Vidéo - "Dans le rugby, il n’y a pas que des bœufs, des bourrins, des sangliers"

01:47

Le Bleu du samedi : Ramos décisif face au Racing 92

Le Bleu du samedi : Ramos décisif face au Racing 92
Par Rugbyrama

Le 25/09/2022 à 14:03Mis à jour Le 26/09/2022 à 16:20

TOP 14 - Dans son jardin, Thomas Romas a brillé ce week-end face aux Franciliens. Décisif face aux perches et dans le jeu, le demi d'ouverture a été l'un des principaux artisans de la victoire bonifiée du Stade Toulousain contre le Racing 92 (37-10). Dans tous les bons coups, l'habituel numéro 15 des Rouge et Noir a répondu à ses détracteurs de la meilleure des manières.

"Je ne sais pas si jouer 50 minutes à l'arrières est très intéressant" lâchait Thomas Ramos à l'issue de la courte victoire Bordeaux lors de la première journée. Frustré, l'arrière international avait été remplacé par Melvyn Jaminet, un autre international fraîchement débarqué durant l'intersaion. Mais ses états d'âme semblent s'être calmés. Replacé à l'ouverture suite à la blessure de Romain Ntamack, le joueur de 27 ans a étalé toute sa panoplie offensive face aux Racingmen. A Ernest Wallon, Ramos a probablement sorti sa meilleure prestation depuis le début de la saison. Passeur décisif à deux reprises, tout d'abord au pied pour Lebel puis sur un pas pour Guitoune, il a surclassé Finn Russel, son vis-à-vis durant le match, dans tous les compartiments.

Après avoir ouvert le score dès la 4ème minute sur une pénalité, le demi d'ouverture toulousain n'a (quasiment) pas flanché. Auteur d'un 7/8 au pied, le demi d'ouverture du soir a inscrit 17 points durant la soirée. Précis, mais aussi adroit et vif, l'ouveur du soir a fait preuve d'une grande justesse pour animer l'attaque des Stadistes. Si le déplacement à Pau s'était avéré difficile pour l'arrière de formation, il a, ce week-end, parfaitement pallier l'absence de Romain Ntamack.

Le XV de France dans le viseur

Alors que la concurrence fait rage pour intégrer le XV de France en vue du Mondial 2023, Thomas Ramos a prouvé qu'il faudra compter sur lui. En concurrence directe avec son coéquipier Melvyn Jamient et son adversaire du soir Max Spring, il a rappelé à tous que lui aussi pouvait prétendre à une place dans le groupe des Bleus. D'autant plus que le joueur passé par Mazamet et Colomiers brille par sa polyvalence. Capable de jouer à l'arrière ou à l'ouverture, des qualités certes similaires à celles de Jaminet, Ramos apporte également de l'expérience. Champion d'Europe et double champion de France avec le Stade Toulousain, l'homme à tout faire des Rouge et Noir est un habitué des matchs à enjeu. De quoi faire pencher la balance à un an de la Coupe du monde ?

Par Philippe Girardie

Contenus sponsorisés