Icon Sport

XV de France - Pourquoi croire en ces Bleus ?

Pourquoi croire en ces Bleus ?
Par Emilie Dudon via Midi Olympique

Le 15/11/2018 à 19:00Mis à jour Le 16/11/2018 à 08:22

XV DE FRANCE - Battus par les Springboks, les Bleus doivent une revanche à leurs supporters qui sont dépités depuis quelques temps. Il reste quelques raisons de croire encore en ce groupe qui dans un an retrouvera l’Argentine dans sa poule de Coupe du monde.

Alors, on fait quoi ? On fout notre licence à la poubelle, en même temps que les crampons du petit dernier ? On lance une pétition Facebook pour réclamer la naturalisation d’Owen Farrell et de Kieran Read ? On se jette dans la Garonne, l’Isère, la Corrèze ou la Seine, de désespoir de voir ces Bleus nous faire à nouveau rêver un jour ? Ou au moins gagner ? Ce serait un peu foufou. Parce que ça peut paraître dingue dit comme ça, mais on n’a pas vu la France gagner depuis des mois. Huit exactement. Soit cinq rencontres.

Les Bleus ne sont pas sortis la tête haute d’un terrain depuis le 10 mars et leur vigoureux succès contre l’ennemi anglais (22-16). Ils n’en ont plus l’habitude de toute façon : ils n’ont remporté que deux de leurs quinze derniers matchs. Neuf, en tout, depuis la Coupe du monde 2015. Sur trente sorties.

On vous épargne le calcul : cela représente un ratio affligeant de 30 % de victoires en trois ans, qui a fait dégringoler la France au huitième rang mondial selon le classement de World Rugby. C’est moche. Autant qu’un "mille contre un" oublié par Teddy Thomas après avoir éliminé six défenseurs d’un seul coup de rein ou qu’un drop de Jonathan Sexton qui vous vole la victoire à la 83e minute du premier match d’un nouveau sélectionneur (suivez notre regard…).

XV de France - Teddy Thomas contre l'Afrique du Sud

XV de France - Teddy Thomas contre l'Afrique du SudIcon Sport

Avec l’énergie du désespoir

Voilà donc l’état du XV de France. On a déjà eu l’occasion de le dire, de l’écrire. Et de le redire et de le réécrire (parce que l’histoire a une fâcheuse tendance à repasser les plats, en ce moment, dans le rugby tricolore). Bon. Alors on vous le redemande : on fait quoi du coup ? Considérant, d’abord, qu’il y a plus grave évidemment l’actualité des derniers jours, avec les funestes commémorations de l’Armistice de 14-18 ou des effroyables attentats du 13 novembre 2015, nous l’a rappelé ; considérant, aussi, qu’on est à moins d’un an de la neuvième Coupe du monde de l’histoire de notre sport, on s’est dit que s’il existe ne serait-ce qu’une seule raison d’y croire, il faut se jeter dessus.

Avec l’énergie du désespoir, cela va sans dire. Et figurez-vous qu’en cherchant, on en a trouvé plusieurs, des motifs d’espoir, avant ce match contre une équipe qui nous réussit toujours si mal. Moribond, ce XV de France n’en détient pas moins quelques promesses qui laissent une porte entrouverte sur des lendemains meilleurs. Les promesses n’engagent que ceux qui les croient. Nous, on y croit.

Contenus sponsorisés
0
0