Icon Sport

Tournoi des VI Nations, Bleus - Machenaud: "L’Italie, potentiellement capable de gagner le tournoi!"

Machenaud: "L’Italie, potentiellement capable de gagner le tournoi!"
Par Rugbyrama

Le 05/02/2014 à 16:20

Après sa victoire initiale contre l’Angleterre, le XV de France s’apprête à recevoir l’Italie avec l’ambition d’enchaîner. Un adversaire que Maxime Machenaud, de la déroute à Rome l’an dernier (23-18), tient en très haute estime.

Comment jugez-vous cette équipe d’Italie?

Maxime MACHENAUD: C’est une équipe potentiellement capable de gagner le tournoi des VI Nations ! Elle est en progrès constant depuis quatre, cinq ans et a accumulé beaucoup d’expérience. J’ai l’impression de voir toujours les mêmes devant depuis que je suis le tournoi, mais ils ont également incorporé des jeunes joueurs qui amènent du dynamisme et cette capacité à faire des passes et jouer. J’ai connu la défaite de l’an dernier et je suis bien placé pour savoir qu’ils peuvent nous surprendre. Ils sont très bons sur les ballons de contre, performants en conquête et il va falloir faire un très bon match pour l’emporter.

Y a-t-il encore un sentiment de revanche par rapport à la désillusion de l’an dernier en Italie (23-18)?

M.M: Oui, nous allons forcément y penser car ce match nous a fait très mal, que ce soit collectivement ou individuellement. C’était une grosse déception. Maintenant, nous ne devrons pas nous attarder trop longtemps dessus. C’est une nouvelle compétition cette année, que nous avons mieux démarré. Il faudra valider la victoire contre l’Angleterre, y mettre le contenu et progresser au fil des matchs. C’est important pour la confiance. Ce n’est pas en ne tentant rien et en faisant un petit match que nous pourrons gagner !

"  Ne surtout pas négliger le secteur défensif "

La tactique de jeu adverse sera a priori de vous faire déjouer…

M.M: C’est sûr. À nous d’être structuré, cohérent dans notre jeu et ne pas se précipiter. Nous devrons mieux gérer nos temps forts et ne pas paniquer sur nos temps faibles, marquer quand il le faut et surtout ne pas prendre des essais en contre qui font très mal, comme on a pu le vivre l’an dernier. Il sera important aussi d’imposer notre rythme sans pour autant se laisser aller à l’euphorie car ils sont capables de tenir la cadence.

Tenter et être efficace, un aspect qui semble en progression cette année…

M.M: C’est ce qu’il nous manquait, d’arriver à scorer, à franchir ce cap dans la finition. Le dernier essai contre l’Angleterre le montre. Nous devons évidemment penser à cette justesse technique qui fait la différence. Après, il sera important de ne surtout pas négliger le côté défensif. L’attaque vient souvent avec des ballons de récupération et de contre, qui sont les meilleurs à exploiter. Face aux Italiens, la défense sera très importante et il ne faudra pas oublier ce secteur primordial au plus haut niveau, qui construit les victoires.

Sur un plan personnel, votre bonne entrée face à l’Angleterre vous à t’elle fait marquer des points dans la hiérarchie des demis de mêlés?

M.M: Je suis surtout content de ce que j’ai pu apporter. C’est le rôle des remplaçants d’apporter ce punch, ce petit plus qui nous a permis d’aller chercher la victoire. Je ne sais pas si j’ai marqué des points mais c’est une bonne chose pour le groupe. Je suis un compétiteur et j’ai un peu le même discours que Dimitri Szarzewski, à savoir cette fierté d’avoir le numéro neuf sur les épaules. Ronan O’Gara (consultant sur les coups de pied au but au Racing-Metro, ndlr) m’a appelé à la fin du match pour me féliciter et me dire qu’il n’y a que le travail qui paye, et cela m’a fait très plaisir.

Contenus sponsorisés