Icon Sport

L'hémisphère nord au tapis

L'hémisphère nord au tapis
Par Rugbyrama

Le 03/07/2022 à 16:06Mis à jour

INTERNATIONAL - Quatre nations de l'hémisphère nord ont croisé le fer pour ce premier week-end de test-matchs internationaux. Outre la domination nette des équipes de l’hémisphère sud, seul le pays de Galles est sorti du lot face à l'Afrique du Sud. L'Irlande et l'Angleterre inquiètent alors que l'Écosse est en manque cruel de ses leaders.

La règle est simple : les nations du sud sont avantagées l’été, celle du nord à l’automne. Dans les deux cas, les équipes convoquent leurs meilleurs joueurs au pic de leur forme. Cette année encore, la règle n’a pas fait d’exception. Sur les quatre rencontres internationales du week-end, aucune nation européenne ne s’est imposée. État des lieux.

Le pays de Galles au bout du sacrifice

"La dernière chose que je veux faire est de venir à une conférence de presse et d'être de bons perdants. C’est une occasion manquée". Pour Dan Biggar et sa bande, les rêves ne sont pas permis. L’Enfer attendait pourtant un XV du Poireau en manque total de confiance après un Tournoi raté. À Pretoria, l’Afrique du Sud avait déployé son artillerie lourde et se présentait sur le pré du Loftus Versfeld Stadium au grand complet. Avec panache, les hommes de Wayne Pivac ont attaqué pied au plancher grâce à la fougue de Louis Rees-Zammit, auteur du premier essai de la rencontre. Avec quinze points d’avance à la pause, aucun nuage n’annonçait la tempête qui allait suivre.

Car les Springboks revinrent des citrons avec la ferme envie de concasser les Gallois devant. Mission accomplie avec deux essais sur ballons portés et un essai dé pénalité à cinq minutes du terme. Pourtant, le pays de Galles a relevé la tête grâce à Lake à la 77e minute en ayant joué à 12 ! Un ultime effort qui allait récompenser une performance historique avant que Damian Willemse ne crucifie le XV du Poireau. "Tout le monde dit à quel point les Springboks seront meilleurs la semaine prochaine, mais pour nous aussi, beaucoup de nos garçons n'ont pas joué depuis un moment" annonce le revanchard Dan Biggar.

Ox Nche et les Springboks ont une nouvelle fois fait parler leur puissance pour contrer une belle équipe galloise.

Ox Nche et les Springboks ont une nouvelle fois fait parler leur puissance pour contrer une belle équipe galloise.Icon Sport

L’Irlande sans ses partitions

Un Jonny Sexton vous manque et tout est dépeuplé. Lorsque le leader du XV du Trèfle est sorti sur commotion à la 30e minute, les Irlandais se sont éteints. Face à la Nouvelle-Zélande, les Verts ont imposé un rythme d’enfer aux Blacks pendant une demi-heure. Monopolisation du ballon, un essai d’entrée après 17 phases de jeu, des grosses séquences imposés à ses adversaires, l’Irlande allait ferrailler comme en novembre dernier et espérer, sinon la victoire, d’inquiéter les hommes en noir. Mais sans leur stratège, les Irlandais apparaissaient vidé de leur essence.

En face, les Néo-Zélandais en profitaient pour appuyer sur l’accélérateur et punir chaque erreur irlandaise. Bilan : quarante points encaissés et un manque d’inspiration criant qui ne présagent rien de bon pour le second test (samedi, 9h05)... à moins que le capitaine Sexton ne revienne dicter ses partitions à ses coéquipiers.

L'Angleterre inquiète

C’est sans doute la plus grande désillusion des premiers tests-matchs. Le XV de la Rose a perdu de son piquant dans le dernier quart d’heure de sa rencontre australienne. 30-28 score final, les Aussies ayant totalement relâché leur fin de match. Pourtant les Anglais alignaient leur équipe type et profitaient du forfait de dernière minute de Quade Cooper. Sur le papier, les Britanniques avaient une force de frappe plus importante que les Wallabies. Dans le creux de la vague, les Australiens restaient sur trois défaites de rang lors de la tournée d’automne et n’avaient plus gagné face à l’Angleterre depuis 2015.

Pire, après la blessure de Cooper, l’Australie a perdu Tom Banks et Ala’Alatoa, avant que Darcy Swain ne concède un carton rouge après un coup de tête sur Jonny Hill. Le tout avant la mi-temps. Tableau noir pour les Wallabies, opportunité inouïe pour les Anglais. Les hommes d’Eddie Jones ont longtemps cru à un succès en terre australe grâce à l’essai rageur d’Ellis Genge (49e), mais l’Angleterre a paradoxalement baissé le pied à partir de ce moment-là. Grâce à leur banc, les Aussies ont mis KO leurs adversaires du soir, ne laissant que des regrets dans les têtes anglaises. Après un Tournoi moribond, les sujets de Sa Majesté continuent d’inquiéter et doivent sérieusement redresser la barre. Belle promesse de ce premier test, la jeunesse britannique a montré son orgueil en fin de rencontre.

L’Écosse trop diminuée

Pas de miracle pour les Scots. Pris à la gorge d’entrée par des Argentins affamés, l’Écosse n’a allumé la mèche que trop tard. Menés 18-6 à la pause, le XV du Chardon est revenu à la marque avec deux essais en quatre minutes. Bertranou a finalement clos tout suspense à la 57e minute pour conclure onze années sans victoire contre l’Écosse. Sans Stuart Hogg, Hamish Watson ou Finn Russell, les hommes de Gregor Townsend n’ont rivalisé que pendant un gros quart d’heure à l’entame de la seconde période. Les Écossais devront être plus consistants pour les deux prochaines rencontres pour espérer dompter les Pumas.

Par Clément LABONNE

Contenus sponsorisés