Icon Sport

Corson : "Je n'ai pas envie de sous-estimer les Galloises"

Corson : "Je n'ai pas envie de sous-estimer les Galloises"
Par Midi Olympique

Le 23/02/2020 à 10:14

TOURNOI DES 6 NATIONS FÉMININ 2020 - Deuxième ligne et cadre du XV de France féminin, Lenaïg Corson a manqué le début du Tournoi. Elle fera son retour en tant que remplaçante dimanche à Cardiff. Elle évoque sa dernière année difficile, la rotation des Bleues et son impression sur ces Galloises.

Vous revenez de blessure, comment allez-vous ?

Ça va très bien, j'ai reçu une béquille lors de la préparation, qui m'a écartée des terrains pour ce début de Tournoi. Psychologiquement ça va mieux aussi. J'ai vécu une année 2019 très très chargée. Entre le VII et le XV, c'était un peu trop. Grâce au rugby à 7 j'ai connu mon premier contrat semi-professionnel en 2014, c'était les débuts des rémunérations pour les féminines. Cela m'a permis énormément de chose, notamment de m’entraîner tous les jours... Mais aujourd'hui, le VII demande un engagement trop important et malheureusement mais sans regret, j'ai décidé de stopper mon projet olympique et ce à 6 mois des Jeux. C'était une décision difficile à prendre. Maintenant je pense au XV, au Tournoi et à la Coupe du monde 2021, je suis épanouie et la blessure est complètement derrière moi.

Vu de l'extérieur, comment analysez-vous ce début de Tournoi ?

Forcément frustrée de ces 20 premières minutes du Crunch à Pau. Après ma blessure, j'ai quitté un groupe déterminé et prêt pour affronter ces Anglaises. C'est une année où on reçoit trois fois, le grand chelem, j'avais envie d'y croire. Lors des 20 premières minutes on passe au travers et ça coûte cher. Contre l'Italie, les filles ont montré qu'au contraire elles voulaient se racheter en démarrant très fort. Ça a fonctionné contre, pourtant, une équipe d'Italie qui ne cesse de faire des progrès.

Pouvez-nous parler de cette équipe galloise, peut-être la plus faible de ce Tournoi ?

Je n'ai pas envie de sous-estimer cette équipe. Il faut les prendre au sérieux, elles savent faire des choses. Surtout lorsqu'elles enchaînent plus de 3 passes vers les extérieurs, elles deviennent dangereuses. Elles ont également quelques avants costauds, qui peuvent faire des différences dans les zones de marque.

Vous avez manqué le début du Tournoi mais vous connaissez l'ambiance qu'il y a eu à Pau et à Limoges avec plus de 10 000 personnes en tribunes à chaque fois. Pour le groupe, est-ce difficile de passer de cela, à une atmosphère plus austère à Cardiff ?

Honnêtement, même si le stade est plus petit, même si les personnes soutiendront les Galloises, mêmes si les conditions climatiques seront plus difficiles, ça ne changera rien à l'engagement et l'intensité que l'on imposera. Vous savez pour mon premier match avec l'équipe de France, il y avait 400 personnes. Les choses ont évolué et c'est très bien, mais ce sera une atmosphère que l'on connaît.

Pour ce déplacement, vous compterez une absence de marque : Romane Ménager. Manque-t-elle au groupe ?

Depuis le début du Tournoi, l'équipe de France organise une légère rotation à chaque rencontre. Le départ de Romane pour rejoindre l'équipe de France à VII était prévu bien avant le Tournoi, nous étions au courant. Il y aura des filles sur le terrain qui sont prêtes pour la remplacer.

Tout au long de la semaine, vous vous êtes entraînées avec les filles du VII justement. Qu'est-ce que cela vous apporte ?

Même si elles n'ont pas toutes d'excellents repères pour jouer à XV, ce sont des filles qui ont des qualités techniques individuelles impressionnantes. De par leur discipline, elles imposent un rythme très intense. On est plusieurs à évoluer dans ces deux formations donc on se connaît bien. C'était une bonne semaine pour tout le monde.

Propos recueillis par Baptiste Barbat

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés