Rugbyrama

Sowerby : "C’est positif d’avoir cet état d’esprit déjà si tôt dans la saison"

Sowerby : "C’est positif d’avoir cet état d’esprit déjà si tôt dans la saison"

Le 19/08/2022 à 10:06Mis à jour

PRO D2 - L’entraîneur des avants du Biarritz olympique, Shaun Sowerby, était satisfait que son équipe ait remporté son dernier match amical face aux Anglais d’Ealing Trailfinders (22-21), grâce à une pénalité de Brett Herron dans les arrêts de jeu.

Shaun, on imagine que cette victoire après la sirène fait du bien…

Tout à fait ! Nous allons rentrer dans la compétition la semaine prochaine. Les matchs amicaux sont là pour se préparer, nous étions dans cet état d’esprit là. Nous avons couru après le score pendant la plupart du match et, à la fin, nous avons réussi à l’emporter. Ceci montre l’âme, l’état d’esprit et les efforts faits par tout le monde. C’est positif d’avoir cet état d’esprit déjà si tôt dans la saison. Nous sommes tombés sur une belle équipe anglaise, habituée à gagner, qui joue ensemble depuis un moment et qui se balade dans son championnat. Même si nous avons une marge de progression, je suis surtout content de la victoire, même s’il a manqué la manière par moments.

Vous avez mis un peu de temps à rentrer dans le match, puisque vous avez subi les impacts sur l’entame. Pourquoi ?

Le début a été compliqué, car nous avons eu un planning particulier pendant la semaine. Nous avons coupé pendant deux jours avant de reprendre pour ce match. Avec ce choix-là, il a fallu plus de temps aux joueurs pour rentrer dans le match. Nous, les entraîneurs, en sommes donc en partie responsables, mais nous l’assumons. Nous savions à l’avance que ça allait arriver. Après un quart d’heure de jeu, nous sommes vraiment rentrés dans ce match, sauf que nous étions menés au score. Nous avons alors proposé de belles actions. Il aurait fallu marquer une troisième fois pour être à l’aise à la mi-temps, mais nous nous sommes trompés et leur avons donné un essai. Globalement, les impacts ont été durs, nous avons affronté une belle équipe et nous n’en sommes qu’au début de saison. C’est à nous de progresser sur les impacts. Il faut aussi savoir qu’on n’a jamais été et qu’on ne sera pas l’équipe la plus massive ou dense du championnat. Nous avons plus une équipe polyvalente, qui est dans le mouvement. Il peut donc y avoir, sur les débuts de match, ces phases-là qui piquent un petit peu. Sur la durée, on arrive souvent à s’en sortir.

Quel bilan tirez-vous de ce mois et demi de travail avant le grand début du Pro D2 ?

Il y a la partie qui concerne la préparation physique, mais aussi les valeurs, le collectif, la vision des choses, ce que l’on veut faire ensemble. Il y a eu un gros turnover à l’intersaison. Le but, quand on reconstruit un petit peu, c’est de très vite trouver les liens et la cohésion. Ce sont des choses qui prennent du temps. Ce que nous avons fait est positif. Au niveau du match de la semaine dernière, même si le résultat ne l’était pas, la manière était positive. Après le résultat de ce soir, on peut dire que c’est de mieux en mieux. Mais c’est le résultat du match face à Oyonnax qui définira si nous avons bien travaillé. Si nous arrivons à les battre, ça validera les sept semaines de travail. Nous suivons les étapes comme prévu, mais il faut que le niveau monte bien plus haut la semaine prochaine, sinon, ce sera trop compliqué d’obtenir un résultat.

Êtes-vous prêts pour ce choc d’entrée ?

Chaque staff va dire qu’il aurait aimé une ou deux semaines de plus, mais la pré-saison est comme elle est. Le temps est limité. Nous pensons que nous avons bien travaillé avec les joueurs. Maintenant, à voir comment on peut rivaliser face à un des favoris de cette saison.

Contenus sponsorisés