Icon Sport

Staniforth, adaptation expresse au CO

Staniforth, adaptation expresse au CO

Le 18/11/2020 à 10:27

TOP 14 – Le deuxième-ligne australien du Castres Olympique Tom Staniforth n’est pas dans le Tarn depuis un mois que ses premières minutes sont prometteuses. Les Castrais semblent avoir fait une bonne pioche avec un élément déjà installé.

Toujours avec un grand sourire. Du moins, en dehors des terrains. Car une fois la compétition lancée, la gentillesse de cet Australien à la coupe mulet light devient rudesse et son physique pas très dessiné devient atout. Sauteur, pousseur et combattant, "Stan" ou "Tommy" est aussi tonique et pénétrant balles en mains, faisant mal à l’impact, le tout avec un côté travailleur et appliqué aux entraînements. Son manager Mauricio Reggiardo semble séduit : "Arrivé un lundi, il a disputé 80 minutes le samedi et 70 la semaine suivante. On peut dire qu’il s’est très bien intégré. Il connait déjà à la perfection notre plan de jeu ou nos annonces en touches. Il a aussi un profil de joueur qui correspond bien à l’identité de notre club. C’est une plus-value à notre effectif".

Et pour de suite faire les présentations, Tom Staniforth a été élu homme du match côté tarnais lors du derby à Toulouse (16-16) avec 18 courses et 71 mètres parcourus balles en main. Sa force de pénétration et sa dextérité permettent de fréquemment le lancer en premier attaquant au centre, voire de faire reculer en troisième-ligne le Canadien Tyler Ardron, un peu moins grand et légèrement moins lourd. Pratique.

Déjà en France avec les U20

Sitôt la fin du match à Toulouse, on a baptisé la nouvelle recrue à la bière bue d’un trait dans son crampon. Cela n’a pas empêché l’ex Wallaby U20 de 26 ans (1,98m et 119kg) de s’exprimer dans le vestiaire devant ses coéquipiers ensuite : "Je remercie le club pour la façon dont il m’a accueilli. On a insisté sur le fait qu’il y avait ici un fort esprit de famille grâce à un super groupe qui m’a pris dans ses bras. Il me tarde de [les] connaître tous un peu mieux pour [leur] rendre et faire en sorte qu’ici aussi ce soit un peu ma maison (sic)."

Ce pays qu’il va tenter de faire sien, il a déjà eu le bonheur d’en avoir un avant-goût en 2013. Lors de la Coupe du monde U20 organisée dans l’Hexagone et son Nord-Ouest, le natif de Canberra y a terminé à une peu glorieuse 7e place avec les jeunes Wallabies. Qu’importe, dorénavant, c’est à la sauce Sud-Ouest que se conjuguent ses trois prochaines saisons.

En conférence de presse, Tom Staniforth évoquait ce Top 14 qu’il découvre comme un "rugby différent, plus physique. Les mêlées, les mauls, les rucks et les contacts sont importants. Mais ça tombe bien, j’aime ça." Pas très connu encore, cet ancien des Waratahs a commencé le Super Rugby aux Brumbies, compétition dans laquelle il a déjà signé une soixantaine de feuilles de matches. S’il connait un peu Zack Holmes ou Kurtley Beale, deux de ses célèbres compatriotes du Top 14 dont il a déjà eu la chance de croiser les routes depuis son arrivée, ce sont bientôt les adversaires de Staniforth qui pourraient peut-être vouloir éviter de croiser sa route.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés