Icon Sport

Héroïque, Clermont résiste à La Rochelle et se relance

Héroïque, Clermont résiste à La Rochelle et se relance

Le 25/09/2022 à 22:59Mis à jour Le 25/09/2022 à 23:32

TOP 14 - Dans une partie où l’intensité mise respirait les phases finales, l’ASM a brillé par son abnégation défensive, prenant finalement le dessus sur l’armada rochelaise (22-13). Titulaire face à son ancienne équipe, Jules Plisson s’est montré décisif en fin de match.

Quelle férocité, quelle intensité ! Alors qu’on s’attendait, dans un choc opposant des myriades de stars chez les trois-quarts (Penaud, Hastoy, Simone, Thomas, Raka, Danty…), c’est un duel sans grandes envolées lyriques qui a finalement abouti au succès de Clermont, qui confirme son invincibilité sur ses terres face à La Rochelle. Les Maritimes avaient pourtant envoyé la grande armada en Auvergne, mais ont été punis par un cruel manque d’efficacité dans la zone de marque.

Très concerné dès l’entame de la partie, Clermont se procure une première munition dans le camp rochelais, et convertit le tir. Venant dans le dos de Plisson, Penaud cavale de travers avant de servir sur un plateau Iturria, qui inscrit le premier essai de la partie, en clin (5-0, 5’).

Clermont a surpris La Rochelle, qui n’avait encore encaissé aucun point dans les 20 premières minutes cette saison. Mais si les visiteurs, qui ont déjà dû perdre Kerr-Barlow durant l’échauffement, ont vu Hastoy quitter le terrain dès la 7e minute, leur emprise sur la physionomie de la première période a été totale.

Ce fut un parfait séquençage d’attaque-défense, où les hommes en Noir, trouvant toujours la capacité de rebondir à l’impact grâce à leur supériorité physique, ont fait face à une férocité clermontoise détonnante. La domination est rochelaise, les fulgurances auvergnates.

Alors que Romain Sazy a laissé les siens à 14 pour dix minutes (30’), fautif dans un maul, l’ASM se montre à nouveau efficace. Leur incursion dans les 22 mètres maritimes se conclut par un décalage côté ferme pour Irae Simone (10-3, 32’). La star australienne inscrit son premier essai en France, et permet aux siens de prendre un léger matelas à la pause.

Le Stade Rochelais, conscient de ses formidables capacités à concasser et épuiser les formations adverses au fil de la rencontre, continue de prendre le jeu à son compte. De multiples fois, les Rochelais se présentent dans les 22 mètres avec un lancer à suivre. Mais Pierre Bourgarit, fébrile ce soir au lancer, ne trouve que rarement ses coéquipiers. La faute, aussi, à un Arthur Iturria toujours aussi royal dans les airs, et gênant constamment les sauteurs adverses.

Plisson résiste à la pression

Finalement, c’est Clermont qui inscrit les premiers points du second acte, Plisson réglant la mire après deux échecs en première période (13-3, 53’). Les vieux démons enfin expiés ? Buteur improvisé avec la sortie de Hastoy, Leyds lui répond parfaitement de loin (13-6,57’). A l’heure de jeu, l’on sent alors les Clermontois, qui ont parfaitement résisté depuis l’entame, un peu émoussés. Les en-avants s’accumulent, le jeu est haché…et les vagues rochelaises se multiplient devant l’en-but.

Yoann Tanga récompense finalement la domination des siens, chargeant en puissance dans l’en but jaunard (13-13, 60’). Le Stade Rochelais est lancé…mais à Marcel Michelin, l’ASM se montre tenace, rappelant le temps d’une soirée l’âge d’or de l’historique volcan. Jules Plisson,lui avait une revanche à prendre. Il s’était montré, non sans gêne, en délicatesse lors de son passage à La Rochelle, peu effiace dans l’exercice du but.

Mais le protégé de Jono Gibbes n’avait pas le pied qui tremblait ce soir. Trois pénalités de l’ouvreur (73’, 77’, 79’) permettent à l’ASM, face à des Maritimes étonnamment maladroits et pourtant dominateurs, de sécuriser une divine victoire. 23-12 pour Clermont : Les quatre points font du bien.

Après deux défaites, l’ASM s’est donc sorti la tête de l’eau, empochant un succès de prestige et stoppant la série rochelaise, trois victoires lors des trois premières journées. Il n’y a plus d’équipe invaincue dans le Championnat. La faute à une équipe auvergnate décidée à jouer les trouble-fête cette année.

Contenus sponsorisés