"Sur la même dynamique"

Gonzalez : "Sur la même dynamique"
Par Rugbyrama

Le 14/07/2009 à 08:15Mis à jour

Biarritz a repris l'entraînement il y a dix jours. Les Basques, qui ont connu une saison difficile l'an dernier, se sont immédiatement mis au travail pour conserver la dynamique de leur fin de championnat, marquée par un net regain de forme. Le coach Jean-Michel Gonzalez est satisfait de la reprise.

Quel discours avait-vous tenu aux joueurs pour la reprise ?

Jen-Michel Gonzalez : Je n'en ai pas tenu. D'eux-mêmes, les joueurs ont affirmé leur volonté de rester sur la même dynamique, ils savent qu'ils n'ont pas le droit de passer à côté du début du championnat parce qu'ils ne veulent surtout pas revivre ce qui s'est passé l'année dernière. Il faut donc être prêts physiquement et techniquement. Je n'ai pas fait de mise en garde, ce n'est pas la peine d'insister, les joueurs ont été assez malheureux et traumatisés. Ils sont en forme et leur état d'esprit est excellent, les nouveaux s'intègrent bien. Alors je ne veux pas leur saper le moral.

Quels ont été les grands axes de votre recrutement ?

J-M. G. : Nous avons voulu renforcer l'équipe après le départ de certains joueurs et face aux manques que nous avions constatés la saison dernière. Cela concernait notamment la deuxième ligne, mais je souhaitais aussi apporter de la vitesse derrière. Il faut préparer l'avenir et augmenter la qualité de l'équipe, j'estime que c'est ce que nous avons fait.

Avec le recul, comment analysez-vous le début de saison chaotique l'année dernière ?

J-M.G. : C'est difficile pour moi d'en parler car je n'étais pas là au début de la saison... Je crois que les joueurs se sont trouvés dans un marasme sportif et extra-sportif. Ils ont souffert d'un grand manque de confiance, et après, c'est très compliqué, c'est la spirale de l'échec. Les décisions qui ont été prises concernant le staff ont affecté les joueurs qui se sont sentis perdus.

Comment alors expliquer le revirement à mi-saison ?

J-M.G. : La stabilité s'est installée. Je pense aussi que les joueurs savaient ce que je pouvais leur apporter à mon arrivée. Ils ont adhéré et ils se sont mis à travailler sans réfléchir. On leur a redonné de la confiance et les résultats sont revenus. Mais ils ne sont pas devenus bons au cours de la saison, la qualité des joueurs était là dès le départ, et pourtant on a eu l'impression de voir deux équipes différentes à six mois d'intervalle. Ça signifie que le problème venait aussi d'eux. On leur donne les armes mais après c'e sont eux qui jouent. S'ils ne suivent pas les consignes, ça devient difficile.

Le staff du XV de France a évoqué la possibilité de faire jouer Damien Traille à l'ouverture. Serait-il envisageable que vous le repositionnez en 10 à Biarritz ?

J-M.G. : Damien est un très bon joueur qui peut évoluer à l'arrière et à l'ouverture mais il jouera là où on a besoin de lui. C'est-à-dire pour le moment au centre.

Pensez-vous que le recrutement ambitieux de certains clubs peut bousculer la hiérarchie du Top 14 ?

J-M.G. : Oui. C'est la première saison où les 14 équipes en lice sont de valeur plus ou moins égale. Cette année, ça va être compliqué pour tout le monde. Ce sera très ouvert comme compétition, il ne faudra surtout pas rater le début de saison.

Contenus sponsorisés