Icon Sport

Des Bleues encadrent le Top 50 moins de 18 ans féminin

Des Bleues encadrent le Top 50 moins de 18 ans féminin
Par Malika Caubet via Midi Olympique

Le 04/06/2021 à 11:35Mis à jour

FEMININES - C'est à l'occasion du Top 50 moins de 18 ans féminin que quatre joueuses dont trois internationales, qui se forment à devenir entraîneur, ont pu mettre en pratique la théorie.

Entre joueur et entraîneur, il n'y a qu'un pas et ce qu'ont décidé de franchir quatre joueuses dont trois internationales : Marjorie Mayans, Elise Pignot, Charlotte Torres-Duxans et Kenza Necer ont supervisé les meilleurs potentiels de moins de 18 ans. Elles suivent cette saison une formation d’encadrement sportif, le Diplôme d’État Supérieur de la Jeunesse de l’Éducation Populaire et du Sport. Pour l'iconique Marjorie Mayans dont l’expérience internationale est vaste, de la Coupe du monde, aux jeux Olympiques, en passant par le Tournoi des 6 Nations avec le XV de France ou France 7, "la transmission est très importante surtout dans le rugby féminin où nous avons besoin de médiatisation. C’est très bien que des filles s’investissent, j’essaye de leur apporter des choses en toute humilité et j’espère qu’elles auront apprécié d’avoir été encadrées par quatre joueuses de haut niveau".

Pour toutes ces joueuses de talent, c'est une opportunité qu'elles appréhendent déjà auprès de leurs clubs respectifs, comme l'explique Élise Pignot, la polyvalente de l’ASM Romagnat mais aussi du XV de France féminin : "Comme Marjorie, je m’investis dans la formation des jeunes de mon club. C’est très intéressant de voir à plus long terme. Aujourd’hui, je joue mais demain, qui prendra ma place et surtout qu’est-ce que je ferai ? Il faut rassembler ces deux idées et œuvrer pour que nous puissions transmettre ce que nous avons appris."

Cette initiative conjointe des responsables de la formation fédérale et de ceux de la filière d’accession au haut niveau ravit Kenza Necer, talonneuse de Blagnac et originaire du Lot : "C’est une belle opportunité que nous offre la Fédération et un très bon moyen de mettre en pratique ce que l’on a appris tout au long de notre formation."

Enfin c'est aussi un moment de partage d'expériences entre le XV et VII et les qualités qui les lient ou qui les rendent si différents, comme l'exemple de Charlotte Torres-Duxans qui grâce à sa carrière internationale avec le 7 féminin apporte son éclairage sur rugby à VII.

Contenus sponsorisés