Top 14 - Toulouse réalise le gros coup sur la pelouse du Racing 92

Par Julien Veyre
  • Juan Cruz Mallia et les Toulousains ont frappé fort sur la pelouse du Racing.
    Juan Cruz Mallia et les Toulousains ont frappé fort sur la pelouse du Racing. Icon Sport - Icon Sport
Publié le Mis à jour
Partager :

Avec un succès sur la pelouse du Racing 92, le Stade toulousain frappe fort dimanche soir en clôture de la 13e journée de championnat. Une victoire 20-27 pour Antoine Dupont et ses partenaires. Toulouse est la première équipe à faire chuter le Racing 92 dans sa salle cette saison. en Top 14. Et le champion en titre prive même son adversaire du moindre point de bonus à l’issue de ce match. Toutefois, le Racing 92 reste leader tandis que Toulouse renforce sa 4e place. 

Jusqu’ici, le Racing 92 était impérial à domicile en cette saison de Top 14. Avec 6 victoires en autant de matchs joués dans son antre, et avec 4 bonus offensifs en prime. Mais l’équipe francilienne est tombée sur une formation toulousaine qui a haussé son niveau de jeu ces dernières semaines. Un Toulouse en mode Champions Cup qui rafle donc la mise au sein de la Paris La Défense Arena (20-27).

Une guerre de possession

Leader du Top 14, le Racing 92 débute pourtant son match en mode patron du championnat. Privée de quelques-uns de ses habituels moteurs. Les Franciliens démarrent en effet pied au plancher. Cela se traduit par un essai de Donovan Taofifenua sur son aile, servi par une passe au pied de Martin Méliande (7-0, 5e).

Pour la première fois cette saison en Top 14, le leader racingmen a chuté sur sa pelouse. Avec ce succès, le Stade toulousain revient à un point de la deuxième place. #Top14 #R92ST

Le résumé > https://t.co/BNfsZVy680 pic.twitter.com/hIuMydWP1I

— RUGBYRAMA (@RugbyramaFR) January 28, 2024

Toutefois, il ne faut pas trop énerver le champion en titre. Dans l’aspiration de ses avants, Antoine Dupont s’échappe derrière un ballon porté et boucle victorieusement l’offensive (7-7, 16e). Les Haut-Garonnais font feu de tout bois avec leur attaque. Sur une nouvelle offensive, le ballon virevolte vers l’aile gauche d’Arthur Retière, notamment avec une claquette de Sofiane Guitoune. Mais l’ailier est poussé en touche en coin par un énorme retour d’Henry Chavancy (22e). Les visiteurs insistent et imposent quelques longues séquences qui secouent la défense adverse. Sur l’une d’elle, Piula Faasalele boucle les derniers mètres pour inscrire le deuxième essai toulousain (10-12, 31e). Si Tristan Tedder redonne l’avantage au Racing 92 sur pénalité (36e), le score à la pause est serré. Et le sort du match loin d’être scellé (13-12).

Dynamique toulousaine

Dans cette partie plutôt rythmée, les deux équipes sont tout de même privées chacune d’éléments moteurs, retenus par l’équipe de France. Toutefois, cela n’empêche pas les présents de briller. Sofiane Guitoune et Pita Ahki s’enfoncent dans la défense francilienne et après un une-deux entre les deux compères, Sofiane Guitoune franchit la ligne d’en-but sans pouvoir pointer un nouvel essai (45e). Et quand Mauvaka et Marchand ne sont pas là pour guider le camion des ballons portés toulousains ? Pas de souci, surgit Guillaume Cramond. Le ballon porté très dynamique laisse sur place les défenseurs franciliens. Pour un troisième essai (13-19, 46e).

A lire aussi : Top 14 - Antoine Dupont (Toulouse) : "J'aurais aimé être à Marcoussis mais il faut faire des choix"

Dans cette partie qui tourne en guerre de possession, chaque équipe a ses temps forts. Mais le suivant qui est favorable aux Racingmen n’est pas concrétisé sur le plan comptable. De longues minutes où les locaux finissent par s’engluer dans la défense toulousaine. Les Haut-Garonnais font le dos rond, à l’image d’un excellent grattage réalisé par Arthur Retière et récompensé d’une pénalité dans ses 22 mètres. Certes, à force de défendre les Toulousains sont poussés à la faute et Joshua Brennan récolte un carton jaune (64e). Mais il faut encore plusieurs minutes pour que les Franciliens fassent sauter le verrou défensif adverse. En fixant sur mêlée, le Racing 92 marque par Tristan Tedder, sur un service de James Hall (20-22, 75e).

Le finish toulousain

Alors que les Franciliens ont poussé pendant de longues minutes pour recoller au score, ils se font quasiment instantanément punir. Une échappée de Pierre-Louis Barassi, un relais de Paul Mallez et une course finale d’Ange Capuozzo permettent à Toulouse de placer le dernier coup de rein décisif. (20-27, 76e). Le Stade toulousain s’offre une précieuse victoire à l’extérieur, sur la pelouse du leader. Une bonne opération pour une formation haut-garonnaise qui n’avait jusqu’ici décroché que 5 points en déplacement, dont une victoire à Oyonnax en septembre. Ce succès permet de conforter la 4e place de Toulouse tandis que le Racing 92 – toujours leader au classement – manque l’occasion de creuser un peu l’écart. Lors de la prochaine journée, le Stade toulousain accueillera Bayonne et cherchera à poursuivre sa dynamique. Dans le même temps, le Racing 92 se déplacera sur la pelouse de l’USAP. Avec sans doute la volonté de tout de suite renouer avec le succès.

Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (40)
BOUNTY07 Il y a 1 mois Le 29/01/2024 à 09:16

en 1°mi temps passé l'essai du racing ce dernier n'a pas touche terre durant durant 30 minutes avec un stade toulousain produisant un jeu dynamique avec toujours du soutien des gestes justes. le rééquilibrage partiel en 2° mi temps ne les a pas empeché de laisser passer l'orage et de planter deux essais pour assommer le racing. quelle qualité dans cet effectif malgré les absents : Cramont Merkler Placines Akhi Retiere font oublier sans probleme les titulaires et Dupont à la baguette c'est bien sur une très grosse plus value. Mola et son équipe sont jalousée mais ils ont du nez dans la préparation et la composition d'équipe, ceux qui le nient sont d'une grosse mauvaise foi.

pegdav Il y a 1 mois Le 29/01/2024 à 11:27

les doublons n'affectent pas le ST ; 9 joueurs en équipe de France et cette équipe joue toujours très bien
ça confirme mon propos au sujet d'une précédente discussion ou j'avais dit que le ST avec la qualité de son banc passerait surement ces doublons sans trop de casse au contraire de l'UBB qui elle n'a pas cette profondeur de banc avec les 6 joueurs en équipe de France même si les joueurs ont de la qualité : la défaite à domicile contre le SF est le 1er accroc

noeudpap Il y a 1 mois Le 29/01/2024 à 08:48

La profondeur d'effectif fait la différence lors de ces doublons. On pouvait s'attendre à un tel résultat dès les compos. Dommage de pas avoir pris le bonus défensif...

Babati Il y a 1 mois Le 29/01/2024 à 07:20

Les pendules sont remises à l'heure...