Pro D2 - Jean-Noël Spitzer (Vannes) à propos de Béziers : "Il faut être très honnête, ils sont bons et méritent leur place"

Par Jérémi Blachère
  • Jean-Noël Spitzer s'attend à un gros match contre Béziers.
    Jean-Noël Spitzer s'attend à un gros match contre Béziers. Icon Sport
Publié le
Partager :

Avant de recevoir le leader biterrois, Jean-Noël Spitzer, la manager vannetais, est longuement revenu en conférence sur la rencontre perdue face à Provence Rugby et sur le match crucial à domicile qui s'annonce. 

Trois petits points. C’est ce qu’il a manqué à Vannes vendredi dernier pour ramener autre chose qu’un point de bonus défensif du stade Maurice-David. Pour autant, ce duel au sommet face à Provence Rugby a permis aux Bretons de remettre quelque peu les pendules à l’heure et les têtes à l’endroit après le sentiment d’impuissance ressenti au match aller face aux Provençaux (défaite 17-27). "C'est un match très riche d'enseignements. On a campé pendant 20 minutes dans leur camp, dans leur 22 mètres, en étant stérile. C'est ce qui coûte certainement la possibilité de gagner. On a loupé trop d'occasions. C'est un match avec une grosse intensité sur le contact mais pas un gros volume de jeu : ça ressemblait à un match de phase finale" a relaté Jean-Noël Spitzer.

Et dans cette rencontre sous pression, malgré le manque d’efficacité, le groupe breton a bataillé jusqu’au bout en restant fidèle à ses principes de jeu. "Tactiquement, tout n'a pas été juste, c'est sûr. Mais en même temps, c'est notre système. On fonctionne comme ça. Ça a souvent marché. Là, ça n'a pas marché. On ne va pas tout remettre en cause à cause de ça" a confié le manager morbihannais. Une semaine après ce choc, voici que ce championnat aux allures de marathon a placé une nouvelle épreuve sur le chemin des Bretons : la réception de Béziers, actuellement leader de Pro D2.

"Ce n'est pas réellement une surprise"

Alors que Vannes n’a plus gagné à l’extérieur depuis le 3 novembre dernier et un déplacement à Rouen, rester invaincu à domicile jusqu’à la fin de saison est devenu crucial. "Depuis Noël, on se dit ça, priorité aux matchs à la maison. On est à trois victoires bonifiées consécutives à domicile. Pour l'instant, il faut qu'on ait ce socle-là, qu'on puisse s'appuyer là-dessus" a insisté l'homme de toujours du RC Vannes.

En face débarquent donc des Héraultais boostés comme jamais. S’ils ne se sont jamais imposés dans la cité des vénètes, les joueurs de l’ASBH débarquent avec une confiance inédite. Si à l’aller, le match s’était terminé sur un nul acquis au stade de la Méditerranée, la qualité de l’opposition Rouge et Bleue avait déjà interpellé le manager morbihannais : "Au match aller je les avais trouvés déjà très bons. Le score à la mi-temps avait été flatteur pour nous. Ils sont aujourd'hui dans une sacrée dynamique. On pense qu'elle va s'arrêter, mais ça n'arrête pas. Ce n'est pas réellement une surprise".

Et pour cause. Sur les dix dernières rencontres, les Biterrois l’ont emporté neuf fois. Ils restent également sur quatre succès consécutifs à l’extérieur. De quoi impressionner. "Il faut être très honnête, ils sont bons et méritent leur place. Ils me font un peu penser à l'équipe que nous étions la première année où on a fait la demi-finale (nldr : saison 2018-2019). C'est une équipe, à un moment donné, qui était très insouciante, qui était au-delà de ses objectifs. Et c'est très bien pour le championnat que des équipes qui n'ont pas forcément le plus gros budget soient dans la bonne dynamique collective. Il faut les féliciter par rapport à ce qu’ils produisent" a également reconnu Jean-Noël Spitzer.

Si les hommes de Pierre Caillet semblent avoir pris le relais sur les vannetais en termes de dynamique, les Bretons n’en oublient pas la qualification après un début de saison en boulet de canon : "Je pense qu'on arrivera à se qualifier maintenant. Dans quelle position, je ne sais pas. Mais on sait qu'il faut se préparer à des gros matchs de temps en temps". Ça tombe bien : à l’aube du sprint final du championnat, la venue du leader Biterrois au stade de la Rabine a des allures de répétition générale à ne pas manquer au risque de voir s’éloigner le soleil printanier.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (5)
Kry514 Il y a 1 mois Le 22/02/2024 à 18:28

Ça s'adresse à qui ?

Rudebi Il y a 1 mois Le 22/02/2024 à 13:02

Clair lol

LoupVert Il y a 1 mois Le 22/02/2024 à 10:35

Contrairement à son public qui lui ne mérite pas sa place...

Kry514 Il y a 1 mois Le 22/02/2024 à 13:08

Je ne vois pas pourquoi son public ne mériterait pas sa place. Chacun doit balayer devant sa porte.
Loupvert dis nous le club que tu soutiens et je trouverai des tas de griefs contre tes supporters....

FlorianJehanno Il y a 1 mois Le 22/02/2024 à 15:06

Ne serait-ce pas ton commentaire qui n'a pas sa place ?