Icon Sport

Top 14 - La Rochelle: Holmes, la botte utile

La Rochelle: Holmes, la botte utile

Le 10/09/2015 à 16:24Mis à jour Le 10/09/2015 à 16:30

TOP 14 - Depuis le début du championnat, l’ouvreur australien Zack Holmes fait du bien aux Rochelais. Le natif de Perth, lui, commence à trouver ce qu’il était venu chercher en France, à savoir du temps de jeu.

Ce n’est pas Sherlock, mais Zack. Zack Holmes. Depuis le début de la saison, l’ouvreur australien de La Rochelle est tout aussi efficace que le héros de l’investigation pour résoudre les problèmes. Les siens, ce sont les pénalités, les coups de pied d’occupation ou l’orientation du jeu. Après la débâcle clermontoise lors de la 1e journée (6-44), l’Australien de 25 ans a été précieux lors du match au Racing, ramenant son équipe, alors en infériorité numérique, aux shorts des Franciliens au jeu des pénalités, avant de tenter, en vain, un drop dans les derniers instants de la rencontre. Il venait de réaliser un sans faute (14 points/14).

Samedi dernier, contre Brive, on le retrouvait encore aux manettes avec un essai transformé, décisif en seconde mi-temps, et une régularité dans ses pénalités. Le public, lui, arborait la tête du connaisseur qui apprécie, le menton qui hoche et les sourcils levés. Le Stade rochelais, suite au départ du Sud-africain Peter Grant, n’a pas perdu au change en accueillant ce joueur venu de la Western Force (Super XV australien), mais aussi passé par le VII.

A la recherche de temps de jeu

Sur l’Île-continent, ce fils de rugbyman, né à Perth, a été un touche-à-tout à l’adolescence. Du football en passant par l’athlétisme où l’on relève de bons résultats sur le 400 m. C’est finalement vers le rugby et la Western Force qu’il se dirige à 15 ans pour sa formation. Passé par les Brumbies de Canberra avant son retour à la Western Force en 2013 (22 matchs disputés ces deux dernières saisons), Zack Holmes découvre, en même temps que la langue française, le championnat de Top 14.

La Rochelle, c’est un choix sportif à l’entendre. "Je ne cherchais pas spécialement à venir en Europe mais du temps de jeu", dit-il. "J’étais frustré de ne pas pouvoir jouer plus avec la Western Force car il n’y a aussi qu’une quinzaine de matchs par saison. En Europe, la saison est plus longue ; il y a davantage d’opportunités, de matchs qu’en Super XV. Avant de venir, j’avais pu en parler avec des joueurs australiens qui ont évolué en France".

Zack Holmes (La Rochelle) face à Brive - le 5 septembre 2015

Zack Holmes (La Rochelle) face à Brive - le 5 septembre 2015Icon Sport

À La Rochelle, Holmes a retrouvé deux autres Australiens, Alofa Alofa et Malietoa Hingano. "Leur présence, ça rend les choses plus faciles. C’est bien de pouvoir parler anglais… Parfois, j’oublie que certains joueurs français ne comprennent pas plus que ça l’anglais et je commence à leur parler… Je pense qu’ils se demandent qu’est-ce qu’il essaye de me dire ?" (sourire).

L’entraîneur en chef maritime Patrice Collazo, lui, sent "un joueur très impliqué malgré la barrière de la langue. On est sûr qu’il va nous apporter encore plus quand il va maîtriser la langue, les systèmes de jeu. Il est doué techniquement et il a une bonne vision du jeu". Mais il note, avec le sourire, un bémol: "il a un accent très particulier et il a parfois du mal à se faire comprendre. C’est pour ça que je parle lentement", répond, en toute décontraction, Holmes.

La réaction du public, un langage universel

À La Rochelle, son intégration s’est bien passée. "Je ne dirais pas que je me sens à l’aise", confie-t-il, "mais c’est plus facile chaque semaine. Ça reste parfois compliqué avec les arbitres. Au Racing, je n’avais pas compris l’arbitre. Il m’avait dit de ne pas donner le coup d’envoi". Et même s’il ne comprend pas encore le français, il a saisi la signification de la réaction des supporters rochelais à l’issue du coup de sifflet final contre Clermont. "Oui, c’est universel, tout le monde peut comprendre. Ici, c’est un public de passionnés. En Australie, les gens sont assis et regardent. Ils ne font pas autant de bruit". À La Rochelle, le bruit vient déjà de sa réussite au pied...

Zack Holmes (La Rochelle) face à Brive - le 5 septembre 2015

Zack Holmes (La Rochelle) face à Brive - le 5 septembre 2015Icon Sport

Contenus sponsorisés
0
0