Icon Sport

Setiano, la tête à l'endroit

Setiano, la tête à l'endroit

Le 03/12/2020 à 11:00Mis à jour Le 03/12/2020 à 11:01

TOP 14 - S'il a connu les montagnes russes au cours de la saison 2019/2020, passant de mondialiste au Japon avec le XV de France à remplaçant sur la rade, Emerick Setiano (24 ans, 6 sélections) retrouve petit-à-petit la confiance qui lui avait permis de s'imposer comme l'un des meilleurs droitiers de France.

La courbe de progression d'une carrière est parfois difficile à anticiper : alors qu'il s'était imposé depuis plusieurs saisons comme l'un des plus grands espoirs au poste de pilier droit en France, et avait même réussi à poinçonner son ticket pour le mondial japonais à l'automne 2019, Emerick Setiano a connu la première phase de doute de sa jeune carrière lors de son retour en club. Bousculé par la concurrence du roc géorgien Beka Gigashvili, arrivé en provenance de Grenoble à l'été 2019, et alors qu'il apparaissait moins tranchant qu'à ses débuts en pro, l'Angevins a courbé l'échine, conscient qu'il devait redonner un nouvel élan à sa carrière.

Challenge Cup - Beka Gigashvili (Toulon) contre Bayonne

Challenge Cup - Beka Gigashvili (Toulon) contre BayonneIcon Sport

"Je m'étais fixé l'objectif de devenir numéro 1. Et... ç'a été dur ! Beka a été excellent dès ses premiers matchs. C'est un super joueur, nous confiait le principal intéressé en mars dernier, avant d'ajouter : l'après Coupe du monde a été compliqué à gérer. Ensuite j'ai eu quelques pépins et je n'arrivais pas à revenir à 100%. Physiquement j'étais KO. Il m'a fallu du temps pour revenir. […] J'ai 23 ans, encore tant de choses à apprendre et ça me challenge. Ce serait chiant si tout était facile (sourire). J'y vois une forme de challenge vis-à-vis de moi-même. La première étape c'est d'aller chercher Beka en club." Et alors qu'il avait joint les actes aux paroles, et semblait en passe de retrouver le rugby qui l'avait emmené en équipe de France, le puissant droitier était coupé dans son retour au premier plan par la Covid-19.

"Pouvoir se concentrer uniquement sur mon boulot est super précieux"

Déçu mais pas abattu, Setiano retrouvait alors le centre d'entraînement Berg pour la pré-saison avec l'intime conviction de continuer à bousculer la hiérarchie établie la saison passée, afin de troquer son costume de "remplaçant de luxe" pour celui de "numéro 1 bis". Et alors ? En l'espace de trois mois, -et même s'il a surfé sur l'absence de Gigashvili (avec la sélection)- Setiano est redevenu l'une des clés de voûte du système toulonnais. Solide en mêlée fermée et capable de répéter les efforts de week-end en week-end, "Rico" est l'une des explications de la très bonne forme du pack toulonnais en ce début de saison.

Les raisons de ce retour sur le devant de la scène ? "J'évolue au sein d'un groupe en confiance, et je m'appuie beaucoup sur ce collectif. J'essaye de moins me prendre la tête, et avoir des mecs costauds à mes côtés me permet de jouer l'esprit libéré. Je peux être focalisé sur mes tâches, sans penser à ce qui va se passer autour de moi. Je sais que je peux faire confiance aux mecs qui m'entourent, et pouvoir se concentrer uniquement sur mon boulot est super précieux. Du coup je prends confiance, je la transmets et ça tire tout le monde vers le haut, justifiait le puissant pilier droit mercredi. Puis enchaîner les matchs me fait beaucoup de bien. Voilà peut-être une partie de l'explication..."

"Il a une explosivité assez rare, même à ce niveau"

Titulaire à sept reprises pour huit apparitions en Top14 (auxquelles s'ajoutent trois matchs de Challenge Cup), le droitier toulonnais a enchaîné les performances trois étoiles sans ne jamais baisser d'intensité. Véritable marathonien (il a joué plus d'une heure contre Montpellier, Brive, Agen, Bayonne et Pau) à un poste très exigeant, "Rico" est donc redevenu l'un des joueurs indispensables au bon fonctionnement du collectif varois. "Emerick est pétri de talent : il est fort physiquement, a une explosivité rare, même à ce niveau, et dans la tête c'est un énorme bosseur, notait Christopher Tolofua au sujet de son coéquipier. C'est rare d'avoir à ses côtés un joueur qui est plus exigeant avec lui-même qu'avec les autres. C'est une richesse incroyable d'avoir dans son groupe un mec comme lui. Au-delà de son talent sur le terrain, il a cette capacité à se remettre perpétuellement en question, qu'il sorte d'une bonne perf ou non. Je suis admiratif, il bosse et c'est un régal de jouer à ses côtés."

Que ce soit en mêlée fermée, où il apparaît inamovible depuis plusieurs semaines, dans le jeu courant, où il enchaîne les efforts sans baisser d'intensité, en défense, où il ne se montre jamais mal à l'aise quand il s'agit de distribuer un caramel, ou dans le jeu au sol, ce qui a un temps pu lui faire défaut, Emerick Setiano a repris le cours d'une carrière que tout le monde sait très prometteuse. Sa recette ? "Les coachs ont compris que je marchais à la confiance... Je ne suis pas un mec qui parle beaucoup. En général on me laisse bosser dans mon coin, j'avance mieux quand on ne me brusque pas. En revanche j'adore qu'on me conseille, qu'on me fasse une petite tape sur l'épaule, avec un petit "ok c'est bien" et là vous pouvez être persuadé que je serais en pleine confiance pour le week-end", souriait le costaud de la rade.

Top 14 - Emerick Setiano (Toulon) contre Toulouse

Top 14 - Emerick Setiano (Toulon) contre ToulouseIcon Sport

De quoi imaginer des retrouvailles prochaines avec la sélection ? "Rico" préfère aujourd'hui se concentrer sur ses objectifs en club : "Je ne parlerais pas de la sélection comme d'un objectif. Je préfère me focaliser sur le RCT, et si ça veut fonctionner, j'aurais peut-être une ouverture. Mais la priorité c'est Toulon. Je ne me mets pas de pression, je bosse un max' avec le RCT, je me régale et on verra." La maturité venue accompagner un talent immense, dont personne ne semble encore véritablement connaître la limite...

Contenus sponsorisés