Icon Sport

Vannes n’y arrive toujours pas, le gros coup pour Oyonnax

Vannes n’y arrive toujours pas, le gros coup pour Oyonnax

Le 23/09/2021 à 22:42Mis à jour Le 23/09/2021 à 22:57

PRO D2 – En ouverture de la 5ème journée, Oyonnax a réalisé un premier gros coup en s’imposant au stade de la Rabine face à Vannes (6-23). Les Oyomen enchainent un deuxième succès et se relancent, tandis que les Bretons concèdent un cinquième revers en autant de matchs disputés cette saison. Inquiétant.

Les joueurs de Joe El Abd connaissaient le challenge de leur premier bloc de la saison, et ils le terminent par un succès convaincant à la Rabine, face à Vannes. Autant dire que cela aide au moment de faire les bilans, car il s’agit d’un deuxième succès à l’extérieur après celui ramené de Grenoble lors de la 1ère journée. Oyonnax s’installe ainsi parmi les six premiers, et confirment son succès à Charles-Mathon, tout en ramenant des certitudes en plus des 4 points de la victoire. Son adversaire ne peut pas en dire autant, car le RCV a encore semblé impuissant.

Le premier acte fut pourtant intéressant de la part des hommes de Jean-Noël Spitzer, bien qu’âpre en termes de qualité de jeu, sauf que la défense oyonnaxienne s’est illustrée malgré un peu d’indiscipline. On retiendra ce 6 à 3 en faveur des Aindinois à la mi-temps, suite à deux pénalités de Jules Soulan (15e et 41e), le RCV devant se contenter d’une pénalité de Christopher Hilsenbeck (4e) et d’un essai logiquement refusé à Kévin Burgaud pour un double mouvement au moment d’aplatir (19e). Bien maigre au final, avec seulement une autre pénalité d’Hilsenbeck (45e).

Les Oyomen s’appuient sur leur mêlée et les avants

La prestation en mêlée fermée des Haut-Bugistes a en partie fait la différence, et elle contraste d’ailleurs avec les difficultés en touche déjà vues sur le match précédent. Le paquet d’avants est à l’origine de l’essai de pénalité de la 67e minute, qui a permis de faire le break en période de supériorité numérique après le carton jaune contre Wandrille Picault (64e). Mais les "gros" se sont mis également à l’œuvre dans la foulée d’une pénaltouche, avec une succession de pick and go et une charge gagnante de Benjamin Geledan (57e). De quoi mettre en confiance.

Oyonnax a ainsi fait preuve de maitrise et aurait même pu espérer un point de bonus offensif au regard de sa domination dans la dernière demi-heure, et avec un peu plus de réalisme. Vannes a semblé en manque de solution(s), en panne et sans confiance. La semaine de coupure sera déterminante en Bretagne pour tenter de trouver les solutions permettant de relancer la machine. Tandis que pour les joueurs de l’Ain, ils montrent à toute la PRO D2 qu’il faudra encore compter sur eux cette saison pour jouer les premiers rôles, surtout s’ils se montrent enfin réguliers.

Contenus sponsorisés