Biarritz : Aldigé s'exprime à son tour sur le litige avec l'association

Biarritz : Aldigé s'exprime à son tour sur le litige avec l'association
Par Midi Olympique

Le 26/10/2021 à 12:08Mis à jour

Nous vous apprenions dans le dernier Midi Olympique qu'une tentative de conciliation entre les secteurs amateur et professionnel du BOPB, portant sur un déficit supposé de l'association, avait récemment échoué. Hier, le président de l'association David Couzinet contestait fermement certains passages de l'article. Aujourd'hui, Jean-Baptiste Aldigé, le président de la SASP, s'exprime à son tour sur

Nous vous relations dans le dernier Midi Olympique qu'une réunion de conciliation avait eu lieu à Biarritz, le 19 octobre dernier, entre les dirigeants de l'association du BOPB et ceux de la SASP du club éponyme. La conciliation, tenue en présence d'un élu de la Ligue Nationale de Rugby (Lucien Simon) et d'une personnalité de la FFR (Serge Simon), n'a pas abouti entre les deux parties. Le litige dont on parle ? Il porte sur un déficit supposé du secteur amateur, un trou que ne souhaiterait aujourd'hui pas combler les pros du Biarritz olympique. Hier, sur Rugyrama, le président de l'association David Couzinet contestait fermement les chiffres avancés dans l'article, aguant que les salariés de l'association « avaient toujours été payés » depuis le changement de direction en septembre dernier, concluant que le secteur amateur n'était « pas en cessation de paiement ».

Invité à s'exprimer sur le litige, le président du secteur professionnel du BOPB, Jean-Baptiste Aldigé, déclare à présent : « Nous avons acté lors de cette tentative de conciliation que l'association connaît un déficit sur la saison dernière contrairement à ce qui était annoncé par l'ancienne direction ; ce déficit n'est pas dû à un manquement de la SASP qui a respecté la convention qui nous lie. Nous avons aussi acté que la nouvelle direction provisoire récupère un budget pour la saison en cours monté par l'ancienne direction. Ce budget a été monté sans l'aval de la SASP et ne respecte pas la convention, en particulier la partie « centre de formation ». Ainsi, l'association risque donc un déficit conséquent sur l'exercice en cours s'ajoutant au déficit de la saison dernière. Je suis bien sûr très inquiet de la situation de notre association et espère que la nouvelle direction provisoire trouvera les solutions sans mettre en péril la SASP, en particulier en ne nous privant pas des subventions que reçoit le secteur professionnel de la mairie de Biarritz. Si des erreurs ont été faites, elles ne doivent pas être assumées par la SASP et affaiblir, par voie de conséquence, l'équipe qui lutte chaque week end pour sa survie en Top 14. » La suite au prochain épisode ?

Contenus sponsorisés