Isabelle Picarel

Coupe du monde à 7 - Jean-Pascal Barraque (France) : "Ces matches-là, on doit les gagner"

Barraque : "Ces matches-là, on doit les gagner"

Le 22/07/2018 à 02:26Mis à jour Le 22/07/2018 à 14:14

Battus de peu par la Nouvelle-Zélande (7-12) en quart de finale de la Coupe du monde à 7 après avoir longtemps mené au score, les Bleus sont sortis frustrés, à l'image de Jean-Pascal Barraque, qui regrette le manque de lucidité de son équipe.

Que ressentez-vous après cette défaite ?
J.-P.B. : C’est très dur à accepter car ce match était à notre portée. Par rapport à la dernière fois où l’on a perdu contre eux à Hamilton, où on avait chargé, il n’y avait pas photo. Nous avions largement les moyens de les battre. Mais on a payé cher nos quelques erreurs et notre manque de lucidité.

Paradoxalement, même si vous meniez (7-0) à la pause, est-ce que vous ne perdez pas cette rencontre en première mi-temps alors que vous avez eu trois supériorités numériques ?
J.-P.B. : Oui, c’est sûr. Mais, même en deuxième mi-temps, on voit qu’on a des munitions pour aller au bout. Mais on fait des petites fautes, on perd le ballon et eux reprennent la confiance. Dans le premier acte, on avait vraiment réussi à les mettre à mal. C’est difficile… On a pu remettre la main sur le ballon en fin de match mais voilà… C’est à l’image de notre saison aussi. C’est à nous de grandir sur ce genre de rendez-vous.

On a l’impression que c’était l’occasion rêvée pour battre ces Blacks...
J.-P.B. : Évidemment. Dans les années qui vont suivre, nous n’aurons peut-être plus jamais l’occasion de les accrocher comme ça. Il faut apprendre à tuer les matchs.

Arrivez-vous tout de même à vous dire que le bilan de cette Coupe du monde est très positif ?
J.-P.B. : Oui, il est ultra-positif mais on pouvait aller plus loin. C’est dommage. Pour moi, il y a aussi du négatif. Ces matchs-là, on doit les gagner.

Maintenant, il reste la course à la cinquième place…
J.-P.B. : Oui, ce n’est pas fini. Il nous faut terminer par deux victoires pour aller chercher la cinquième place. Autant continuer jusqu’au bout maintenant. Cinquièmes, ce sera quand même très bien quand on sait qu’on a fini la saison à la treizième place mondiale.

Contenus sponsorisés
0
0