Icon Sport

L’antisèche : le Lou a pris Toulouse à la gorge

L’antisèche : le Lou a pris Toulouse à la gorge
Par Rugbyrama

Le 17/10/2021 à 23:41Mis à jour Le 17/10/2021 à 23:56

TOP 14 - En prenant les Toulousains à la gorge durant la majeure partie de la rencontre, les Lyonnais ont probablement réalisé leur meilleure performance du début de saison, ce dimanche soir, sur leur pelouse de Gerland. Le Lou de Guillaume Marchand a fait parler sa puissance, et le Toulouse de Julien Marchand a finalement concédé sa première défaite de la saison (25-19).

Le résumé : des impacts à l’avantage du Lou

La maxime est souvent répétée : pour espérer vaincre Toulouse, il faut d’abord leur imposer une guerre sans merci dans le jeu d’avants. En ce sens, les Lyonnais ont bien réussi leur mission. Agressifs et disciplinés dans leur système de défense, les partenaires de Josua Tuisova ont impressionné sur les premiers impacts. À l’image des hommes à tout faire, Cretin et Saghinadze, ou du puissant Taufua, les soldats de Pierre Mignoni sont montés comme des morts de faim sur chaque offensive toulousaine. En possession du ballon, ils se sont également montrés saignants, battant 24 défenseurs adverses, contre 9 seulement côté haut-garonnais.

En dominant les collisions durant une bonne partie de match (et surtout en début de seconde mi-temps), les locaux ont pris Toulouse à la gorge, empêchant Romain Ntamack et consorts de développer leur jeu de ligne. La défense s’est ainsi avérée être ultra efficace, présentant un taux de réussite au plaquage important (94 %), et surtout, offrant assez peu de munitions à Thomas Ramos sur pénalité (10 pénalités concédées sur l’ensemble de la partie).

La stat' : Lyon, une quatrième victoire de suite face à Toulouse

Le Lou serait-il la bête noire (et rouge) du Stade toulousain ? La question a le mérite d’être posée, tant la formation entraînée par Pierre Mignoni reste en réussite face aux Hauts-Garonnais. Avec le succès acquis à domicile ce dimanche soir, les Lyonnais ont en effet poursuivi leur série de victoires face à l’actuel double champion de France.

Sur les quatre dernières confrontations directes entre les deux formations, c’est à chaque fois le club rhodanien qui l’a emporté. En septembre 2019, les Lyonnais s’étaient déjà imposés à Gerland (22-12), malgré un carton rouge reçu à vingt minutes du terme par Loann Goujon. La saison dernière enfin, l’ogre toulousain avait chuté à domicile au mois d’octobre (7-16), et s’était également incliné 31 à 23 sur la pelouse lyonnaise, fin février.

Le geste du match : Tuisova fait parler la puissance… et la magie

Dans une rencontre âpre et cadenassée, il a un temps semblé manquer d’un éclair de génie. Pas de problème, il suffisait d’attendre que "King Josh" sorte de son trou. Et ce, peu après le retour des vestiaires. Alors que les Hauts-Garonnais jouent sur leurs quarante mètres, une passe osée de Thomas Ramos trouve les bras heureux de Regard. Après un petit slalom de Toby Arnold, le Lou enchaîne les temps de jeu dans les 22 mètres adverses. Quand soudain, servi par Léo Berdeu à moins de vingt mètres de la longue ligne blanche, le Fidjien Josua Tuisova fait presque tout tout seul.

De retour après quelques semaines loin des terrains suite à une blessure à la cheville, le trois-quarts polyvalent fait dans un premier temps parler ses qualités athlétiques, en mettant dans le vent Zack Holmes et Pita Ahki (rien que ça), puis en résistant à Anthony Jelonch. Dans le même temps, l’ancien Toulonnais, jusque-là assez discret, parvient à extirper un de ses bras de la tenaille gersoise pour passer la gonfle à Dylan Cretin, qui conclut en allant à dame. Le tout à l’aveugle, s’il vous plaît. Un geste aussi classe que décisif, qui permit aux siens de creuser un écart de six points (15-9) qui ne sera jamais comblé.

La petite histoire : les frères Marchand tête contre tête

C’était le duel attendu de ce choc du dimanche soir. C’était aussi la belle histoire de la rencontre. Julien Marchand (26 ans) contre Guillaume Marchand (23 ans), le grand frère contre le petit frère, le Toulousain contre le Lyonnais. Les deux talonneurs, face à face. Barré en club par deux internationaux, son frère "Juju" (14 sélections) et Peato Mauvaka (6 sélections), le cadet est venu chercher du temps de jeu du côté de la cité rhodanienne. Un prêt qui doit lui permettre de prendre en confiance et en maturité, pour revenir dans la Ville Rose avec l’ambition de - vraiment - enchaîner les matchs, hors période de doublons.

Mais là où le week-end dernier, le duel de frangins entre Barnabé et Baptiste Couilloud avait tourné à l’avantage de l’aîné, ce dimanche soir, les deux "frérots" toulousains se sont plutôt neutralisés sur la pelouse de Gerland. Et même, si un vainqueur devait être désigné, c’est peut-être bien Guillaume qui serait mis à l’honneur.

Le match dans le match a ainsi débuté au bout de deux minutes et une vingtaine de secondes, avec la première entrée en mêlée de la partie. Difficile d’établir un vainqueur. Au niveau de la touche, la réussite des deux frangins fut d’ailleurs similaire. Au moment de la sortie de Julien Marchand (52e), l’alignement toulousain était à sept lancers captés sur huit, quand l’alignement lyonnais en avait assuré six sur sept. Et si les ballons furent parfois perturbés dans ce secteur, les deux talons ont plutôt tenu leur rang.

Même chose dans le jeu courant, où le cadet s’est notamment signalé par deux belles percussions en bout de ligne, au retour des vestiaires. Au cours de la partie, on a également assisté à une récupération de balle de Julien Marchand au-delà des 15 mètres à la suite… d’un lancer de son frère ! Enfin, notons que Guillaume Marchand avait une sacrée énergie à revendre. Fait rare pour un joueur de première ligne, le jeunot a disputé l’intégralité de la rencontre. Et à la fin, c’est donc lui qui riait !

La décla’ de Julien Marchand :

Interrogé par Canal + à l’issue de la rencontre, le talonneur Julien Marchand est revenu sur le duel un peu particulier qu’il a vécu ce dimanche, face à son petit frère : "Avant le match, il y avait beaucoup d’appréhension, ce qui est un peu normal. Le fait de se retrouver en face, sur la première mêlée… C’est sûr qu’il y avait un peu de doute sur comment se placer, et puis après, ça s’est fait un peu naturellement sur le reste du match. Bravo encore à Lyon, ils ont un gros pack, une grosse équipe. Mais c’est vrai que c’était bizarre."

La question : cette défaite est-elle sans conséquence pour le Stade toulousain ?

Après six victoires en six rencontres, les hommes d’Ugo Mola ont concédé leur première défaite de la saison au Matmut Stadium Gerland, ce dimanche soir. Malgré ce revers, les champions de France et d’Europe restent premiers du classement, avec trois points d’avance sur leur dauphin, l’UBB. De plus, Toulouse semble encore avoir de la marge, et est loin d'avoir exploité son plein potentiel. Mais avec la période de doublons qui se profile, et de nombreux sélectionnés toulousains, les Rouge et Noir ne risquent-ils pas de se faire souffler leur place, au moins durant quelques journées ?

Cette défaite est-elle sans conséquence pour le Stade toulousain ?

Sondage
6977 vote(s)
Oui
Non

Par Dorian VIDAL

Contenus sponsorisés