Icon Sport

Un quart d’heure pour que les Bleues deviennent un rouleau compresseur

Un quart d’heure pour que les Bleues deviennent un rouleau compresseur
Par Rugbyrama

Le 17/04/2021 à 17:04Mis à jour Le 17/04/2021 à 18:01

TOURNOI DES 6 NATIONS FÉMININ 2021 - Ce dernier match de poule du Tournoi des 6 Nations au format « Coupe d’automne » était une vraie demi-finale. La France rejoint l’Angleterre en finale en survolant ce match face à l’Irlande (15-56).

Dès le coup d’envoi, nous avions compris que les Bleues n’étaient pas encore entrées dans la rencontre. Un en-avant à la tombée de ce dernier, suivi d’une mêlée pas talonnée, cafouillée, puis perdue et voilà les Irlandaises qui prenaient le score 3-0 grâce au pied d’Hannah Tyrrell. Passé ce premier quart d’heure désespérant, les filles d’Annick Hayraud se mettent en mode rouleau compresseur. Le binôme quasiment éponyme Boujard-Boulard se met en jambes. La première plus expérimentée auteure d’un triplé contre Pays de Galles inscrit le premier essai servie par la seconde. Cette dernière inscrit dans la foulée son deuxième essai pour sa deuxième sélection.

Les Bleues vont ensuite complètement dérouler avec 8 essais donc de (Boujard 15e et 48e, Boulard 19e, de pénalité 22e, Banet 38e et 72e et R. Ménager 56e). Ce 4e essai signé Cyrielle Banet juste avant la pause semblait déjà sceller la rencontre. S’il assurait un point pour les Bleues, anecdotique puisque l’objectif était de ne pas perdre, il a surtout été impactant par son aspect coup de bambou. On joue la 35e minute. Et alors que les Bleus avaient déjà pris le large (21-3), l’Irlande se réveillait pour inscrire son premier essai. Le match ne semble plus plié. Sur le renvoi, les Irlandaises récupèrent le ballon et décident de jouer depuis leur camp.

La France enchaîne une grosse séquence défensive sans reculer qui s’achève par la récupération du ballon dans un ruck de Cyrielle Banet. Ce n’est pas dans ce registre qu’on attendait l’ailière de Montpellier, qui après avoir rafuté une deuxième ligne, s’en va faire parler ses cannes pour un essai cadeau mais fatal.

L’utilisation des espaces : un choix payant

En préférant la jeune Emilie Boulard à l’habituelle arrière Jessy Trémoulière, le staff privilégiait les cannes de la première à l’utilisation du jeu au pied de la seconde. Impeccable dans ses relances et ses débordements, Emilie Boulard a prouvé que ce choix était le bon. Surtout que le jeu au pied a très bien été pris en charge par les deux Caroline, Boujard et Drouin. Mais nous sommes en droit de nous demander : ce premier quart d’heure est-il problématique ?

Il est évident qu’au coup d’envoi, certaines Bleues n’étaient pas complètement prêtes à disputer une grande rencontre. Quelques approximations qui ne coûtent que 3 points face à un adversaire du niveau de l’Irlande mais qui coûte aussi un peu d’influx nerveux dans ce moment de panique. En finale, la semaine prochaine, interdiction d’avoir ce genre d’égarement. On se souvient notamment que ce genre d’absences avaient coûté le match d’ouverture du Tournoi 2020 aux Bleues au Stade du Hameau face aux Red Roses. Les voilà prévenues.

Par Baptiste BARBAT

Contenus sponsorisés