Icon Sport

9e journée Top 14 - Oyonnax: la valise pleine de regrets

Oyonnax: la valise pleine de regrets

Le 12/10/2014 à 11:07Mis à jour Le 12/10/2014 à 11:15

Vaincu par Montpellier au terme d'un match décousu qui aurait bien pu lui sourire, l'USO de Christophe Urios repart les mains vides d'un déplacement qui était à sa portée.

A dire vrai, si François Trinh-Duc avait fait sa passe peu après la vingtième minute, le scénario aurait certainement été tout autre. Le demi d'ouverture "croquait" un deux-contre-un qui aurait envoyé Timoci Nagusa à l'essai et permis au MHR de prendre un peu le large au score. Pire, il se blessait gravement (fracture du tibia, opéré en fin d'après-midi samedi), et laissait ses coéquipiers sans demi d'ouverture de métier sur le terrain pendant près d'une heure. Montpellier perdait le fil de son jeu, et ce match qui semblait devoir tourner pour les Cistes allait nettement se resserrer.

Néanmoins, et malgré ce contexte plus favorable à son équipe, Christophe Urios, bien que nourrissant quelques regrets, sait aussi qu'une victoire à l'Altrad Stadium relevait de l'exploit pour sa formation. "Il ne faut pas se tromper de combat. Nous venons de jouer Clermont, Toulon et Montpellier. Je n'ai jamais dit que nous allions battre toutes ces équipes-là, ce n'est pas notre championnat", lâchait le technicien un peu fataliste. Des propos corroborés par Fabien Cibray: "Ca fait trois matchs de suite contre des équipes du Top 4, on essaie de gratter des points si on peut... Aujourd'hui ça n'a pas été le cas."

Festival d'occasions gâchées

Derrière ce constat empreint d'humilité se cache pourtant une réelle ambition de venir faire des coups chez les gros. "On s'était vraiment bien préparé pour essayer de taper Montpellier, on n'a pas su le faire... Ca laisse des regrets, on fait beaucoup d'efforts pour rentrer bredouilles. On s'est créé les occasions et on ne peut s'en prendre qu'à nous-mêmes de ne pas avoir su les finir", admet le demi de mêlée. Face à des Héraultais fébriles, l'USO est en effet arrivé dans l'en-but adverse à plusieurs occasions, notamment par l'intermédiaire de Donguy qui commettait un en-avant sur la ligne (43e).

Et c'est bien là que le bât blesse pour Oyonnax, qui n'a jamais su conclure ses temps forts. Une scorie rédhibitoire, notamment à l'extérieur, plus particulièrement chez un des favoris du Top14, et à plus forte raison pour une équipe qui finit ce premier bloc de matchs sur les rotules. "On est dans le dur parce qu'on ne prend pas de points depuis un moment, et parce que physiquement ça devient difficile. L'équipes est usée, elle s'est battue avec ses armes, et c'est décevant de ne prendre aucun point", déplorait Urios dans les couloirs du stade. Malgré cela, les Oyonnaxiens pourront retenir qu'ils ont à nouveau bousculé un prétendant au titre. "On a tenu la dragée haute à Montpellier, et je pense qu'on les a marqués physiquement sur l'homme. On a tout laissé sur le terrain avant la coupure européenne, et notre objectif prioritaire sera désormais le Racing dans trois semaines", concluait Cibray.

Contenus sponsorisés
0
0