Rugbyrama

Palisson : "J'ai envie de transmettre et d'apporter à Colomiers"

Palisson : "J'ai envie de transmettre et d'apporter à Colomiers"

Le 25/09/2020 à 18:02

PRO D2 - Recrue phare de Colomiers, l'ancien ailier-arrière du XV de France (21 sélections) a ouvert un nouveau chapitre de sa déjà riche carrière. À désormais 33 ans, il se pose en observateur et acteur attentif de l'évolution de son sport sans oublier de continuer à prendre du plaisir.

Rugbyrama : Alexis, Colomiers a obtenu sa première victoire de la saison à Aurillac vendredi dernier. Que retenir de ce succès ?

Alexis Palisson : On sortait de deux bons matchs amicaux (deux victoires contre Montauban et Perpignan N.D.L.R) et puis il y a eu une grosse contre-performance à Valence dès l'attaque du championnat. Il fallait lancer notre saison à Aurillac. C'est chose faite, même si il n'y a pas eu de grandes envolées dans ce match... On ne va retenir que la victoire. On s'est remis à bosser rapidement parce qu'on a vu en début de semaine que dans le contenu il n'y avait pas grand-chose.

Après les 30 points encaissés dans la Drôme, la défense a par contre cette fois répondu présente avec notamment une interception de votre part...

A.P : C'est le fonds de commerce de notre équipe. On essaie de s'appuyer dessus, parfois avec un peu trop d'enthousiasme, ce qui nous coûte des cartons jaunes, certains évitables, d'autres non de par l'engagement qu'on y met. Nous avons une équipe besogneuse où chacun ne lâche rien.Il faut que ça reste une valeur qu'on garde à chaque match tout en faisant attention à ne pas sortir du cadre. À Aurillac, notre indiscipline (quatre cartons jaunes reçus N.D.L.R) aurait pu nous coûter le match et la victoire. Sur mon interception, j'essaie de m'adapter à une défense un peu plus glissée alors que j'ai l'habitude de plus fermer sur les extérieurs. Là je tente l'interception, et ça passe. Après, attention, on rattrape les coups, mais je pense qu'on a une équipe pour faire beaucoup mieux et moins se mettre en danger.

À titre personnel, votre début de saison est plutôt réussi avec déjà trois essais inscrits (un en amical à Perpignan, un à Valence-Romans et un à Aurillac). Mentalement, que cela représente t-il ?

A.P : C'est ce qu'on demande à un ailier avant tout (sourires). Même si sur les trois situations qui se sont présentées, à chaque fois je n'ai pas eu grand-chose à faire, l'équipe avait bien travaillé en amont. Après, je ne me construis pas que ma confiance autour des essais, mais je reconnais que c'est important aussi pour celle de l'équipe.

Vous ne vous êtes pas mis d'objectifs, ni de ratio concernant le nombre d'essais à inscrire ?

A. P : Pas du tout, je ne me mets pas la pression par rapport à cela mais plutôt dans les attentes de ce que je peux apporter, au travers des expériences que j'ai eu en Top 14 et à plus haut-niveau. J'ai envie de transmettre et d'apporter surtout. Ce sont les raisons qui m'ont fait venir à Colomiers et celles sur lesquelles j'ai insisté au moment de ma signature. Et je suis très content de l'avoir fait car ici, je suis dans mon élément.

En tant qu'ancien Briviste, ça vous fait penser à ce que vous aviez connu en Corrèze au tout début de votre carrière ?

A. P : Il y a de ça , mais ça me fait penser aussi au Stade français où quand je suis arrivé en février (il avait été engagé comme joker médical N.D.L.R) j'ai de suite été intégré. Les mecs avaient été top. Est-ce que dû au fait que les plus jeunes de l'effectif te regardent un peu comme l'aîné qui a de l'expérience? Je ne sais pas, mais il y a du respect par rapport à ça, et je me régale dans ce rugby-là. Pour moi, c'est là que se trouvent les valeurs du rugby, qu'on retrouve encore dans le rugby amateur notamment. Des valeurs que j'ai envie qu'on garde. Dans ce monde où sur les réseaux sociaux tout le monde se concentre sur sa petite personne , à grands coups de « moi je, moi je », ce n'est pas trop mon truc. Je ne me retrouve pas là-dedans. Le rugby reste un sport collectif où tu te bats pour ton copain à côté.

C'est votre première fois en Pro D2. Quelles sont vos premières observations sur ce championnat ?

A.P : Le jeu y est plus contesté. Il y a plus d'espaces mais plus de combat aussi. C'est un équilibre à trouver. Sur le plan collectif, nous avons à mon sens une équipe pour courir partout et aller chercher ces espaces. Je pense que sur le volume de jeu déployé, on peut faire bien mieux. Il faut qu'on trouve notre rythme en attaque petit à petit.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés