Vidéo - "Dans le rugby, il n’y a pas que des bœufs, des bourrins, des sangliers"

01:47

Le baromètre de Toulouse-Racing 92 : Capuozzo sur un nuage, Russell sous la pluie

Le baromètre de Toulouse-Racing 92 : Capuozzo sur un nuage, Russell sous la pluie

Le 24/09/2022 à 23:08Mis à jour Le 26/09/2022 à 16:19

TOP 14 - Dans une rencontre où le Stade toulousain a éclipsé le Racing 92 (37-10), Ange Capuozzo a livré son premier match référence sous le maillot rouge et noir. À l'inverse, Finn Russell a sombré et n'a jamais su donner aux Franciliens le bon tempo pour perturber les Haut-Garonnais.

Les tops

Ange Capuozzo : Pour sa première titularisation à domicile, l’international italien a charmé le public par ses crochets de feu, ses changements d’appui : bref tout l’arsenal de l’attaquant poids plume. Dans la concurrence exacerbée qui va régner chez les trois-quarts toulousains, il a marqué des points éclatants. A la 65eme, son interception de 80 mètres a parachevé la soirée. Enfin pas tout à fait, il a réussi un gros plaquage sur son vis à vis suivi d’un grattage en toute fin de rencontre.

Thomas Ramos : En position de demi d’ouverture, nous avons trouvé la prestation de Thomas Ramos excellente. Il fut auteur de deux services décisifs, une passe au pied sur l’essai de Lebel, puis une passe sur un pas pour Sofiane Guitoune propulsé vers l’en-but adverse. Au pied, son bilan fut de la même farine. Sept sur huit. On ne compte pas ici toutes les attaques lancées avec vivacité et justesse.

Emmanuel Meafou : Il a marqué un essai sur une pénalité jouée à la main près de la ligne avec une combinaison aux petits oignons. Le deuxième ligne a proposé son abattage habituel, avec une puissance supérieure qui manquait tant à ses vis à vis. Il a fait oublier l’absence de Arnold. Il est devenu un "taulier" du Top 14.

Les flops

Finn Russell : Le demi d’ouverture écossais a encore une fois déçu, toujours dans le même registtre. Il a beaucoup tenté, il a peu réussi, il a gâché deux ou trois ballons en début de rencontre à un moment où le Racing pouvait espérer troubler la mécanique toulousaine. Il fournit en deuxième période le ballon d’interception à Capuozzo par une passe vraiment trop molle. Bizarre pour un Ecossais, on eut l’impression que la pluie tombait plus sur lui que sur son vis à vis Ramos.

Finn Russell (Racing 92)

Finn Russell (Racing 92)Icon Sport

Teddy Iribaren : On se demande comment il a pu faire la faute qui a causé son carton jaune en début de rencontre. A la lutte avec Capuozzo, il a changé son axe de course pour faire une obstruction alors qu’il y avait un joueur en couverture pour éviter l’essai. Il fut par ailleurs assez lent dans l’animation offensive. Et manqua une ou deux passes à son ouvreur.

Eddy Ben Arous : Le pilier international est peut-être entré au mauvais moment. Nous l’avons vu comme un des symboles de ce pack ciel et blanc qui a vraiment pris la marée en fin de match. Il a symbolisé la soirée d’un racing méritant mais qui manque trop de puissance pour rivaliser avec l’armada toulousaine.

Contenus sponsorisés