Icon Sport

Bastareaud : "Je sais d’où je viens"

Bastareaud : "Je sais d’où je viens"
Par Rugbyrama

Le 19/09/2022 à 00:11Mis à jour Le 19/09/2022 à 18:49

TOP 14 - Titulaire pas si surprise dans le XV de départ, le troisième ligne est redevenu joueur de nombreux mois après sa double blessure aux genoux. En conférence de presse, il s'est montré ému de son retour sur les terrains.

Comment avez-vous vécu ce retour à Mayol, avec le maillot du RCT sur les épaules ?

C’était particulier. C’est le mot. Il y avait beaucoup de charge émotionnelle. Je reviens de loin. Ça c’est bien passé. C’est super pour l’équipe la victoire. Je me suis bien senti. Je suis content d’avoir foulé la pelouse de Mayol. Je suis quelqu’un qui ne lâche pas facilement. Je sais d’où je viens, ce que j’ai fait pour être présent ce soir.

Comment avez-vous vécu cet avant-match ?

Je suis vite passé au-dessus de l’émotion. J’ai de la bouteille. Je sais comment gérer ça. J’ai essayé d’aider l’équipe et les plus jeunes. C’était une manière de me tester, et de me rassurer.

Est-ce que vous étiez certain d'être sur la pelouse ce soir ?

J’étais sûr de jouer. Je me suis préparé pour jouer. Peut-être qu'un ouragan m'aurait empêché de jouer cette rencontre (rires)...

Comment analysez-vous cette victoire ?

On a fait une belle première période, et une bonne entame. Après, on a un peu subi. On n’a pas eu trop de ballons. Il y a eu des décisions arbitrales. On a eu des difficultés à inverser la pression. Mais, on gagne. C’est positif.

Mathieu Bastareaud (Toulon)

Mathieu Bastareaud (Toulon)Icon Sport

On a senti que vous avez été le guide sur le terrain...

Sur le scénario du match, quand on a pris des essais, j’ai vu des têtes baisser. C’est pour ça que je suis là. Ça ne se fera pas du jour au lendemain. Il faut qu’on passe au-dessus. Ça passe par des matchs comme ça. Finalement, on ne craque pas. On gagne ! On a peut-être manqué un peu de maîtrise. Le groupe est relativement jeune. On apprend sur le terrain.

Racontez-nous ce sentiment unique que vous avez avec Mayol...

Avec Mayol, c’est un amour réciproque. Comme je l’ai dit, sur le terrain, ici, je n’ai jamais triché. Le public de Mayol aime les personnes qui sont généreuses sur le terrain. Eux, ce qui les intéressent, ce n’est pas que tu traverses le terrain. Ils aiment les mecs qui chavirent les mêlées, les mecs qui s’ouvrent le crâne pour arrêter un mec. Je me suis toujours donné à 200%. Ils me le rendent.

Pourquoi avez-vous fendu la foule sur l'Avenue des Légendes ?

Je me serai bien caché derrière Timani (rires). Baptiste m’a dit de passer en premier. Je ne voulais pas trop. Personne ne s’est levé à l'arrivée du bus. Donc à un moment, je n'avais plus trop le choix sinon on allait être en retard. Donc, je me suis dit qu’il fallait y aller.

Est-ce particulier d'avoir été remplacé par Parisse ?

Sergio m’a vu arriver au Stade Français. Pouvoir rejouer avec lui, c’est énorme. Ça a été mon capitaine à Paris, je ne le présente plus. C’est un mec, pendant ma convalescence, qui a toujours pris de mes nouvelles. Il n’y en a pas eu beaucoup. Il m’a bien accueilli. Il m’aide sur le poste. C’est un monsieur.

Propos recueillis par Mathias Merlo

Contenus sponsorisés