Other Agency

Le Stade rochelais, la réussite d’un club à part

Le Stade rochelais, la réussite d’un club à part
Par Romain Lafon via Midi Olympique

Le 28/07/2022 à 17:32Mis à jour

TOP 14 - Véritable club omnisports, le Stade rochelais a connu une saison faste sur de nombreux terrains cette saison. Cela se poursuit au mois de juillet sur les routes du Tour de France féminin où le club a une équipe engagée. Focus sur la réussite de l’entité maritime...

Le Stade rochelais connaît une année faste, sur tous les terrains, pas uniquement sur la pelouse de Marcel-Deflandre devant ses 16 000 fidèles. Pas que non, puisque depuis 2018 l’entité de la préfecture de la Charente-Maritime est redevenue ce club omnisports qu’il fut autrefois. Vous nous direz que tout club de rugby professionnel fait partie d’une entité omnisports. Certes, mais rare sont ceux qui ont plusieurs équipes au niveau professionnel dans différentes disciplines…

C’est le cas du Stade rochelais donc, champion d’Europe pour la première fois en rugby, promu en Pro B (la deuxième division de basket-ball), et présent sur les routes du Tour de France féminin depuis dimanche dernier. Une réussite qui fait la fierté de Pierre Venayre, directeur général du club rochelais, comme il l’a confié à franceinfo : sport cette semaine sur les routes de la grande boucle consacrée aux meilleures cyclistes internationales. " On a une ville assez enclavée dans l’Ouest, on voulait faire grandir la marque Stade rochelais au-delà du rugby, comme on l’a fait en basket. On a trouvé beaucoup de similitudes avec le vélo, qui mise comme nous sur la formation. " Tout en restant prudent… " On ne sait pas encore où ça va nous mener, mais on a la volonté de s’inscrire dans le temps. Quand on fait quelque chose, on met toute notre énergie. "

" On leur a donné un petit gain de notoriété "

Et cela paie… Si la formation jaune et noire n’est pas encore au niveau des équipes telles que la Jumbo-Visma ou la FDJ, elle pointe le bout de son nez et se veut ambitieuse dans le sillage de " leurs grands frères du rugby ". " C’est une rencontre entre passionnés de sport de la même région, poursuit Pierre Venayre à nos confrères. L’équipe Charente-Maritime (créée en 2017 avant d’être en difficulté à la suite de la pandémie liée à la Covid, N.D.L.R.) avait besoin d’un second souffle, on a proposé de mettre quelques ressources du Stade rochelais. On leur a donné un petit gain de notoriété, en toute humilité parce que c’est un univers qu’on ne connaît pas, qui est très exigeant. "

Le Stade rochelais a ainsi permis à la formation cycliste de Jean-Christophe Barbotin de bénéficier d’une image reconnue. Une image qui a notamment permis de trouver plusieurs sponsors qui ont permis la survie de cette formation.

Il faut dire que les Charentais-Maritime aiment le cyclisme. Il n’est d’ailleurs pas rare de trouver de multiples drapeaux avec le logo du club à la caravelle sur le bord des routes lors des courses cyclistes, et notamment sur le Tour de France cette année, au milieu des fanions bretons, basques, vendéens ou encore flandriens…

Le basket, l’autre réussite

Club omnisports depuis plus d’un siècle – fondé le 8 avril 1896-, il fut ensuite mis en sommeil, seulement représenté par l’équipe de rugby. Et ce jusqu’en 2018 et la fusion avec le club de basket rochelais de Rupella pour donner le Stade rochelais Rupella. Une équipe qui reprend non pas que le nom mais aussi les couleurs jaune et noir et le logo. Une section basket dirigée par un homme d’affaires : Charles Kloboukoff, président-fondateur de Léa Nature, l’un des partenaires principaux du Stade rochelais rugby. Depuis, une équipe féminine a également vu le jour, et la section basket ne cesse de monter en puissance puisque les hommes évolueront au deuxième échelon national dès la saison prochaine.

L’année 2022 aura donc marqué la réussite de tout un club, un club à part qui pourrait bientôt servir de modèle à bien d’autres entités de l’Hexagone...

Contenus sponsorisés