Coupe du monde de rugby 2023 - Baky écrit : quand on que 20 ans

Par Bakary Meïté
  • Bakary Meïté est impressionné par la précocité de Louis Bielle-Biarrey
    Bakary Meïté est impressionné par la précocité de Louis Bielle-Biarrey Midi Olympique
Publié le
Partager :

Dans sa chronique hebdomadaire, Bakary Meïté revient sur la titularisation de Louis Bielle-Biarrey avec le XV de France, face à l'Uruguay, ce jeudi à 21h, à Lille. L'ancien troisième ligne est sidéré par la précocité et le talent du Bordelais, 20 ans à peine.

Ce jeudi, Louis Bielle-Biarrey s’apprête à débuter un match en coupe du monde de rugby. À 20 ans. Rendez-vous compte. Je ne connais pas Louis, (j’espère qu’il me pardonnera la familiarité de le surnommer LBB le temps de cette chronique) et je l’ai très peu vu jouer pour ainsi dire. La dernière fois, c’était à Nantes, au stade de la Beaujoire. J’étais aux premières loges. Du moins en première mi-temps. LBB tenait l’aile qui était proche de la tribune ou j’avais pris place. J’ai vu un garçon insouciant et plein d’assurance. Qui n’a pas tremblé face à des ailiers fidjiens qui lui rendaient une bonne vingtaine de kilos. Son body langage ne trahissait pas. Il fait partie de la trempe des futurs grands.

Au-delà de l’analyse du jeu de LBB, J’essaie de me mettre dans sa paire de crampons et d’imaginer ce qui peut bien se passer sous son casque rouge.

Une saison en top 14, quelques sélections en équipe de France U20, zéro sélection en équipe de France avant cet été, et le voilà titulaire lors du 2eme match de poule de cette coupe du monde. Sa Coupe du monde. A-t-il le temps de réaliser ? Sa carrière s’amorce à peine que le voilà déjà en train de gravir le col le plus ardu de celle-ci.

Nul doute que Mickael Campo, le préparateur mental du XV de France a fort à faire avec ce genre de spécimen. À moins que cela ne soit l’inverse. Et que sa tache soit facilitée par l’équanimité dont fait preuve LBB. Ce qu’il renvoie aux suiveurs des Bleus, c’est l’image d’un garçon sur lequel tout glisse. À croire qu’il s’est oint d’une substance qui fait coulisser les doutes et les ombrages qui accompagnent normalement la trajectoire d’un jeune joueur de rugby en construction.

Probablement la même substance qui lui permet de se jouer des tentatives vaines de ses adversaires, de le clouer au sol.

Car l’immobilisme n’intéresse pas le jeune ailier. Lui vit sa situation en mode avance rapide, comme dans la scène finale de Benny Hill, mais sans la musique qui caractérisait le côté hilarant du show télé anglais. Comme lors de son premier match en professionnel avec son club l’UBB. Quand certains espoirs des clubs pros sont envoyés "à l’abattoir" en coupe d’Europe en guise de baptême du feu, ils leur arrivent parfois de passer à travers, ou de ne pas être au niveau tout simplement. Du baptême, LBB a pris le feu. Trois essais face aux Scarlets et le titre honorifique d’homme du match. Lui, le plus jeune joueur sur la feuille de match ce jour-là. Le garçon est pressé. Très pressé.

Le voilà, quelque 20 mois plus tard, titulaire à l’aile de l’attaque française, pour venir punir des Uruguayens qui seront sans nul doute accrocheurs mais qui n’auront pas les armes nécessaires pour contrarier un XV de France confiant et en pleine maîtrise de son sujet.

Avec une telle précocité rien d’infamant à ce que son palmarès soit encore vierge. Il aura sans doute le temps de gagner et de le garnir. S’il pouvait commencer au soir du 28 octobre de cette année faste pour lui, personne ne lui en tiendrait rigueur…

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
gmailcom Il y a 5 mois Le 14/09/2023 à 14:21

TheKingST, c'est exactement ce que je me disait!

En tous cas, un réel talent et beaucoup de plaisir à le lire.

TheKingST Il y a 5 mois Le 14/09/2023 à 13:34

Bravo Baky quelle plume vous avez !! C'est même bizarre pour un rugbyman d'être aussi érudit