Rugbyrama

Rugby à 7 - Kévin Bly, la nouvelle pépite

Bly, la nouvelle pépite

Le 26/07/2018 à 17:20Mis à jour Le 26/07/2018 à 17:30

SEVENS - Révélation de la fin de saison à 7 et auteur d'une Coupe du monde remarquable à San Francisco, le jeune ailier de Vannes Kevin Bly s'est imposé comme un homme fort de cette sélection. A tel point que ses partenaires espèrent le conserver le plus souvent possible dans le groupe pour obtenir leur qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo.

Si les filles ont terminé vice-championnes du monde, la Coupe du rugby de rugby à 7, disputée le week-end dernier à San Francisco, a aussi accouché de belles promesses pour les membres de l'équipe de France masculine. Sur le plan collectif avec ce magnifique succès face aux Australiens, malgré une défaite en quart de finale contre les futurs champions du monde néo-zélandais au terme d'un match largement à la portée des Bleus, ou avec cette huitième place finale, alors que les hommes de Jérôme Daret avaient terminé treizièmes à l'issue du circuit mondial.

Jerome DARET

Jerome DARETIcon Sport

Mais sur le plan individuel aussi. Parmi les satisfactions, revient évidemment le nom de Kevin Bly. Révélation de la fin de saison du 7, le jeune joueur de Vannes (22 ans) avait rejoint le groupe France pour les tournois de Paris et Londres, où il avait impressionné, avant d'être logiquement retenu pour l'aventure américaine.

" Un peu un rêve pour moi"

Sur la pelouse de l'AT&T Park, Bly a encore démontré l'étendue de ses qualités, en étant une menace permanente pour ses adversaires grâce à ses appuis de feu et sa vitesse de course. Auteur notamment d'un essai de cinquante mètres contre l'Argentine, il retient cette expérience inoubliable : "Faire une Coupe du monde de rugby, que ce soit à 7 ou à XV, c'est un peu un rêve pour moi. Cela reste toujours exceptionnel, surtout ici aux Etats-Unis avec un stade magnifique et rempli. Je suis évidemment très content d'y avoir participé et j'ai vécu ça à 100%."

Kevin Bly (France à 7)

Kevin Bly (France à 7)Icon Sport

Même si, comme chez ses partenaires, la déception de terminer la compétition sur trois défaites était prégnante à l'heure de quitter les lieux : "C'est très frustrant, surtout le quart de finale contre la Nouvelle-Zélande que nous perdons un peu seuls... C'était dur d'oublier ce match." Ce qui explique en partie la dernière journée plus difficile de cette formation. Mais Bly retrouve vite sa lucidité : "Si on regarde les résultats de cette saison, ce que l'équipe a réalisé à San Francisco est très bien, avec cette huitième place."

Quel avenir proche à 7 ?

Au-delà, l'intéressé se satisfait d'avoir écrit une belle page de sa carrière ces derniers mois avec ce passage par l'étage international. D'autant qu'il fait l'unanimité chez ses partenaires, comme le confie le capitaine Manoel Dall'Igna : "Kevin est quelqu'un qui possède de belles valeurs humaines. Il est discret mais a su trouver sa place dans le groupe. Et puis il a des qualités physiques remarquables, qui le rendent capable de réaliser un coup n'importe quand." Bly apprécie : "Pour moi, c'était une découverte. Je suis avec le groupe depuis un mois et demi et j'ai appris ce qu'était le rugby à 7 au haut niveau. C'était génial. J'ai fait Paris, Londres, puis cette Coupe du monde. Donc c'est énorme."

Capitaine - France - Manoel Dall Igna - Rugby à 7

Capitaine - France - Manoel Dall Igna - Rugby à 7Icon Sport

Se pose désormais la question de la suite. "J'espère qu'on l'aura avec nous le plus souvent possible pour qu'il nous aide à aller plus loin", place Dall'Igna. Mais le joueur, qui a disputé dix-huit matchs de Pro D2 l'an passé (douze titularisations) pour sept essais, ne peut s'avancer publiquement sur ce thème. Il répond donc dans un sourire gêné : "Pour l'instant, je suis à Vannes, en contrat avec le club, donc je ne sais pas. On verra comment ça se passe."

Nul doute néanmoins, au vu de ses prestations, que la Fédération cherchera à négocier avec le club breton pour qu'il continue à renforcer ce groupe en cette future saison marquée par la qualification pour les JO de Tokyo en 2020.

Contenus sponsorisés
0
0