Icon Sport

Boujard, épanouie grâce à la profession de sapeur-pompier

Boujard, épanouie grâce à la profession de sapeur-pompier
Par Rugbyrama

Le 19/11/2021 à 16:56Mis à jour

XV DE FRANCE FEMININ - Lundi matin, Caroline Boujard a quitté le groupe France, non pas pour blessure mais pour passer le concours des pompiers professionnels ce jeudi à Montpellier. Un choix atypique mais essentiel pour elle.

Il est de coutume de parler d’équilibre dans la vie professionnelle et privée des joueurs de rugby, pour que ceux-ci abordent de la manière la plus sereine possible leurs performances sur le pré. Un équilibre d’autant plus difficile pour les joueuses qui ne ménagent pas leurs emplois du temps, entre sélections, clubs, emplois ou études. Preuve en est encore cette semaine avec Caroline Boujard qui a quitté le groupe une semaine avant un France - Nouvelle-Zélande pour le concours de sapeur pompier à Montpellier.

Elle qui a découvert le rugby au hasard d’un cours d’éducation physique et sportive au début de son collège, a depuis gravi tous les échelons du rugby féminin. De Massy vers Perpignan, elle rejoint ensuite le club de Montpellier avec qui elle devient championne de France dès la première saison, elle le sera 3 fois de plus fin des années 2010. Elle devient internationale en 2015, via le Tournoi des 6 Nations qu’elles remportent dès sa première participation également.

Tournoi des 6 Nations 2021 - L'ailière Caroline Boujard s'en va inscrire un essai contre le pays de Galles au stade de la Rabine de Vannes.

Tournoi des 6 Nations 2021 - L'ailière Caroline Boujard s'en va inscrire un essai contre le pays de Galles au stade de la Rabine de Vannes.Getty Images

Elle prendra également part au grand chelem 2018 et à la troisième place de la Coupe du monde 2017. Mais cette saison, l’ailière s’est montrée plus à son avantage que jamais. Dans un Tournoi des 6 Nations qui ne comptait que 3 rencontres, elle termine meilleure marqueuse d’essais avec 5 réalisations. "Tout le monde retient le triplé en 15 minutes contre le pays de Galles. Mais sur la plupart de mes essais, le travail était déjà fait", affirme-t-elle. Nous lui accorderons surtout le mérite d’être au bon endroit au bon moment.

Rendez-vous pris

Mais elle le reconnaît elle-même, quelque chose a changé cette saison, et ça vient assurément de son retour en tant que pompier volontaire. "Pompier c’est ma première passion. Petite j’étais fascinée par les camions de pompiers, par cet univers. J’ai même fait les JSP (Jeunes Sapeurs Pompiers), mais à l’époque ça se passait en même temps que mes entraînements de rugby. Il a fallu faire un choix et j’ai opté pour le rugby. Je ne regrette en rien cette décision puisque ça m’a bien réussi par la suite. Mais j’ai toujours eu cette passion en moi. En mars, je me suis donc engagée en tant que pompier volontaire. Et depuis, je me sens plus épanouie, et c’est sûr que ça joue sur mes performances."

Elle qui donne ses vendredis voire ses jours de congés pour les interventions y trouve donc une autre manière de se procurer des sensations, parfois fortes, comme ce jour où elle a aidé à accoucher une femme dans sa voiture. Si le concours des pompiers professionnels n’a rien d’évident, et que quand bien même il lui faudra obtenir un aménagement de son emploi du temps, chose qui reste courante avec les sportifs de haut niveau, nul doute qu'il lui apportera bien des bénéfices.

Féminines - Caroline Boujard (XV de France féminin)

Féminines - Caroline Boujard (XV de France féminin)Icon Sport

Pendant qu’elle était dans l’avion du retour vers Montpellier lundi, World Rugby annonçait sa nomination parmi les 4 joueuses encore en lice pour être élue meilleure joueuse de l’année. "Je ne vais pas me cacher, j’étais surprise et j’en ai même pleuré. C’est un grand honneur." Nommé aux côtés de Laure Sansus, nos deux candidates françaises auront bien de la concurrence face aux deux Anglaises invaincues cette saison.

Si nous souhaitons à Caroline une réussite dans son concours, qui l'a d'ailleurs privé de rencontrer le président de la République en déplacement auprès des équipes de France lundi, nous lui souhaitons que sa prochaine rencontre avec ce dernier se fasse dans 12 mois très exactement, la Coupe du monde entre les mains.

Par Baptiste BARBAT

Contenus sponsorisés