Icon Sport

Guirado : "Je ne supporterais pas qu'on soit prétentieux"

Guirado : "Je ne supporterais pas qu'on soit prétentieux"
Par Arnaud Beurdeley via Midi Olympique

Le 09/03/2019 à 19:05

TOURNOI DES 6 NATIONS 2019 - Accompagné de Julien Bonnaire, entraîneur de la touche, et du troisième ligne centre Louis Picamoles, le capitaine Guilhem Guirado s'est présenté face à la presse ce samedi dans les entrailles de l'Aviva Stadium à Dublin. Extraits de l'entretien.

Rugbyrama : Après la victoire contre l'Écosse, quel est l'état d'esprit des Bleus avant d'affronter l'Irlande ?

Guilhem Guirado : Le match contre l'Écosse nous a apporté beaucoup de confiance avec ce qu'on a réussi sur le terrain. Je retiens aussi la valeur des hommes et l'état d'esprit du groupe qui n'a rien lâché, et qui y a cru jusqu'au bout pour aller chercher cette victoire, qui plus est avec le bonus. On a toujours cette petite dose de confiance qui revient quand on gagne mais on sait aussi que c'est très fragile et qu'il faut être encore plus exigeant envers nous pour prétendre jouer un match de très haut niveau face à la deuxième nation nation mondiale.

Qu'est-ce qui vous avait plu contre l'Écosse ?

G. G. : J'ai aimé la force de caractère dans les dernières minutes. Je sors à la 68e (minute), le match n'était pas fait et j'ai apprécié qu'on aille chercher le bonus offensif (dans le temps additionnel). C'est un nouveau chapitre qui nous attend. J'ai hâte d'être à demain (dimanche) pour voir comment on va se comporter.

Tournoi des 6 Nations 2019 - La joie de l'équipe de France après la victoire contre l'Écosse

Tournoi des 6 Nations 2019 - La joie de l'équipe de France après la victoire contre l'ÉcosseMidi Olympique

Y a-t-il un risque de rechute contre les Irlandais ?

G. G. : Le risque est toujours présent après une victoire. Il faut rester humbles mais on sait que quand on fait bien les choses, on peut s'apercevoir que tout le monde trouve sa place, on prend du plaisir et on arrive à marquer des essais. On espère faire un maximum de choses comme ça demain (dimanche), tout en sachant que la défense irlandaise sera beaucoup plus dense et plus costaud (que celle de l'Écosse). Il faudra peut-être un petit peu plus utiliser l'occupation (avec du jeu au pied) sachant les conditions (La météo irlandaise annonce de la pluie). c'est un tout, j'espère que l'on a tout enregistré et qu'on est prêt à combattre.

Comment définissez-vous le jeu de l'Irlande ?

G. G. : C'est une équipe qui aime tenir le ballon, pendant de très longues séquences. L'an dernier, je me souviens qu'ils avaient eu plus de 60% de possession de balle. C'est le genre de match où l'on peut passer la majorité du temps à défendre. Sur les premiers temps, c'est un jeu assez simple, très direct : deux joueurs arrivent lancés. Ils vous enfoncent, ils vous testent pour voir si vous êtes disciplinés dans un premier temps, si vous êtes organisés, si vous avez un bon rideau. Après, ils sont capables de jouer au pied sur les ailes avec Earls ou Stockdale. Ou au milieu de terrain avec Akie et Ringrose. C'est une équipe complète, si elle est deuxième nation mondiale, ce n'est pas pour rien. Ils ont aussi un jeu très léché avec des redoublées, des joueurs qui passent à vide et qui peuvent être servis dans un second temps. A nous de montrer énormément de résistance en défense, de monter, d'avoir une grosse ligne défensive. J'espère qu'on sera déjà présents dans ce secteur et qu'on sera dangereux avec les munitions que l'on aura. On a réussi à marquer contre l'Ecosse et j'espère qu'avec les deux-trois failles qu'on a trouvées, on aura la solution demain.

En Angleterre, vous aviez beaucoup subi sur le jeu au pied. Est-ce que c'est une crainte pour dimanche ?

G. G. : Sur les six essais pris à Twickenham, cinq le sont derrière du jeu au pied. Ça nous a fait mal, on s'est remis en question. On sait qu'il y a beaucoup de pression par le jeu au pied dans le rugby aujourd'hui, il faudra bien sortir de notre camp. En Angleterre, ça avait été le néant dans ce domaine. Les Irlandais, c'est un autre système, ils aiment tenir le ballon, faire de longues séquences. Il faudra être patients défensivement, avoir une ligne forte et surtout être disciplinés. Je pense qu'ils vont rester sur leur ligne de conduite, on sait à quoi s'attendre. On va voir si on est costauds défensivement et solides dans les têtes. Ensuite, j'espère qu'on pourra être très dangereux sur les munitions qu'on aura et qu'on se donnera les moyens de marquer des essais. Même si les conditions seront un peu plus difficiles que face à l'Écosse, j'estime que vu comme on a préparé ce match et vu les deux trois failles qu'on a trouvées, on pourrait avoir des solutions.

6 Nations 2018 - Johnny Sexton offrant la victoire à l'Irlande sur un drop à la dernière seconde face à la France

6 Nations 2018 - Johnny Sexton offrant la victoire à l'Irlande sur un drop à la dernière seconde face à la FranceGetty Images

Le fait d'avoir longtemps rivalisé l'an dernier, avant ce drop assassin de Sexton, ça donne néanmoins confiance ?

G. G. : D'une année à l'autre, les choses sont tellement différentes... Le groupe a drôlement évolué depuis l'année dernière. Donc on n'en a pas parlé durant la semaine. Ce n'est pas quelque chose sur lequel je m'appuie. Surtout, on connaît leur trame, ce qu'ils vont nous proposer, il faudra y répondre et garder la dimension mentale qu'on a réussi à mettre contre l'Ecosse. J'espère qu'on fera un gros match.

Votre coéquipier Louis Picamoles a déclaré que vous serez plus attentif au contenu qu'au résultat. Est-ce que cela veut dire que le résultat n'aura pas d'importance ?

G. G. : Non, on ne peut pas dire ça. Mais on veut rester humbles. Nous n'avons gagné qu'un match après trois défaites d'affilée. L'Irlande, c'est plutôt l'inverse. Ils ont perdu contre l'Angleterre mais ils ont fait une tournée de novembre incroyable en battant les All Blacks. Ce que je ne supporterais pas c'est qu'on soit prétentieux et arriver ici en disant qu'on va tout casser et qu'on va leur faire mal. On l'espère, on s'est préparé pour, mais il faut rester dans notre bulle et répondre présent sur le terrain.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés
0
0