Icon Sport

Top 14 - Remonté et dégoûté, Charles Géli vide son sac sur les étrangers de Montpellier

Remonté et dégoûté, Géli vide son sac sur les étrangers de Montpellier

Le 22/05/2017 à 12:41Mis à jour Le 22/05/2017 à 12:53

TOP 14 - Très peu utilisé depuis la prise de fonction de Jake White à la tête de l'équipe montpelliéraine, Charles Géli profite de la fin de saison pour vider son sac.

Alors que Montpellier a été sorti en barrage samedi par le Racing 92 (13-22), certaines langues se délient au MHR. C'est le cas notamment du talonneur Charles Géli, qui vide son sac dans les colonnes de Midi-Olympique. Sa principale cible ? Jake White et le staff sud-africain, coupables selon lui d'une gestion humaine très limite. "Tu es écarté et d'un seul coup, on te dit : 'vas-y, soit le meilleur'. Il n'y a que dans les livres que ça se passe comme ça".

"Les coaches nous répétaient de manière hautaine qu'en France on était mauvais..."

Après avoir passé deux mois et demi sans porter le maillot des Héraultais (la dernière, c'était le 5 mars à Lyon, NDLR), Géli a été contraint de rentrer plus tôt que prévu contre les Racingmen, après le protocole commotion de Du Plessis (24e). "Honnêtement, j'ai fait ce que j'ai pu, comme j'ai pu !", avoue-t-il. Il est vrai que cette saison, son temps de jeu a été assez maigre ces deux dernières années en Top 14 (478 minutes dont 5 titularisations cette saison, 316 minutes et 2 titularisations l'an passé).

Charles Géli et François Steyn (Montpellier) - 20 mai 2017

Charles Géli et François Steyn (Montpellier) - 20 mai 2017Icon Sport

Et visiblement, le mal est très profond pour celui qui a porté les couleurs de Perpignan durant 5 saisons : "On m'a dit que je m'étais mis à l'écart du groupe. Mais ça ne parlait pas un mot de Français, les vidéos se faisaient en Anglais... Et les coaches nous répétaient de manière hautaine qu'en France on était mauvais, qu'on ne savait rien faire et qu'ils allaient tout nous expliquer ! [...] Il y a eu des choses bien plus graves qui frôlent la malhonnêteté, mais dont je ne peux pas parler."

"70% du groupe ne parle pas ma langue"

Le talonneur héraultais enfonce le clou sur la colonie sud-africaine dans le Midol : "70% du groupe ne parle pas ma langue et les mecs qui sont là depuis deux ans, esquissent à peine deux mots de Français. J'aurais dû aller jouer à l'étranger, comme ça, j'aurais su pourquoi c'était à moi de m'adapter ! [...] J'ai plus de relations avec les supporters, qu'avec certains joueurs croisés tous les jours".

Charles Géli avant un lancer en touche

Charles Géli avant un lancer en toucheIcon Sport

Certainement soulagé de voir le staff actuel être remplacé par Vern Cotter et ses hommes la saison prochaine, il en profite également pour leur adresser une autre amabilité en guise d'hommage : "C'est la première fois dans ma carrière qu'en l'espace de deux ans, j'ai autant régressé en rugby et progressé en Anglais. C'est dommage, car j'avais l'ambition inverse". Les concernés apprécieront...

Contenus sponsorisés
0
0