Icon Sport

Mission impossible pour les Bleus ?

Mission impossible pour les Bleus ?
Par Nicolas Zanardi via Midi Olympique

Le 07/07/2021 à 09:00Mis à jour Le 07/07/2021 à 11:20

XV DE FRANCE - Faut-il vraiment espérer une victoire de ce XV de France si affaibli et sorti de quarantaine hier, qui n’a pu procéder à sa mise en place qu’à la descente de trois heures d’avion, et ne l’a accessoirement plus emporté en Australie depuis plus de trente ans ? Difficile, et pourtant...

C’est drôle, hein, comme dans l’imagerie populaire du microcosme rugbystique, les Wallabies demeurent moins effrayants que leurs cousins All Blacks, ou leurs éternels rivaux Sud-Africains. Peut-être, ainsi que nous le confiait récemment Pascal Papé, parce que le XV de France présente un palmarès plus flatteur face aux Australiens, qu’ils parviennent régulièrement à battre lors de leurs passages en novembre (5 fois lors des 20 dernières années, en 2001, 2004, 2005, 2012 et 2014, NDLR) ? Sans doute… Reste que la réciproque est moins vraie, qui veut que les Bleus ne l’ont plus emporté sur l’île-Continent depuis plus de trente ans… Rendez-vous compte !

À l’époque, Fabien Galthié n’avait pas encore démarré sa carrière internationale, Raphaël Ibanez ne disposait pas encore du droit de vote, et l’essai valait encore quatre points... D’ailleurs, les Bleus l’avaient emporté ce 30 juin 1990 (19-28) au prix de plusieurs bagarres générales d’un autre temps et à quatorze contre quinze, après l’expulsion de Philippe Gallart. Autres temps, autres mœurs… Reste que le contexte situe à merveille l’ampleur du défi proposé à la bande de bizuths menée par le Castrais Anthony Jelonch, qui sera à n’en pas douter "testée" par des Wallabies désireux de se prouver des choses en matière de défi hormonal. " Comme nous allons présenter une équipe très jeune, on s’attend à un adversaire qui va essayer d’imposer beaucoup d’intensité physique, qui va chercher à nous faire mal car ils imaginent que nous manquons d’expérience, estimait le sélectionneur Fabien Galthié. On a vu les déclarations de leur sélectionneur dans la presse : on sait que les Wallabies vont chercher à nous dominer physiquement le combat. "

Jelonch veut y croire

Tiens donc ? Voilà un contexte qui rappelle à qui veut bien s’en souvenir le premier "Crunch" de l’ère Galthié en 2020 précédé des déclarations tempétueuses d’Eddie Jones, et plus encore la finale de la dernière Coupe du monde où les médias locaux n’avaient pas hésité à utiliser le terme de "French farce" pour fustiger la prétendue faiblesse de l’opposition tricolore. " Ce jour-là, l'équipe avait fait un gros match (défaite 22-19 après prolongation à Twickenham) alors que personne ne nous attendait à ce niveau-là, glissait Anthony Jelonch, élu homme du match ce jour-là. La différence, justement, c'est que les Australiens savent que l'équipe de France est capable de titiller les grandes nations, même avec l'équipe 2 ou 3 comme certains le disent. Toutefois, je pense que tous les joueurs auront envie de remettre ça demain et de faire plaisir aux supporters. À ce titre, mon discours a été assez simple tout la semaine : je pense que tous les joueurs ont envie de prouver qu'ils ont leur place, et que tout le monde sera prêt. "

Contexte pourri

Des paroles aux actes ? Il y a parfois, et malheureusement, un gouffre… Et cela d’autant lorsque, malgré les meilleures intentions et le staff le plus compétent au monde, on se doit de faire face à des impondérables en cascade, comme l’absence des vingt meilleurs joueurs français ou une sortie de quarantaine à 24 heures du coup d’envoi d’un match… " Ce contexte, c’est une donnée qu’il faudra prendre en compte dans notre évaluation : le fait d’être "on the road" en tournée à l’autre bout du monde, ce côté exotique, ça a vraiment pris tout son sens ces derniers jours, avouait le manager Raphaël Ibanez. Là, sitôt sortis de l’hôtel, nous avons fait trois heures de voyage en direction de Brisbane pour faire notre captain run en début de soirée juste à la descente de l’avion, pour jouer le lendemain… C’est assez insensé, ce qui se passe, mais je peux vous assurer que nous serons prêts. " Mission impossible ? Comme il paraît que cela n’est pas Français, on ne s’engagera à rien...

Contenus sponsorisés