Icon Sport

Les ovnis des Bleus : Azagoh, l'exemple du travail qui paye

Les ovnis des Bleus : Azagoh, l'exemple du travail qui paye
Par Rugbyrama

Le 29/06/2021 à 17:38Mis à jour Le 29/06/2021 à 19:40

XV DE FRANCE - Parmi les 41 joueurs présents en Australie pour disputer trois rencontres contre les Wallabies les 7, 13 et 17, Fabien Galthié a fait appel à 22 novices et plusieurs belles surprises de la saison écoulée. L’occasion de découvrir qui sont ces nouveaux arrivés chez les Bleus.

Mettons directement les choses au clair : voir Pierre-Henri Azagoh en équipe de France est tout sauf une surprise. Le natif de Nîmes éclabousse de son talent de Top 14 cette année, sous la tunique du Stade français. À seulement 22 ans, Azagoh s'est fait une place en seconde ligne, alors même qu'il est mis en concurrence avec Yoann Maestri, Mathieu De Giovanni ou autre Paul Gabrillagues.

Mais le joueur formé à Massy possède des qualités toutes particulières : "Très généreux dans l’effort, il a une grosse activité, décrit Didier Faugeron, l'entraîneur qui l'a lancé en professionnel, à Massy. Il faisait partie des jeunes du club à potentiel et comme notre politique était de les faire jouer, "PH" a intégré l’équipe." Auteur de huit feuilles de match en 2017/18, puis de quinze en 2018/19, Azagoh s'est confronté à la Pro D2 pour se former au mieux, dans un championnat reconnu pour sa rudesse.

Une grosse présence physique

Faugeron explique : "La Pro D2 est un passage obligé, surtout pour des joueurs de ce poste-là. À 18 ans, en Pro D2, c’est dur. Ça va vite, ça tape fort. Il y a des gens qui ont du métier en face aussi. C’est un apprentissage accéléré, parce que la compétition Espoirs déplace beaucoup le ballon et joue, mais est moins physique que cette Pro D2." Un vrai palier a tout de même été franchi en 2019, lors de sa signature au Stade français.

Pro D2 - Pierre-Henri Azagoh sous le maillot de Massy

Pro D2 - Pierre-Henri Azagoh sous le maillot de MassyIcon Sport

Sous le maillot parisien, Azagoh s'est aussi imposé à son rythme, grâce à sa rigueur. "C'est quelqu'un d'assez calme et sérieux, un gros travailleur", confirme son coéquipier, Yoann Maestri. En deux ans, le nouvel appelé en équipe de France s'est distingué de par ses aptitudes physiques "qui se construisent par le travail et l'envie de se développer, dixit Maestri. Sa plus grosse qualité sur le terrain reste son activité."

Une activité remarquée lors de la fin de cette saison. Alors que le Stade français était en délicatesse avec des absences en seconde ligne, Azagoh s'est retrouvé sur le devant de la scène. Titulaire notamment à l'occasion du barrage de Top 14 face au Racing 92, le jeune seconde ligne a emmagasiné beaucoup de confiance. "Il a eu une saison très particulière avec très peu de temps de jeu sur les ¾ de la saison et après, il a énormément aidé l’équipe à un moment particulier et il s’est révélé", rappelle Maestri.

Champion du monde U20 en 2018

Ce dernier voit d'ailleurs la sélection de son jeune coéquipier comme une opportunité pour lui de se faire voir et de prendre un premier contact avec le staff bleu. "Vu que c’est une tournée qu’on donne une possibilité à certains joueurs qui le méritent de s’exprimer, c’est très bien pour lui. Ça va lui permettre de travailler en relation avec les entraîneurs. L’équipe de France n’appartient à personne, il y a de la concurrence. À lui d’être un potentiel sélectionnable pour la suite."

Pierre-Henri Azagoh a été champion du monde 2018 avec l'équipe de France U20

Pierre-Henri Azagoh a été champion du monde 2018 avec l'équipe de France U20Icon Sport

D'ailleurs, si l'équipe de France A est une découverte pour le Biterrois d'origine, il connaît bien la tunique bleue pour avoir déjà été champion du Monde avec les U20, en 2018. Au milieu d'une génération dorée (Ntamack, Gros, Carbonel, Marchand, Woki), Azagoh a aussi passé un cap en côtoyant ces matchs à haute tension et à haut niveau. "C’est quelque chose d’important chez les jeunes, explique Didier Faugeron. Ce sont des matchs de haut niveau. Il faut savoir agir et réagir très vite. Ça a dû aider au franchissement des différents paliers parce qu’il a vu que d’autres joueurs de ce groupe pointaient le bout de leur nez en équipe première."

La soif d'apprendre

Désormais lui aussi avec les grands Bleus, "PH" doit encore travailler un maximum, comme il en a l'habitude. D'autant plus que tout n'est pas encore parfait dans son jeu, ce qui est parfaitement normal pour un joueur de cet âge. "Au niveau de la discipline qu’il faut qu’il progresse. Parfois, il est trop souvent sanctionné ou sanctionnable", confie l'ancien entraîneur de Massy. Mais tout laisse à croire que le déjà très mature seconde ligne va acquérir toutes ces qualités avec l'expérience. "Il va se développer de plus en plus et prendre de la confiance en lui pour développer son jeu" analyse Maestri.

Avec un joueur aussi talentueux et travailleur, nul doute que le XV de France garde un très bon standing de qualité, en l'absence de joueurs comme Bernard Le Roux et Paul Willemse, les deux titulaires habituels. Azagoh a soif de succès, ça tombe bien, c'est ce dont l'équipe de France rêve dès ce juillet, en Australie.

Par Yanis GUILLOU

Contenus sponsorisés