Icon Sport

Stade rochelais : une mêlée à redresser

Stade rochelais : une mêlée à redresser

Le 25/02/2020 à 18:50Mis à jour Le 26/02/2020 à 08:42

TOP 14 - Fragilisé sur les phases de conquête depuis quelques semaines, comme face à Toulon samedi dernier, le Stade Rochelais s'appuie sur un état d'esprit sans faille pour continuer sa marche en avant vers les phases finales. Mais sait bien que ça ne durera qu'un temps, avec une mêlée autant chahutée.

Le fameux adage "no scrum, no win" - comprenez "pas de mêlée, pas de victoire" - trouve, parfois, plus fort que lui. Prenez le Stade Rochelais, par exemple, pas plus tard que samedi dernier. Dans son antre de Deflandre toujours inviolée cette saison en Top 14, le Stade Rochelais a fait fi des considérations rugbystiques contre un Toulon pourtant nettement supérieur en conquête.

Vainqueur 17-12, le nouveau troisième du championnat de France a souffert, en particulier, dans ses duels directs face au paquet d'avants adverse. Pour preuves, ces quatre pénalités, ce coup franc et ce carton jaune concédés rien que dans ce secteur de jeu. Une indiscipline rarissime pour l'équipe au meilleur ratio du Top 14 (94%), la saison dernière, sur la conservation de ses introductions en mêlée.

Manque de liant

Certes, sur la balance, le huit de devant rochelais pesait quelque 100 kilos de moins que son homologue varois. Alors oui, "qu'est-ce qu'ils bossent sur le terrain !", soulignait Jules Plisson sur Rugbyrama.fr dimanche. Mais il n'empêche que les carences en mêlée commencent à s'installer. Simple coup de mou au cœur de l'hiver ou les prémices d'une période de fortes turbulences ? Facundo Bosch, seul avant invité à s'exprimer au coup de sifflet final, penchait pour la première option.

"On a un pack qui n’est pas très lourd. Je pense aussi qu’il faut jouer plus collectivement. En première ligne, on n’est pas ensemble. Les deuxième et troisième lignes ne tapent pas non plus ensemble, donc ça commence à être très dur, reconnait l'ancien talonneur du SU Agen. Mais nous avons des joueurs de bonne qualité. Ce n'est pas perdu pour toute la saison, on a perdu la mêlée pendant 3-4 matchs, mais on va le retrouver."

Quelques secondes plus tard, c'est un Jérémy Sinzelle bien plus alarmiste qui lui a succédé aux micros : "À un moment, on va prendre le retour du bâton, et ça va nous faire mal. La conquête, c'est la base du rugby. La victoire, c’est l’arbre qui cache la forêt. La semaine, il faut que tout le monde soit mobilisé. Là, j’ai l’impression que c’est les trois-quarts d’un côté, les avants de l’autre, peste le 3/4. Il va falloir qu’on soit tous ensemble pour pouvoir avancer. Pour l’instant ce n’est pas le cas. Mettre des lancements en place en touche, en mêlée, ça se travaille la semaine. Mais nous, on n'y arrive pas. On ne travaille peut-être pas méthodiquement. On doit tous se remettre en question, que ce soient les joueurs ou le staff."

Un expert néo-zélandais en renfort

Si le couteau suisse rochelais va peut-être un peu vite en besogne aux yeux de Ronan O'Gara, de par son âme de "compétiteur", l'entraîneur du club à la caravelle n'occulte pas pour autant le chantier qui attend sa conquête. Entre un Dany Priso loin de ses standards, un Ramiro Herrera en grande souffrance depuis son arrivée automnale ou encore un net déficit de puissance en seconde latte, "c’est évident qu’on ne peut pas continuer comme ça", assure ROG.

"Le diable est dans les détails, poursuit l'ancien 10 du XV du Trèfle. La solution n’est pas du tout facile, mais on va rectifier ça. Il y a suffisamment de bons cerveaux dans le groupe pour faire le travail nécessaire. Quand on va améliorer ça, ce sera peut-être une arme pour nous, on va être dangereux. On est en train de chercher des solutions."

L'une d'elles se nomme Aaron Dundon. Le Kiwi, ancien talonneur du Leinster et proche de Jono Gibbes, est venu apporter sa science de la mêlée avant la rencontre face à Toulon, selon une information révélée par nos confrères de Sud Ouest. Il récidive cette semaine, pour la préparation de l'alléchant déplacement sur la pelouse du Racing, samedi (15h30). Un Racing parmi les plus cliniques de la division, cette saison, en conquête. Les Franciliens ont notamment gagné 23 mêlées sur introductions adverses. Meilleur total du championnat.

Pariez sur le Rugby avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
Contenus sponsorisés