Icon Sport

ASM-Munster : après le feu, la glace ?

ASM-Munster : après le feu, la glace ?
Par Guillaume Bonnaure via Midi Olympique

Le 16/12/2020 à 09:24Mis à jour Le 16/12/2020 à 11:31

CHAMPIONS CUP - Après l’orgie de jeu et sa belle victoire à Bristol, l’ASM reçoit le Munster. Un défi de taille qui impose autant le respect que la méfiance à des Clermontois qui devront s’adapter à un style sans doute plus pragmatique.

P….. 6 ans ! Les coéquipiers de Peter O’Mahony retrouveront l’ASM, comme au bon vieux temps, six ans après. "Cela remonte avoue Franck Azéma. La dernière fois c’était en 2014. Les effectifs ont changé un peu… Mais le Munster reste le Munster. Chaque année, personne ne se dit : "je suis content de jouer le Munster." "Dans la même poule en 2014-2015, les Auvergnats avaient réalisé l’exploit inédit de l’emporter à Thomond Park. Un an avant, ils avaient sorti les Irlandais en demi-finale à La Mosson."Le Munster a une grosse histoire dans cette épreuve rappelle Franck Azéma. C’est un autre profil mais cette équipe est fidèle à son passé, à sa culture et à son ADN. On s’attend à une grosse opposition de leur part, on l’a vu face aux Harlequins. Quand on voit leur début de saison, c’est consistant. Ils sont invaincus et en pleine confiance. J’aime jouer cette équipe là car elle représente beaucoup en termes de valeurs de rugby."

Franck Azéma : "J’aime jouer cette équipe là car elle représente beaucoup en termes de valeurs de rugby."

Des valeurs et un jeu reconnus à travers les âges. Vainqueurs des Harlequins 21-7, les Irlandais proposeront sans doute une confrontation physique plus âpre et une stratégie millimétrée comme à leur habitude. Conor Murray, le demi de mêlée international est devenu maître dans le petit coup de pied dans la "boîte" bien protégé par un pack toujours aussi solide à l’image de CJ Stander. "Ils vont rester fidèles à leur jeu avec du défi analyse Azéma. C’est du défi mais c’est très organisé, très structurée avec une bonne articulation autour du 9, un jeu au pied de pression et une qualité dans la zone de collision. Ils ont des joueurs qui se retrouvent aussi en sélection. Comme leur staff, c’est du haut niveau." Ce sera un nouveau test pour le pack clermontois, contrés contre le MHR mais qui s’est bien repris à Bristol.

Avec cinq points pris dans le Sud de l’Angleterre, l’ASM est bien lancée dans cette compétition. Il faut en remettre une couche car tous les points compteront. "Les essais pris en fin de partie à Bristol, ce n’est pas du relâchement car on défend pendant trois minutes sur le dernier explique Franck Azéma. On peut encore s’améliorer et ne pas accepter de prendre de points. On a l’ambition d’attaquer le mieux possible, on a pris des points sur le premier match mais on est troisième. C’était important de bien démarrer."

Damian Penaud : "On sait que là où le Munster ne faillira pas c’est dans le combat. A nous d’être prêt."

Samedi soir, les arrières asémistes risquent bien d’être copieusement arrosés. Dans tous les sens du terme… et chassés par les trois-quarts comme Keith Earls ou Damian De Allende, le champion du monde Springbok. "S’il pleut c’est sûr on aura beaucoup de coups de pied déclarait Damian Penaud. À nous de faire les choses bien, ensemble." Car si le triangle arrière Matsushima-Penaud-Raka a affiché de solides garanties dans le secteur aérien et offensif, les essais pris en fin de match et le bonus défensif laissé aux Anglais ont laissé les Clermontois sur le qui-vive face à une référence dans cette compétition. "On a encaissé pas mal de points et il va falloir gommer cela rappelait Penaud. Ce ne sera pas la même météo ni le même contexte. J’espère qu’il ne pleuvra pas sinon tant pis, on s’adaptera. Le Munster est une équipe qui a l’habitude de cette Coupe d’Europe, elle a été deux fois championne d’Europe, elle connait ce genre de matches. A nous d’être solidaire pour rivaliser. Car on sait que là où elle ne faillira pas c’est dans le combat. À nous d’être prêt."

À Clermont tout le monde se souvient de ce dimanche 14 décembre 2014 et du défilé de supporters, des deux Army, la Yellow et la Red, de la place de Jaude jusqu’au stade Michelin. Cette fois, le match ne se jouera que sur le terrain. Pas en tribunes. "C’est un regret car nous avons encore des images plein la tête de ces échanges là avec beaucoup de respect et de ferveur confiait Franck Azéma. A nous de transmettre cela depuis le terrain jusqu’au téléviseur des supporters pour qu’ils se régalent." Comme à Bristol mais avec un côté plus "vintage" peut-être.

Contenus sponsorisés