue à s’exposer, à grandir, c’est un gamin intelligent qui écoute. Il lui reste quelques étapes à franchir pour être d’ici un peu moins de deux saisons quelqu’un qui va compter dans l’effectif.

Il y a des joueurs qui ont profité de cette période de doublons pour enchaîner, c’est le cas de Clément Castets…

Clément a aussi bénéficié du contexte avec la double absence de Cyril Baille, qui réalise un Tournoi de très haut niveau, et de Rodrigue Neti qui avait connu des petits soucis. Entre temps, ça rebat forcément les cartes mais ça reste un garçon hyper investi. Il a un profil totalement différent et complémentaire des autres joueurs du poste. Il a été très souvent titulaire ces derniers temps, c’est un garçon sur lequel on peut compter.

Baptiste Germain grapille du temps de jeu en l'absence d'Antoine Dupont notamment

Baptiste Germain grapille du temps de jeu en l'absence d'Antoine Dupont notammentIcon Sport

Le match de Montpellier, c’est une occasion de plus de garder la position au classement ?

C’est la 20e journée, il nous reste 4 réceptions et 3 déplacements. Le sprint est lancé pour la qualification et le moindre faux-pas rebat forcément les cartes. Tu peux rapidement te retrouver en danger. On ne se fixe pas d’objectif comptable mais un objectif de qualité et de niveau. On l’avait perdu un temps, sur les intentions, les initiatives, la capacité à jouer notre rugby sur la première partie de doublons. Là, ce qui me rassure, c’est que le niveau moyen de notre équipe à augmenté et on arrive à conserver une dynamique positive. Le match de La Rochelle était important pour nous pour se tester avec un groupe un peu remanié dans un des matchs qui a cogné le plus. Brive était aussi un vrai test.

Que pensez-vous de l’élection de René Bouscatel à la tête de la Ligue ?

Vous connaissez mon profond respect et mon affection pour Jean-René. Après, je ne fais pas partie de ceux qui ont déposé un bulletin dans l’urne. Il y avait une forme de période de transition après le double mandat de Paul Goze qui a été marquant par les virages qu’a pris le rugby sur les droits TV et une finale notamment délocalisée. Pour avoir côtoyé Jean-René dans une période du club compliquée, sa vision du rugby et sa modernité sont une évidence à mes yeux. Je crois que c’est quand même une bonne chose pour le rugby d’avoir quelqu’un comme lui qui a ce recul, cette expérience. Au-delà de ce qu’on peut penser, ce n’est pas forcément bien pour le Stade toulousain de retrouver René Bouscatel là, c’est bon pour tous les clubs de Top 14.

On vous suit…

C’est bien pour que les clubs continuent d’exister et pour ne pas toujours être dans la confrontation permanente dans ce monde entre la Ligue et la Fédération. Les clubs ont joué le jeu pour que l’équipe de France puisse jouer une "finale" du Tournoi. On est ravis que cinq de nos joueurs jouent ce match pour gagner un titre majeur, pas gagné depuis plus de onze ans, mais c’est aussi un travail des clubs, qui se sont greffé un doublon de plus. Ce n’est pas un cadeau, il ne faut pas l’oublier et je crois que la fédération en a conscience.

Propos recueillis par Yanis Guillou

Contenus sponsorisés