Icon Sport

Le journal du maintien - VRDR n’a plus le droit à l’erreur

Le journal du maintien - VRDR n’a plus le droit à l’erreur
Par Rugbyrama

Le 30/04/2021 à 17:04Mis à jour

PRO D2 - Avant-dernier de Pro D2 à seulement deux matchs de la fin, Valence Romans est condamné à un sans-faute pour espérer survivre dans le deuxième échelon du rugby français. La réception de Nevers et surtout le déplacement à Oyonnax sont dans toutes les têtes drômoises.

Valence Romans peut-il créer l’exploit ? A deux semaine de la fin du championnat, VRDR compte quatre points de retard sur Aurillac, premier non-relégable, et cinq sur Rouen et Provence Rugby. Un écart au classement qui doit être comblé lors des deux ultimes journées, les plus importantes de la saison. Bon derniers à l’arrêt du championnat l’année dernière, les coéquipiers d’Alexis Armary avaient aussi très mal commencé cette course au maintien. "Il y a eu beaucoup de matchs frustrants, surtout en début de saison. On se rend compte que la Pro D2, c’est un marathon, mais qu’il ne faut pas rater le départ", confiait le capitaine drômois.

Des succès fondateurs en deuxième partie de saison

Ceux qui découvrent encore la Pro D2, n’ont en effet glané aucun succès entre la 6e et la 14e journée. Une situation qui s’est ressentie au classement, avec une peu envieuse dernière place après 14 journées. Mais le déclic a ensuite eu lieu. Sur la pelouse de Biarritz, pourtant un des gros poissons du championnat, les hommes de Johann Authier se sont décomplexés et ont accroché une victoire de prestige (29-31). "On a su créer l’exploit en début de deuxième partie de saison, en allant gagner à Biarritz mais aussi à Carcassonne", rappelle Alexis Armary. La deuxième partie de championnat a donc été le théâtre d’une remontée au classement, qui donne des raisons de croire à un maintien.

Il y a aussi ce succès arraché contre Vannes, alors leader de Pro D2 (32-31). "On est mené de plus d’une dizaine de points, on ne lâche rien et on arrive à l’emporter d’un point, se remémore Armary. À la fin de ce match, je me souviens de dire aux mecs qu’on était une équipe avec un énorme cœur. Si on ne se maintient pas après ça, c’est vraiment triste." Cette victoire fait d’ailleurs partie d’une série de trois victoires début avril, qui permettait à ce moment-là au club de sortir de la zone rouge.

"On a eu une bonne dynamique avec trois victoires d’affilée et ça s’est un peu terni avec la défaite à domicile contre Grenoble", analyse le capitaine. Contre Montauban le week-end suivant, la frustration est aussi de mise au vu du score final (35-40). Mais comment espérer une victoire à l’extérieur lorsqu’on encaisse 40 points dans un même match ?

"Comme une demie et une finale"

Un problème qu’il faut régler en vue des deux dernières confrontations. Pour cela, les joueurs drômois ont eu droit à un repos bienvenu, afin de retrouver de la fraîcheur physique et mentale. "Ça fait du bien d’avoir un week-end de repos pour les organismes et pour les têtes. Parce que ça faisait 10 ou 11 matchs d’affilée qu’on enchaînait. En plus, on a repris sous une forme un peu ludique."

Quant aux matchs, "on les aborde comme une demi-finale et une finale", confie Armary. Le premier sera le 7 mai contre Nevers, qui a récemment pris un coup sur la tête en vue de la course à la qualification. La « finale » de VRDR, se jouera quant à elle le 14 mai. "Il faut y croire. Aller gagner à Oyo, ce serait énorme. On a cet instinct de survie parce qu’on ne veut vraiment pas aller en Nationale."

Le destin de Valence Romans dépend aussi des résultats d’Aurillac, qui va à Colomiers avant de recevoir Provence, mais aussi de ceux de Rouen et Provence. Mais il n’y a plus de calcul à faire pour réaliser l’exploit. Il faut que Johann Authier et ses hommes se concentrent uniquement sur eux-mêmes. "Je connais pas mal de mecs dans les équipes adverses qui nous disent qu’ils nous souhaitent que nous nous maintenions, raconte Armary. Ce ne serait pas démérité. J’ai envie de dire que je le sens."

Par Yanis GUILLOU

Contenus sponsorisés