• Top 14 - Pau - Gorgadze
    Top 14 - Pau - Gorgadze

Gorgadze : "Encore une fois, la discipline nous coûte très cher"

Le

TOP 14 - Forcément déçu, après avoir concédé le match nul à la maison face à l’Aviron bayonnais (22-22), le capitaine palois, Beka Gorgadze, regrettait le manque de discipline de son équipe, qui a notamment pris quinze points sur des pénalités réussies par Camille Lopez.

Beka, quel est le sentiment ce soir ?

Bien sûr, il y a deux points, mais nous sommes quand même déçus de notre performance. Nous sommes aussi déçus pour notre public car, tout simplement, il méritait mieux.

Pensez-vous que cette ambiance et cet environnement ont pu vous crisper ?

J’ai dit, avant le match, qu’il ne fallait pas que cela nous crispe. Je ne pense pas que nous ayons été crispés. Je pense que ce sont juste les émotions du match qui ont pesé sur nous. Mais nous n’allons pas nous chercher des excuses ! Nous allons surtout nous focaliser sur notre performance. Nous avons très bien vu les secteurs sur lesquels nous allons devoir travailler afin d’être meilleur lors des prochaines semaines à venir.

Quels sont-ils, ces secteurs, justement ?

Malheureusement, encore une fois, c’est la discipline qui nous coûte très cher. Nous marquons deux essais mais, derrière, nous prenons deux cartons jaunes. Même si nous défendons bien la ligne et que l’Aviron bayonnais n’arrive pas à marquer tout de suite, ça nous coûte très cher, car ils réussissent facilement à rattraper les points. Encore une fois, en deuxième mi-temps, nous n’inscrivons pas de points. C’est un peu décevant, car on revient sur la même image que face à Castres ou Brive, ici, à la maison. Nous n’avons pas réussi à franchir ce petit cap de la discipline. C’est dommage, mais nous allons continuer à travailler, sinon, ça ne marchera pas.

La discipline est-elle votre seul regret, ou il y a d’autres points ?

Non, c’est la discipline. Après, nous avons été un peu pris dans le secteur des rucks. Les Bayonnais nous ont posé pas mal de problèmes là-dessus. De notre côté, nous avons rendu les ballons trop facilement, nous sommes souvent sortis de notre plan de jeu et, derrière, on voit que l’on ne peut pas gagner le match. Nous ratons la dernière pénalité, mais eux aussi ont raté la leur. Ce match nul est peut-être un score logique.

Quel était votre plan de jeu, ce soir ?

Nous voulions maîtriser ce jeu de pression. Nous le maîtrisons bien depuis pas mal de semaines et, peut-être que nous n’avons pas assez joué avec le pied. Derrière, nous avons perdu pas mal de ballons sur ou avant les contacts. Nous avons rendu beaucoup trop de ballons facilement. Derrière, ça a été un peu dur. Les Bayonnais n’ont pas fait de la magie. Ils ont attaqué et ont été très réalistes. Ils avançaient dans l’axe avec des offloads et ils sont arrivés à inscrire beaucoup de points, encore une fois, à cause de notre discipline.

Quel bilan tirez-vous de la phase aller ?

Il y a beaucoup de points positifs à retenir malgré le début de saison raté. Nous avons pu nous réunir lorsque nous étions dans le dur. Là, c’est le huitième match où on arrive à prendre des points. C’est quand même bien, même si ce soir, nous espérions mieux. Encore une fois, on sait sur quoi on doit travailler et s’améliorer pour la phase retour. Il y a de quoi faire, car le championnat reste très serré.

Sentez-vous la pression, derrière ?

On se focalise sur nous, on sait ce qu’on a à faire et ça commence dès le 31 à Paris.

Est-ce bizarre de jouer sans son manager sur le bord du terrain ou dans le vestiaire ?

Oui, ça fait bizarre, ça nous pénalise un peu, mais on fait et on fera avec.