Icon Sport

JO 2020 : Surprises, déceptions, statistiques... Le tournoi féminin du Seven passé au crible

JO 2020 : Surprises, déceptions, statistiques... Le tournoi féminin du Seven passé au crible
Par Rugbyrama

Le 01/08/2021 à 10:06Mis à jour Le 01/08/2021 à 10:08

JO 2020 - La France et les Fidji en belles surprises sur le podium, l'Australie et le Canada en déception de la compétition... Retour sur cette édition 2020 des Jeux Olympiques à Tokyo, version féminin !

Les surprises : La France se pare d’argent, les Fidji tenaces jusqu’au bout

Les objectifs de médaille étaient annoncés par les joueuses elles-mêmes. Après un tournoi de qualification parfait sans le moindre point concédé, l’équipe de France s’avançait avec des certitudes, mais avec aussi le spectre de la 6e place aux Jeux de Rio de 2016. Une mise en route solide face aux Fidji, une domination totale sur le Brésil et, surtout, une victoire cinglante sur le Canada ont mis les filles de David Courteix sur les meilleurs rails. Malgré une entame inquiétante face à la Chine, en quart de finale, les Françaises ont très vite renversé la vapeur pour jouer leur deuxième match couperet du tournoi face à la Grande-Bretagne.

Avec une nouvelle victoire dominante, les Bleues allaient rencontrer les Néo-Zélandaises avec la certitude d’avoir réussi leur tournoi. Finalement battues, elles auront fait un bond de 4 places par rapport aux JO de 2016. Même constat pour les Fidjiennes. Réputées moins étincelantes que leurs compatriotes masculins, doubles champions olympiques, les coéquipières de Reapi Ulunisau (meilleure marqueuse fidjienne) ont bataillé face à toutes les nations qu’elles ont affrontées. D’abord contre la France (défaite 12-5), puis face au Canada (victoire 26-12) et enfin contre le Brésil (41-5), les Fidji ont hérité de l’Australie, championne olympique en titre.

Alors que l’Enfer leur était promis, elles ont finalement éliminé les Australiennes, créant l’exploit le plus retentissant du tournoi 2020. Si les Fidjiennes se sont inclinées en demi-finale contre les Néo-Zélandaises, elles ont tout de même arraché une précieuse médaille de bronze face aux Britanniques. Une récompense méritée pour l’équipe la plus surprenante de ces Jeux tokyoïtes. Enfin, les Chinoises ont impressionné en se qualifiant en quart de finale malgré leur statut de l’équipe la plus mal classée du tournoi.

Les déceptions : L’Australie et le Canada trop vite au tapis

Les Canadiennes s’avançaient à Tokyo avec le statut de 3e meilleure équipe mondiale et une médaille de bronze glanée à Rio. La première victoire face au Brésil (33-0) a finalement été l’arbre qui cachait la forêt. Défaites coup sur coup par les Fidjiennes et les Bleues, les Canadiennes pouvaient encore espérer une qualification en quart de finale si la Nouvelle-Zélande s’imposait de 34 points ou plus face à la Russie, pour le dernier match des poules. Avec une victoire de 33 à 0, les Black Ferns ont finalement “sorti” le Canada du tournoi olympique, une mauvaise surprise outre-Atlantique.

Mais le cataclysme de cette édition 2020 reste la contre-performance des Australiennes. Après deux matchs maîtrisés face à la Chine puis le Japon, garantissant leur place en quart, les championnes en titre se sont inclinées contre les Américaines, présageant la désillusion face aux Fidji. Les Australiennes ne visaient pas autre chose que l’or, elles sont finalement reparties avec une frustrante 5e place.

Le choc des extrêmes : la Nouvelle-Zélande invaincue, le Brésil pas au niveau

Les Black Ferns ont réalisé une première. En s’imposant en finale face à la France, les Néo-Zélandaises ont terminé invaincues du tournoi 2020. Impressionnantes d’efficacité de bout en bout des Jeux olympiques, les coéquipières de Porta Woodman n’ont jamais semblé perdre le pied. À l’inverse, le Brésil s’est présenté aux JO sans pouvoir rivaliser une seule minute face aux Françaises, Canadiennes et Fidjiennes. Pourtant classées devant la Chine, les Brésiliennes n’ont jamais existé dans le tournoi.

Ulunisau inarrêtable, le Brésil indiscipliné

Voilà la compétition achevée, il est l'heure de tirer le bilan, de montrer les diverses statistiques. Les atouts offensifs ont pris le dessus sur les défenses puisque le tournoi de Tokyo a été plus prolifique (5,70) que celui de Rio (5,20). L'Australie en est d'ailleurs l'une des artisanes avec sa victoire 48 à 0 contre le Japon. Dans la catégorie équipe dépassée, le Brésil a subi et s'est mis dans le dur : 4 cartons jaunes en guise de punitions, tout comme les 171 points concédés en cinq matchs (soit 34,2 pts par match), les Brésiliennes étaient surmenées. La faute à un groupe homogène et relevé avec la France et les Fidji qui terminent 2 et 3ème du tournoi ainsi que le Canada, troisième nation au classement mondial.

Dans l'aspect statistique individuelle, la médaille d'or revient à la Fidjienne Reapi Ulunisau et ses 8 essais en 6 matchs, dont 4 contre le Brésil. Michaela Blyde (7), Jasmine Joyce (7) et la Française Anne-Cécile Ciofani (7) terminent deuxièmes ex-aequo. En tête des réalisations, qui rappelons-le sont en drop, c'est la Néo-Zélandaise Tyla Nathan-Wong (15), suivi de l'Américaine Nicole Heavirland (11) et de la Canadienne Ghislaine Landry (11). Pour évoquer brièvement nos Françaises, seule Fanny Horta a reçu un carton jaune, les Bleues ont donc su faire preuve de discipline. De son côté, Jade Ulutule a converti ses 7 tentatives sur 7.

Contenus sponsorisés