Icon Sport

XV de France - Gaël Fickou : "Si on est honnête, notre manque de précision est chronique"

Fickou : "Si on est honnête, notre manque de précision est chronique"

Le 12/11/2018 à 13:03Mis à jour Le 12/11/2018 à 13:04

XV DE FRANCE - Alors que le XV de France a une nouvelle fois échoué dans les dernières secondes du match, le trois-quarts centre du Stade Français Paris livre un constat sans concession sur le manque de précision des Bleus.

Rugbyrama : Gaël, comment rebondir après une telle défaite ? Qu’est-ce qui prédomine aujourd’hui, la colère ou l’abattement ?

Gaël Fickou : C’est jamais facile. On ne peut jamais oublier même si la journée de dimanche a fait du bien. Malheureusement, le match est fini. On ne peut plus rien y faire à part apprendre de nos erreurs. Mais on ne peut être que déçu même si on peut dire qu’il y a des choses extérieures qui ne nous appartiennent pas et qui ne nous aident pas. On doit être plus précis et encore une fois, on ne l’a pas été.

Vous avez compris pour quelles raisons vous étiez remplaçant ?

G.F : Je n’ai pas cherché à comprendre. Je respecte les choix des entraîneurs. Je ne suis même pas allé le voir pour avoir des explications. Tout le monde ne sera jamais d’accord avec les décisions d’un coach. Mais vu mon début de saison, j’espérais avoir mieux. Forcément, c’est frustrant mais j’attends mon tour. Mais si Doum (Geoffrey Doumayrou) joue, c’est qu’il le mérite.

" Entre joueurs, on doit se mettre une barre d’exigence beaucoup plus haute"

Au moment où vous perdez ce ballon sur la dernière mêlée, envisagez-vous une seule seconde perdre cette rencontre face aux Springboks ?

G.F : Franchement non, pas une seule seconde. Ils sont loin de la ligne. On se dit qu’on va encore défendre et que ça va être très difficile. Mais on ne se dit pas qu’ils vont marquer. C’est impossible de le concevoir. Quand tu revois les images, c’est frustrant.

Durant le match, notamment en seconde période, il n’y a aucun indice qui fait dire que le match vous échappe ?

G.F : C’est surtout sur les coups d’envoi où on peut s’en vouloir. C’est dommageable. On ne peut pas rivaliser comme ça avec les meilleurs équipes du monde. A chaque fois, c’était trois points pour eux alors que nous, on devait aller se les chercher.

XV de France - Gaël Fickou face à l'Afrique du Sud

XV de France - Gaël Fickou face à l'Afrique du SudIcon Sport

Vous semblez vraiment agacé après cette défaite ?

G.F : C’est compliqué de trouver une explication. J’ai l’impression qu’on se répète souvent mais il faut mettre des actes derrière nos paroles maintenant. Je ne pense pas que l’on manque de mental. C’est notre manque de précision et de confiance qui nous font défaut. On fait preuve de fébrilité. On ne doit jamais se faire arracher le ballon en fin de match. On n’a pas le droit de faire ces fautes qui les remettent dans le match. On voit qu’on se rapproche mais qu’on n’y est toujours pas.

Est-ce que votre manque de précision n’est pas devenu chronique ?

G.F : Bien sûr. Si on est honnête, et quand on regarde les résultats, on est obligé de le dire. Ce serait mentir que ce n’est pas chronique. On manque de précision depuis un certain temps. Ça crève les yeux qu’on a la capacité et l’équipe pour rivaliser face aux meilleurs. On est jamais loin mais on n’y est jamais vraiment. Il faut l’inverser. Comment le faire ? Je ne suis pas coach. Entre joueurs, on doit aussi trouver des solutions et se mettre une barre d’exigence beaucoup plus haute.

" Si on est toujours dans un confort en se disant "là, ça va bien se passer", ça ne marchera pas"

Les joueurs doivent également changer leur façon d’aborder de telles rencontres ?

G.F : Individuellement, il faut peut-être se rajouter quelques entraînements à la fin, passer plus de temps sur les ordis même si ce ne sont pas les ordis qui vont nous rendre meilleur. Mais pour être plus précis, certainement. Il faut bosser nos systèmes, savoir où se placer. Ce sera forcément positif.

XV de France - Gaël Fickou face à l'Afrique du Sud

XV de France - Gaël Fickou face à l'Afrique du SudIcon Sport

Cela signifie que les entraînements durant la semaine ne suffisent pas ? Il faut allez chercher plus loin ?

G.F : Il faut qu’on s’entraîne de façon à ce que ces situations n’arrivent jamais. Travailler peut-être plus sous pression, avec beaucoup plus de rythme, en ayant moins le temps de réfléchir et que ça devienne des automatismes. Si on est toujours dans un confort en se disant "là, ça va bien se passer", ça ne marchera pas. Il faut se mettre dans la difficulté. Je le vois au Stade Français où l’on arrive à retrouver un cadre, des solutions sous la pression, sous la fatigue. Sur la précision, sur le timing, il faut qu’on bosse. Le reste, on l’a : les passes, la technique, le physique. Ces équipes ont peut-être moins de folie que nous, mais ils sont super précis et il n’y a rien à dire. On ne peut que s’en vouloir.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0