Icon Sport

Zidane, Deschamps, Pirès, Armitage... Pour la bonne cause, rugby et foot ont fait bon ménage à Mayol

Zidane, Deschamps, Pirès, Armitage... Pour la bonne cause, rugby et foot ont fait bon ménage à Mayol

Le 29/07/2015 à 09:40Mis à jour Le 29/07/2015 à 14:19

Mardi soir, Mayol était en fête pour accueillir le match de gala entre le RCT et France 98. Une initiative de Pascal Olmeta au bénéfice de son association "Un sourire, un espoir pour la vie" afin de venir en aide à de jeunes handicapés. Une réussite et également un bon moment pour tous les participants.

Le sujet mériterait d'être proposé au bac l'année prochaine: est-il plus difficile pour un footballeur de jouer au rugby ou pour un rugbymen de pratiquer le foot? Vous avez quatre heures. Mardi soir, loin de la philosophie, mais pour la bonne cause, le stade Mayol accueillait un match hybride entre le RCT et France 98. Au programme une mi-temps foot et une autre rugby. Le tout pour la bonne cause. Les fonds collectés ont permis d'offrir un fauteuil médicalisé à un jeune malade, à l'initiative de l'association de l'ancien gardien de but Pascal Olmeta "Un sourire un espoir pour la vie".

Zidane, l'idole de tous

Au coup d'envoi Zidane, Deschamps, Pirès et compagnie faisaient donc face à Orioli, Suta ou encore Escande. Une opposition étonnante, qui a cependant régalé le public mais également les acteurs de la rencontre.

Au final, chaque équipe a remporté "sa" mi-temps (score final 33-26 en faveur du RCT), avec quelques belles surprises comme Caminati et son doublé balle au pied ou encore l'essai de 60 mètres du footballeur Frédéric Piquionne. D'autres se sont aperçu qu'ils ne s'étaient pas trompés de sport, à l'image de Suta et de sa charge dans la surface en position de dernier défenseur ou du face à face manqué d'Orioli face à Grégory Coupet ou de l'autre côté les en-avants d'un Zidane (auteur du dernier essai du match) ovationné par le public. Et si, parfois, les organisations tactiques ne ressemblaient pas à grand chose, l'essentiel était bien ailleurs.

"On s'est amusé et on a pris du plaisir pour la bonne cause. Puis, on pourra dire qu'un jour on a joué contre Zizou, Pirès et tous les autres!", souriait Alexandre Menini, le maillot de "Robert Muscle Ton jeu" sur les épaules après la rencontre.

"On n'avait pas trop de repères pour le foot, mais c'était marrant. Puis ça paraissait improbable pour nous de croiser un jour Zidane ou Deschamps en raison de la différence de sport et de génération. On a eu cette chance pour une bonne cause, c'était l'occasion de rêver aussi pour nous qui étions gosses quand ils ont gagné", abondait Maxime Mermoz.

Habitués à poser pour leurs fans, les joueurs du RCT ont d'ailleurs inversé les rôles pour une fois. Caminati a notamment échangé son short avec Zizou. Taofifenua et Chiocci (tous les deux en civils) ont, eux, profité de la mi-temps pour prendre des photos avec le ballon d'or 98 tandis que Steffon Armitage jouait les blagueurs avec l'actuel entraineur des jeunes du Real Madrid.

Les footeux ont apprécié le rugby

Et à match extraordinaire, il fallait bien un arbitre exceptionnel. Si Jean-Pierre Papin a officié lors du premier acte, c'est Bernard Laporte qui avait le sifflet pour la période ovale.

"J'ai toujours aimé les arbitres, mais quand ils ne sont pas bons je le dis", s'amusait le manager du RCT. Toujours sur le ton de la plaisanterie, l'ancien sélectionneur s'est exprimé sur la qualité de ses adversaires d'un soir et la recherche de joker coupe du Monde. "Les assurances n'accepteront pas à cause de la limite d'âge, mais certains ont des qualités. Puis c'est toujours pareil, ceux qui sont bons dans un sport le sont partout".

Une analyse partagée par Maxime Mermoz: "Ils étaient très joueurs, ils ont vite compris qu'il fallait enchaîner les temps de jeu. On voit que ceux qui organisaient le jeu au foot, avaient envie de le faire au rugby".

S'il a brillé avec le ballon rond, inscrivant notamment trois buts, Robert Pirès n'a pas été ridicule balle en main. Lui qui jouait encore en Inde il y a quelques mois, a apprécié la mi-temps rugby: "C'est un sport dur et compliqué. On se demande toujours comment ils font pour aller au duel et au contact, même si aujourd'hui ce n'était que le touché. Mais quand on voit des monstres comme eux qui arrivent lancés... faut être prêt et musclé pour les recevoir, ce qui n'est pas forcément notre cas!", assurait l'ancien d'Arsenal.

Didier Deschamps (France 98) - le 28 juillet à Mayol (Toulon)

Didier Deschamps (France 98) - le 28 juillet à Mayol (Toulon)Icon Sport

Enfin, le dernier mot revient au capitaine des champions du Monde 98 et actuel sélectionneur de l'équipe de France de foot: Didier Deschamps. Le Basque de naissance a joué au rugby gamin avant de basculer vers le ballon rond. Il a d'ailleurs montré de beaux restes, en étant toujours au cœur du jeu, formant une charnière improvisée avec Zidane.

"Avec les gabarits qu'il y avait en face, heureusement qu'ils ont été gentils avec nous! Mais il y avait beaucoup de monde au stade et c'est bien l'essentiel pour l'association de Pascal (Olmeta)", concluait-il.

Et si les champions du Monde vont retourner à leurs occupations, le RCT va vite fermer cette parenthèse et replonger dans sa préparation estivale avec un départ pour Tignes dès ce mercredi.

Contenus sponsorisés