Top 14 - Perpignan s'offre le Racing 92 avec le bonus offensif en ouverture de la 14e journée du Top 14

  • Veredamu a inscrit un essai face au Racing 92.
    Veredamu a inscrit un essai face au Racing 92. - Icon Sport
Publié le Mis à jour
Partager :

En ouverture de la 14e journée de Top 14, l'Usap s'est offert le scalp du leader (26-5) avec le bonus offensif. L'Usap enchaîne ainsi une quatrième victoire consécutive à domicile en championnat. Les joueurs de Franck Azéma remontent à la 11e place en attendant les matchs de l'après-midi. Attendus après la défaite face à Toulouse, les Racingmen sont passés complètement à côté.

Pour cette ouverture de la 14e journée, dans un stade Aimé-Giral chauffé à blanc et ensolleillé, Perpignan a réalisé un match référence en s'offrant le scalp du Racing 92 (26-5). En fin de partie, Ruiz a validé un bonus offensif. Pour les Franciliens, les vacances arrivent avec un goût amer et deux revers de rang en Top 14. 

Perpignan a totalement éteint les ambitions du Racing 92 et s'impose avec le bonus !

Le film du match > https://t.co/ZoTqJmBNyJ pic.twitter.com/wRakYIYuu3

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) February 3, 2024

Dans le choc des extrêmes, Perpignan a démontré sa force à domicile en allant chercher un cinquième succès de rang en Top 14. Cette fois, c'est le Racing 92 qui s'est cassé les dents sur la défense catalane (26-5). Juste avant la sirène, Ruiz a offert le bonus offensif aux siens. 

Au classement, grâce à ce succès bonifié, l'USAP est assurée de partir en vacances en dehors de la zone rouge (11e, 26 points). Les Sang et Or comptent cinq points d'avance sur Oyonnax. Le Racing 92 (40 points) pourrait perdre sa place de leader en cas de succès de poursuivants comme le Stade Français, Bordeaux-Bègles, Toulouse ou encore Toulon. 

Dupichot a joué un mauvais tour au Racing 92 

Laissé libre à l'intersaison par les Ciel et Blanc, Louis Dupichot a vécu un match particulier face à son club formateur. Dans un début de match entièrement en faveur du Racing 92, c'est l'USAP qui a fait preuve de réalisme. Au terme d'une action au long cours, les Catalans ont remonté le ballon sur plus de 60 mètres. Malgré une mauvaise passe, Louis Dupichot a réalisé un exploit en échappant à la vigilance de Le Bail et de Saili (7-0, 11e). 

Dominateurs, les Franciliens ont trop souvent buté, voire paniqué, face à la défense perpignanaise. Sur une modèle de contre-attaque, en bout de ligne, Dubois a créé le décalage en résistant à trois adversaires avant de réaliser un bras enroulé vers Dupichot. L'arrière a couru sur trente mètres, puis a parfaitement fixé pour propulser Tom Écochard dans l'en-but (14-0, 25e). Malgré une réaction de Tarrit, qui a conclu un maul porté (14-5, 30e), le leader du Top 14 est retombé dans ses travers. Palu n'a pas assuré la réception du renvoi, et trois de temps de jeu plus tard, Dubois a bien lu la rapide montée défensive des Franciliens. Le coup de pied rasant de l'ailier a trouvé Veredamu (19-5, 33e). 

Ruiz au bout de l'ennui

Au retour des vestiaires, Lancaster a tenté de remuer ses joueurs en effectuant près de cinq changements. Mais, comme la semaine dernière, le Racing 92 a manqué d'idées malgré d'innombrables situations dans les 22 mètres catalans. Un constat qui a causé l'agacement de Chavancy au micro de Canal +, à la fin de la rencontre : "C'est un match catastrophique. On a eu des temps forts, mais on s'est cassé les dents. On a été faibles en défense. Aujourd'hui, il n'y a rien à dire. C'est une grosse claque. Je ne suis pas certain que l'on mérite les vacances. On va devoir revenir avec d'autres intentions. Il faut se remettre en question. On n'est pas invités quand on n'est pas dans l'intensité. Ce n'est pas la première fois que ça arrive... J'espère que ça sera la dernière !"

Sur la dernière offensive, après avoir défendu toute la deuxième période, souffert en touche (6 ballons perdus) et en mêlée, l'USAP a trouvé la lumière grâce à Ruiz. Sur une pénalité jouée à la main, le talonneur s'est étiré jusqu'à l'en-but adverse. Un essai jugé parfaitement valable à la vidéo (26-5, 80e) qui a fait exulter Aimé Giral.  Après la trêve, Perpignan se déplacera dans la capitale pour défier le Stade Français Paris. Dans le même temps, le Racing 92 recevra Montpellier.  

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (11)
AlanCienAlaminDanlapoire Il y a 1 mois Le 04/02/2024 à 11:08

Ces pauvres parisiens ont eu de la chance quand même : il n'y avait pas Tuilagi ! MDR... L'Usap fera mal à tout le monde même à l'extérieur pour la deuxième partie de saison ! Supporter de Toulon je m'éclate à voir les catalans jouer.

Perillos Il y a 1 mois Le 03/02/2024 à 19:50

Usap je t'aime depuis 54 ans.

Rafale5415 Il y a 1 mois Le 03/02/2024 à 17:20

Arbitrage maison flagrant tout le match, 4 essais sur 4 entrés dans les 22 dont 2 offerts par l'arbitre qui voit l'invisible, un pourrissement du rythme pendant 30 min en mêlé et au sol sans jamais être sanctionné. Juste du bol d'être tombé sur une équipe à la rue complète pendant 80 minutes. Plus c'est moche plus c'est l'USAP. Vivement la relégation en Pro D2

Usapiens Il y a 1 mois Le 03/02/2024 à 18:06

Ta femme a dû te quitter pour un catalan pour être aussi aigri. L'USAP a grandement mérité sa victoire avec sa défense de fer et son opportunisme offensif !