Icon Sport

Tournoi des 6 nations 2014, France-Irlande - Stephane Glas: "J'ai envie de croire en cette équipe"

Glas: "J'ai envie de croire en cette équipe de France"

Le 14/03/2014 à 13:56Mis à jour Le 14/03/2014 à 14:49

Ancien trois-quarts centre de l'équipe de France, l'entraineur montpelliérain, Stéphane Glas, livre son bilan mitigé du Tournoi des Bleus. Il souhaite néanmoins rester optimiste avant la rencontre de samedi (18h) contre l'Irlande.

Quel est votre regard sur les performances des Bleus dans ce Tournoi des 6 nations ?

S.G.: Il me semble que les Français avaient plutôt fait un bon match contre l'Angleterre, face à une belle équipe. Certes, ils avaient obtenu le gain de la rencontre très tard, les Anglais auraient aussi bien pu l'emporter, mais c'était certainement la rencontre la plus cohérente jouée jusqu'à présent. Les Bleus ont peut-être été chanceux, mais ils sont allés chercher le match, ils ont su provoquer leur chance. Ce genre d'oppositions ne se gagne pas par hasard non plus. En ce qui concerne la suite, il ne faut pas oublier qu'il y avait eu plus de quarante minutes de temps de jeu en ouverture, ce qui est à la fois énorme et très rare. Il est ensuite difficile de rester sur ce même niveau de jeu. On a certainement vu de moins bons matchs après ça, les oppositions n'étaient pas les mêmes, et on est retombé en intensité. Gardons tout de même à l'esprit qu'on passe trente points à l'Italie, on ne passe pas non plus par un trou de souris !

Quel est votre ressenti sur les problèmes de jeu de l'équipe de France ?

S.G.: Encore une fois, contre l'Italie, l'opposition était particulière, plus accrocheuse. Le problème avec la rencontre au pays de Galles, c'est qu'il est toujours difficile de mettre en place son jeu quand on recule, quand on est pris dans le combat. Dès que ce bras de fer est perdu, tout ce qui est préparé pendant la semaine tombe à l'eau.

" Je ne crois pas que le staff se voile la face, il cherche simplement des solutions avec le groupe."

La solution ne passerait-elle pas par le rappel de François Trinh-Duc ?

S.G.: Ce n'est pas forcément mon rôle de déclarer que François doit être rappelé ou non. En revanche, ce que je peux dire au vu des matchs et des entraînements qu'il fait avec nous, c'est qu'il est en grande forme, il effectue une superbe saison. On lui a souvent reproché son jeu au pied mais il a énormément progressé, c'est un excellent défenseur, un attaquant, un vrai numéro 10 dans la communication défensive et offensive. En bref, il a le niveau international. Après, je ne suis pas aux réunions du staff de l'équipe de France, et s'ils ne l'appellent pas c'est qu'ils ont une raison...

Comprenez-vous l'attitude positiviste du staff de l'équipe de France face à la critique ?

S.G.: Ce qui est certain, c'est que le staff se pose forcément des questions quant à la communication à adopter après les matchs. Ils sont évidemment conscients du contenu des rencontres. Philippe Saint-André avait poussé un coup de gueule après la confrontation au pays de Galles, il avait tapé du poing sur la table. Tout le monde a vu que le match en Ecosse était moins bon, et il a décidé de changer de discours. Peut-être a-t-il senti que l'équipe n'était pas suffisamment en confiance, et que ce n'était pas le moment d'en remettre une couche et de maintenir la tête des joueurs sous l'eau. Je ne crois pas que le staff se voile la face, il cherche simplement des solutions avec le groupe. Je ne vois pas pourquoi Saint-André et son staff auraient trouvé le dernier match bon alors que tout le monde dit le contraire, et je suppose qu'ils cherchent à protéger leur groupe et lui redonner un peu de confiance.

Voyez-vous une victoire face à l'Irlande samedi ?

S.G.: Je n'ai vu qu'un match de l'équipe d'Irlande, en Angleterre. Ça avait été une excellente rencontre, avec des Irlandais de très haut niveau. C'est certainement la formation la plus régulière depuis le début, qui pourrait bien être galvanisée par le contexte avec la dernière de Brian O'Driscoll, et l'enjeu puisqu'elle joue encore la gagne. Mais aucun match ne se ressemble dans le Tournoi, et avoir été piqué par les critiques aura peut-être fait du bien aux Français. Encore une fois, n'oublions pas que la France a commencé le Tournoi par une belle victoire contre les Anglais, je ne vois pas pourquoi elle ne le finirait pas par une autre contre les Irlandais. Je n'ai pas spécialement peur, et j'ai envie de croire en cette équipe. Tous les scénarios sont possibles.

Stephane Glas - France angleterre - 1997

Stephane Glas - France angleterre - 1997

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés