• Top 14 - Baptiste Couilloud (Lyon).
    Top 14 - Baptiste Couilloud (Lyon).
  • Xavier Garbajosa - Lyon
    Xavier Garbajosa - Lyon

L’antisèche : le banc du Lou a tout fait basculer

Le

TOP 14 - Sous pression et auteurs d’une première période poussive, les Lyonnais ont profité d’un coaching tonitruant pour doucher les espoirs de l’UBB en fin de match.

Le match : coaching gagnant pour "Garba"

Parti sur des bases exceptionnelles avec une première action longue de plus de trois minutes, ce Lyon-UBB est rapidement redevenu plus conforme à ce que l’on en attendait, à savoir un match entre équipes en manque de confiance. À ce petit jeu, ce sont les Girondins qui ont longtemps fait la course en tête, profitant des erreurs de locaux très tendus pour inscrire deux essais en moins de vingt minutes. Sauf que ces derniers ont eu la mauvaise idée de céder à l’indiscipline, permettant au Lou de revenir de manière inespérée à portée de fusil juste avant la mi-temps. L’entrée en jeu précoce de cadres récemment remis en question par Xavier Garbajosa (Couilloud, Sobela) puis d’une deuxième vague impressionnante (Taufua, Charcosset, Regard) coïncidant avec l’essai de Saghinadze qui remit Lyon sur les rails, l’UBB cédant à son tour au doute dans les 20 dernières minutes jusqu’à concéder deux autres essais synonymes de défaite non bonifiée.

Xavier Garbajosa - Lyon
Xavier Garbajosa - Lyon

Le tournant : Buros, un en-avant lourd de conséquences

Alors qu’ils menaient au score (19-21) et négociaient une phase de jeu dynamique au large aux abords des 22 mètres lyonnais, les Girondins avaient à l’heure de jeu toutes les cartes en main pour négocier au mieux leur fin de match. Sauf qu’un en-avant en bout de ligne de Romain Buros (déjà malheureux en première période sur une transmission pour Mori) mit un terme à ce temps fort, immédiatement suivi d’une nouvelle pénalité en mêlée qui permit au Lou de revenir dans le camp bordelais. Une petite erreur (très) lourde de conséquences, puisqu’elle précipita l’énorme trou noir des Unionistes en fin de match…

L’homme : Couilloud, ce symbole

Formé au club depuis son plus jeune âge, le demi de mêlée international Baptist Couilloud symbolise mieux que personne son club du Lou, entre ses exceptionnelles qualités offensives et ses régulières difficultés dans la gestion. Des raisons qui avaient poussé Xavier Garbajosa à reléguer son joueur sur le banc, ce que celui-ci avait évidemment peu goûté. "Oui, j’étais frustré de démarrer sur le banc, avouait Couilloud au micro de Canal+. Jean-Marc Doussain a d’autres qualités que les miennes et a très bien géré la première mi-temps. Le rôle d’un joueur, c’est de jouer, alors j’ai fait ce que j’ai pu et amené ce que j’avais à apporter. Le contrat est rempli, c’est le plus important." Le mot est faible, tant l’entrée de Couilloud électrisa un ensemble lyonnais jusqu’alors ronronnant.

Le nommé quotidien avant la 69ème cérémonie des #OscarsMidol le 24 octobre n'est autre que le numéro 9 du @LeLOURugby Baptiste Couilloud !

Pour élire les meilleurs joueurs > https://t.co/9LGLCaf6gH pic.twitter.com/Rgwb8m4UTR

— Midi Olympique (@midi_olympique) October 2, 2022

La question

Si les Girondins ont à ce point manqué d’énergie en fin de match, c’est peut-être en raison des deux (indiscutables) cartons jaunes récoltés au préalable, qui les ont obligé à évoluer vingt minutes à quatorze contre quinze. Une indiscipline d’autant plus regrettable qu’elle fut grossière, à l’image de cette faute de Jalibert au sol en fin de première mi-temps, ou de ce plaquage à retardement de Timu trente secondes après son entrée en jeu… Pénalisée à plus de 15 reprises, l’UBB a donné l’impression de se saborder à Gerland, ce qui commence à devenir une mauvaise habitude…